La F1 au pays de l'or noir

Véritable ovni posé en plein milieu d’Abu Dhabi, le tracé du Yas Marina offre des vues magnifiques des F1 au soleil couchant. Un circuit exigeant tant pour le moteur que pour les freins.

La F1 au pays de l'or noir
L'épingle précédent la longue droite du circuit du Yas Marina

Par une belle soirée de novembre

Deuxième course disputée en conditions nocturnes, le GP d’Abu Dhabi part en fin de journée, pour se terminer à la nuit tombée. Un changement de luminosité donnant des images superbes pour les téléspectateurs et les photographes.

Pas vraiment circuit urbain, mais pas vraiment traditionnel, le Yas Marina Circuit possède deux longues lignes droites où il est possible de doubler via le DRS. La dernière partie du circuit est plus lente avec de nombreux virages demandant relativement d’appuis aux monoplaces, et mettant les freins à rude épreuve.

Fiche technique

Sur le web : http://www.yasmarinacircuit.com et sur Twitter :

5,554 km de développement

21 virages

DRS : après T7 jusqu’à T8, puis entre T10 et T11

Rotation dans le sens anti-horaire

55 tours pour une distance de course de 305,3 km

Le Tour du Circuit (Lewis Hamilton 2012)

 

Le programme Canal +

1er novembre
- Libres 1 : 9h50 sur Canal + Sport
- Libres 2 : 13h50 sur Canal + Sport

2 novembre
- Libres 3 : 10h50 sur Canal + Sport
- Qualifs : dès 13h45 sur Canal + Sport

3 novembre
- La grille : 13h15 sur Canal +
- La course : 13h45 sur Canal +
- Formula One : 18h05 sur Canal + en clair.

Le vainqueur de l’an passé

Kimi Räikkönen n’a pas manqué son retour en F1. En s’imposant à Abu Dhabi, il prouve qu’il n’a rien perdu de son talent, ce que l’on avait déjà entrevu tout au long de l’année 2012, puisque Kimi a fini toutes les courses, et joue encore le titre mondial. Mais cette victoire renforce encore un peu plus son retour parmi les grands.

Encore une fois, Lewis Hamilton va être lâché par sa McLaren après être parti de la pole. Pression d’essence en berne, l’Anglais perd presque toute chance au championnat.

Le héros du week-end s’appelle Vettel. Pénalisé à l’issue de Q3, pour quantité d’essence insuffisante présente dans le réservoir, l’Allemand s’élance depuis les stands. Il va tout connaître dans cette course. Un contact avec Senna, un contact avec un panneau alors qu’il suit Ricciardo derrière la voiture de sécurité entrée après le crash de Rosberg et Karthikeyan. Il doit alors rentrer pour changer son aileron avant. Finalement, suite aux nombreux déboires de ses adversaires (tête-à-queue pour Webber, Massa, Perez, abandon de Hamilton, Webber, Grosjean …), il termine 3e en passant Button dans les dernières boucles. Il sauve ainsi l’essentiel face à Alonso au championnat.