Rosberg maître en sa demeure

Au terme d'un Grand Prix de Monaco plutôt ennuyeux, Nico Rosberg (Mercedes) signe sa deuxième victoire consécutive en Principauté.

Rosberg maître en sa demeure
Nico Rosberg devançant son coéquipier Lewis Hamilton dans la montée du beau rivage. Crédit photo: L'Equipe.

A la suite de quatre Grand Prix consécutifs gagnés par Lewis Hamilton, Nico Rosberg a réagit ce dimanche en gagnant l'épreuve monégasque. Son épreuve. L'allemand, parti de la pole position a mené la course de bout en bout. Il s'impose donc logiquement dans un Grand Prix qui ne restera pas dans les annales mais dont on peut tirer beaucoup d'enseignements.

Suite à ce résultat et à ce nouveau doublé Mercedes, le cinquième d'affilée, nous sommes désormais certains que le Championnat du Monde se jouera entre Rosberg et Hamilton. La domination des Mercedes est telle qu'on se demande si l'on verra une autre écurie gagner une course cette saison. De plus il semble que l'on se dirige vers une rivalité entre coéquipiers digne de celle ayant opposée Ayrton Senna à Alain Prost. En effet, le tout droit de Rosberg dans les derniers instants de la qualification d'hier, volontaire ou non, a jeté un énorme froid entre les deux pilotes dont la relation commençait à se détériorer sérieusement.

On a pu voir aujourd'hui qu'il est possible de dépasser à Monaco. Certains pilotes ont réalisé de magnifiques manoeuvres. La palme revient cependant à Nico Hulkenberg pour son dépassement absolument parfait réalisé au virage du Portier, du jamais vu à un tel endroit. Jules Bianchi s'est également montré en réalisant un dépassement très autoritaire sur Kamui Kobayashi à la Rascasse. Dépassement qui lui a ouvert le chemin vers une première arrivée dans les points dans sa carrière et dans l'histoire de Marussia. Ce qui est un exploit incroyable pour cette petite écurie russe habituée à se battre pour la dernière place. A noter également la belle huitième place de Romain Grosjean alors qu'il avait signé seulement le quatorzième temps. En revanche la malchance a encore frappé Jean-Eric Vergne contraint d'abandonner suite à un problème au niveau des échappements.

Le champion du monde en titre Sebastian Vettel a lui du abandonner dès les premiers tours de course et continue de reculer au classement des pilotes.

Malgré quelques dépassements et deux sorties de la Safety Car, ce 72ème Grand Prix de Monaco a manqué de rebondissements et d'énergie. Il y a eu peu de batailles et il faut l'avouer peu de spectacle malgré le cadre toujours aussi magique de la Principauté de Monaco. Les milliers de spectateurs présent en tribunes, en terrasses et sur les yachts repartiront sans doute avec une légère amertune suite à ce Grand Prix sans relief. Un de plus dans cette saison 2014 malheureusement. Rendez vous dans deux semaines au Canada pour espérons le, une course plus passionante.