GP de Monaco : côté français, ce n’est pas la joie

Sixième manche du championnat de Formule 1 2013. Direction Monaco et un GP glamour, le plus prestigieux de l’année. Rosberg l’a emporté devant Sébastian Vettel et Mark Webber. Pour les français, à part Jean-Eric Vergne (8ème), les autres ont abandonnés. Une course à vite oublier pour nos trois autres tricolores.

GP de Monaco : côté français, ce n’est pas la joie
Grosjean après son accident avec Ricciardo

Romain Grosjean (Lotus- Renault) : Parti 13ème, abandon

Un nouveau week-end à oublier pour le coéquipier de Kimi Raikkonen. Victime de deux accidents avant cette course, le français avait pu prendre part à la séance de qualification hier après –midi et s’était qualifié en treizième position. Dans l’anonymat durant toute la course, Grosjean a mis fin à son calvaire monégasque en percutant la Toro Rosso de Daniel Ricciardo et a dut abandonner au 63ème tour.  Grosjean devra vite se remettre en question lors du prochain Grand Prix au Canada pour oublier ses trois accidents de ce week-end. Après cet accrochage avec Ricciardo, il vient d’écoper de 10 places de pénalités lors du prochain Grand Prix.

Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) : Parti 10ème, arrivé 8ème

Une belle course pour le français de chez Toro Rosso. Parti 10ème  après s’être hissé pour la première fois de sa carrière en Q3,  Vergne a été solide sur le tracé monégasque pour lui permettre de glaner ses deuxième et troisième points de sa saison. Satisfait des améliorations mise sur sa monoplace depuis deux Grand Prix, les efforts de lui et de son écurie on enfin payé ce week-end et sur un tracé aussi piègeux que celui de Monaco, il a montré qu’on pouvait compter sur lui pour l’avenir.

Charles Pic (Caterham) : Parti 18ème, abandon

Une course qui aura duré neuf petits tour. Après des qualifications honorables pour Pic, sa course sur le tourniquet monégasque n’aura duré que neuf tours. La faute à un moteur qui s’est enflammé juste avant la rentrée au stand. Problème qui est sans doute lié à une panne moteur ou une casse de boîte de vitesse.

Jules Bianchi (Marussia) : Parti 22ème, abandon

Il complète donc la liste des français malheureux de ce dimanche après-midi monégasque. Une qualification ratée à cause d’un problème sur sa voiture et un abandon au 58ème a parachevé week-end qu’il faudra oublier au plus vite. Son abandon est la cause d’une touchette sur un rail ce qui l’a contraint à arrêter sa modeste Marussia.

Sujets