Vettel éteint tout le monde

Un peloton anéanti, des téléspectateurs parfois pris de bâillements, Sebastian Vettel a totalement écrasé le GP de Singapour, malgré quelques alertes de freins en fin de course. Dans une fin de course un peu plus animée, Alonso prend la 2e place devant un héroïque Raïkkönen. Grosjean, victime d'ennuis moteur a abandonné.

Vettel éteint tout le monde
Un cavalier seul de Vettel, qui remporte son troisième succès consécutif à Singapour (RedBull)

Seul au monde, sur une autre planète, un extraterrestre ... les métaphores et autres figures de style vont manquer pour qualifier Vettel et sa performance du jour sur le Marina Bay. La course de l'Allemand a été parfaite de bout en bout, malgré un départ pas si simple que cela.

Rosberg menaçant, Alonso éclatant

Au départ, Rosberg prend un meilleur envol que Vettel et vient lui chiper la première place au premier virage ... avant que le champion du monde ne reprenne son bien dans le troisième virage. Dommage pour le pilote Mercedes, un poil trop vite au premier freinage. Derrière, c'est encore une fois Fernando Alonso qui se met en évidence avec un superbe départ, passant de la 7e à la 3e place, grâce à un passage sur la droite de la piste, et un extérieur de toute beauté sur Webber.

Vettel s'envole

L'Allemand va tout de suite creuser l'écart, à raison d'une seconde, voire plus, au tour sur Rosberg et Alonso. Le peloton se place ainsi en file indienne derrière la RedBull et ... plus rien. Une course morne et franchement ennuyeuse commence. Aucune attaque sur un circuit où les zones de dépassements sont peu nombreuses et une première salve de ravitaillements qui ne change pas grand chose au classement.

Ricciardo au tapis

25e tour, Daniel Ricciardo tape le mur de pneus et provoque l'intervention (attendue) du Safety-Car. On pense alors voir un peu d'action au restart, surtout que Vettel, Rosberg, Webber et Hamilton ne sont pas repassés par les stands au contraire des Lotus et des Ferrari. Mais peine perdue, Vettel creuse à nouveau l'écart (certains tours, 2" plus vite que tout le monde !) et la longue procession reprend. Heureusement, les dix derniers tours vont être autrement plus animés.

Stratégies différentes

Si Hamilton, Rosberg, Webber repassent par les stands, Alonso et Button n'effectuent pas de troisième arrêt. Une stratégie payante pour Alonso qui va monter sur le podium derrière l'intouchable Vettel. On retiendra le superbe dépassement pour la 3e place de Raïkkönen sur Button. Kimi aura réalisé une course solide malgré son dos meurtri par un nerf coincé depuis vendredi soir.

Webber enflamme la fin de course

A 10 tours du but, la lutte pour les places d'honneur s'engage. C'est Webber qui allume le premier la mèche, passant coup sur coup les Mercedes et les McLaren. Suivent Hamilton et Rosberg qui fendent à leur tour le peloton en dépassant Button et Perez, les deux grands perdants de cette fin de course. On pense même voir Webber revenir sur Raïkkönen pour la 3e marche du podium, mais la boîte de vitesses de l'Australien tombe en panne, et Webbo fini sa course dans une gerbe de flammes dans le dernier tour. Il aura servi une nouvelle fois de "paratonnerre" pour Vettel, qui a été victime d'un petit souci de freins en fin de course, suite à son début de course tonitruant, sans conséquences cependant.

Vettel devance donc Alonso et Raïkkönen pour le podium. Rosberg, Hamilton, Massa, Button, Perez, Hülkenberg et Sutil complètent le top 10 et profitent des malheurs de Webber, pour monter d'un rang.

Moins de chance pour Grosjean. Auteur d'un départ moyen, le Français est resté dans le coup pour une bonne place jusqu'à ce qu'un souci de circuit d'air sur le moteur Renault ne vienne couper son élan. Vergne termine quant à lui 14e derrière la Williams de Bottas.

Au général, Vettel creuse encore plus l'écart sur Alonso. Raïkkönen revient à trois unités d'Hamilton pur la troisième place. Prochaine course en Corée du Sud, le 6 octobre.