Le contre-coup de la Coupe ?

Match en retard de la 33e journée de Ligue 1. Saint-Etienne, qui vient de remporter la Coupe de la Ligue, a vu tous ses concurrents l’emporter et se doit de s’imposer à Geoffroy Guichard face à Ajaccio.

Saint-Etienne
Ajaccio | 18h30
Le contre-coup de la Coupe ?
Le contre-coup de la Coupe ?

Tandis qu’Ajaccio n’est plus qu’à deux points de la zone rouge, Saint-Etienne compte bien relancer la machine en championnat en se servant de la Coupe de la Ligue comme carburant. 11 confrontations à domicile contre l’ACA, pour 8 victoires et 3 nuls. Un bilan complètement à l’avantage des hommes de Galtier, qui devront confirmer dans un contexte particulier. Après une grosse débauche d’énergie, un trophée depuis 32 ans, et la fête place Jean Jaurès, il est certain qu’Ajaccio a bien mieux préparer sa rencontre physiquement et mentalement.

L’équipe qui a fait le plus de matchs nuls à l’extérieur (8) après… Saint-Etienne (9) aura à cœur de ramener au moins un point du chaudron. Et si Ajaccio n’a perdu qu’un seul de ses 6 derniers déplacements en Ligue 1, en ramenant un point du Parc des Princes et du Vélodrome notamment, la recette magique devra fonctionner à nouveau demain à 18h30. La fatigue stéphanoise accumulée à l’aube du derby pèsera forcément sur les acteurs verts et laissera beaucoup d’opportunités aux corses. Pourtant, ce n’est pas le moment de lâcher pour les hommes du Forez, qui sont à 5 points de Lyon et 7 de Marseille et pointent à la cinquième place du classement avant ce match en retard qui, en cas de victoire, pourrait donner un derby bouillant.

Si Ajaccio est tout de même en difficulté en ce moment, avec une série de 4 journées sans victoires, Albert Emon va récupérer Lasne et Begeorgi qui reviennent de suspension, mais devra se passer d’un joueur clé : Faty, blessé jusqu’à la fin de la saison.

Albert Emon, en toute logique au vue du jeu déployé, croit toujours en ses chances de maintien : "Notre destin est toujours entre nos mains et c'est très important. nous devons essayer de faire le maximum pour ramener des points, faire le match qu'il faut pour éteindre cette euphorie qui va régner dans le Stade Geoffroy Guichard. Saint-Etienne, qui est sur un nuage et dont on connaît les qualités et les valeurs, ne va rien lâcher et c'est à nous de faire preuve de courage, de volonté, d'énergie et de détermination. Notre équipe doit être collective. Quoi que l'on fasse dans la récupération de balle, un joueur seul ne peut pas arrêter cinq ou six adversaires. J'ai noté aux entraînements que chacun est motivé et déterminé pour que l'ACA reste en Ligue 1, il y a beaucoup de concentration et d'application même si, c'est vrai, les joueurs sont un petit peu plus tendus car on se rapproche de la fin du championnat."

De son côté, Christophe Galtier espère entamer une nouvelle série de victoires : "On joue tous les quatre jours et les joueurs aiment ça. Il faut surtout veiller à bien récupérer. Je crois en la dynamique des victoires. Un des objectifs face à Ajaccio, c'est de mieux jouer que lors de la finale. Le derby n'est pas encore dans nos têtes. Je veux que notre saison ne se soit pas arrêtée au Stade de France. Face à Ajaccio, j'alignerai la meilleure équipe possible avec les meilleurs joueurs possibles. On n'a plus le temps d'être dans la gestion."

"Nous sommes redescendus de notre petit nuage."

Guilavogui, vainqueur de la Coupe de la Ligue 2013, se remet de ses émotions : "Nous sommes redescendus de notre petit nuage mais qu'est ce que nous y étions bien. Cela a été une belle fête avec nos supporters. Ce trophée nous est acquis. Il faut en profiter pour réussir la plus belle fin de saison possible. On a une fatigue physique mais on est dans une fraîcheur mentale. Nous avons prouvé que nous étions une équipe capable de gagner des titres." 

Le groupe stéphanois : Moulin, Ruffier - Brison, Clerc, Ghoulam, Mignot, Perrin, Zouma, Sall, Polomat - Bodmer, Cohade, Guilavogui, Diomande, Nicolita - Aubameyang, Brandao, Mollo.

Le groupe ajaccien : Ochoa, Sissoko – Zubar, Poulard, Felipe, Diawara, Chalmé, Bouhours, Begeorgi – André, Cavalli, Diarra, Lasne, Mostefa, Pierazzi – Mutu, Delort, Oliech.

En 2006, Paris s’était fait surprendre 4-2 au Parc des Princes par Ajaccio, alors que le club de la capitale venait de remporter la Coupe de France. De quoi faire rêver les Corses avant la rencontre de demain…