Rosberg comme à la maison

A l'image de ses qualifications, Nico Rosberg a réalisé la course parfaite pour aller chercher la victoire devant son public et reprendre 14 points d'avance en tête du championnat du monde des pilotes. Impressionnant de sérénité et de calme, l'Allemand a frappé un grand coup.

Rosberg comme à la maison
©directmatin.fr

Nous avons peut-être vécu le Grand Prix le plus spectaculaire de cette saison 2014 de Formule 1. Les pilotes nous ont en effet offert une course passionnante et haletante à suivre. Parti 20eme, Lewis Hamilton a fait le boulot pour terminer 3eme, réalisant une course magnifique de puissance et de motivation tandis que Ricciardo nous a offert de magnifiques passes d'arme avec Räikkönen, ce même Hamilton puis Alonso. Loin de ce spectacle intense, Nico Rosberg a géré son avance, sans jamais s'inquiéter pour sa première place. Aujourd'hui, il y avait Nico, et les autres.

Rosberg en toute tranquillité

On l'attendait au tournant après son abandon à Silverstone, il a répondu présent. En pôle sur la grille de départ comme il y a deux semaines, Nico Rosberg a cette fois-ci conservé sa première place, n'apparaissant ni inquiété par ses adversaires, ni déstabilisé par la pression autour de lui. Pourtant, dès le premier tour, la sortie de piste de Massa suite à un accrochage avec la McLaren de Magnussen provoquant l'entrée sur la piste de la voiture de sécurité aurait pu gêner l'Allemand qui avait réalisé le départ parfait. Mais rien n'y a fait, dès que la Safety Car s'est effacée, Rosberg s'est construit une avance suffisamment confortable pour gérer la course et voir revenir Hamilton. Ce Grand Prix d'Allemagne s'est alors déroulé sans embûche pour le pilote Mercedes qui était tout simplement le plus fort ce week-end.

La remontée extraordinaire d'Hamilton

Après son accident en Q3 hier, Lewis Hamilton n'avait pas le choix, il devait remonter depuis la 20eme position pour arracher une place sur le podium et limiter la casse. Le choix d'une stratégie décalée s'est alors vite imposé au champion du monde 2008 qui a débuté la course avec des pneumatiques tendres afin d'être le plus longtemps en piste lors du premier relais. Dès les premiers tours, le Britannique s'est montré incisif pour revenir à quelques places des points. A partir du tour 7, Hamilton s'est alors retrouvé derrière Dani Ricciardo qui s'était fait prendre dès le premier tour par l'accrochage entre Magnussen et Massa et avait perdu de nombreuses places dans les premiers instants de la course. Les deux pilotes nous ont alors offert une lutte magnifique qui prendra fin au tour 13, après de nombreuses passes d'arme spectaculaires et audacieuses. Après avoir effacé la Red Bull de Ricciardo, Hamilton a alors profité des premiers arrêts au stand pour se retrouver deuxième, mettant la pression sur son coéquipier Nico Rosberg. Pariant sur une arrivée de la pluie, le Britannique a alors retardé son premier ravitaillement et a perdu du temps. Celui-ci s'arrêta finalement au tour 27, ayant poussé ses pneumatiques jusqu'à la limite. Le pilote Mercedes a alors changé de stratégie et s'est adapté à celle de son coéquipier pour espérer revenir. Alors qu'il était sur un excellent rythme, Hamilton a tenté un nouveau pari. Au tour 50, la Sauber de Sutil s'est immobilisé sur la piste. L'ancien pilote McLaren pensant que la Safety Car allait refaire son apparition, s'est empressé de repasser par les stands. Une stratégie qui lui a permis de prendre définitivement le dessus sur Alonso et Vettel, mais qui lui a fait défaut au moment de s'emparer de la deuxième place de Bottas. Usés dans les derniers tours, ses pneumatiques l'ont empêché de prendre le dessus sur le Finlandais. Presque décevant de voir Hamilton 3eme après une telle course. Mais force est de constater que même si c'est Rosberg qui a gagné, tous les yeux étaient rivés sur lui lors de ce Grand Prix. La bataille est loin d'être terminée...

©lexpess.fr

Bottas toujours plus fort

Il a raté son début de course, provoquant indirectement l'accident entre Massa et Magnussen. Mais il s'est ensuite parfaitement rattrapé pour s'assurer tranquillement la deuxième place. Valtteri Bottas ne cesse de surprendre de maturité et de sérénité. Ce dernier vient de signer son troisième podium en autant de course. Il est désormais le plus fort des pilotes derrières les intouchables Hamilton et Rosberg. Tout comme le pilote Allemand de chez Mercedes, Bottas a vécu une course assez tranquille. Alonso, Vettel, Ricciardo ou Button n'ont jamais réussi à garder son rythme tandis qu'Hamilton en fin de course a buté sur sa belle défense et sur la pointe de vitesse de sa Williams. Les courses se suivent et se ressemblent pour le Finlandais.

©eurosport.fr

Derrière, Vettel n'aura rien pu faire pour rester au contact de Bottas et pour résister à la remontée d'Hamilton. Finalement, la 4eme place c'est ce qu'il pouvait obtenir de mieux. Lui-aussi aura vécu une course tranquille, avec une bonne stratégie et aucun soucis technique sur sa monoplace. Mais même sans aucune défaillance, sa Red Bull est loin des Mercedes et des Williams. Son coéquipier a terminé quant à lui 6eme, pâtissant de sa perte de temps suite à l'accrochage entre Massa et Magnussen. Mais Ricciardo aura été l'un des acteurs de cette course avec de très belles luttes tout au long des 67 tours de ce Grand Prix d'Allemagne. Sans ce début malheureux, il aurait peut-être pu arracher un podium.

La déception du jour, elle peut être pour Fernando Alonso. Non-pas que l'Espagnol ait réalisé une mauvaise course. Non loin de là puisqu'il a encore porté une modeste Ferrari en obtenant la cinquième place. Mais le champion du monde 2005 et 2006 peut être déçu car avec une meilleure stratégie de la part de son écurie, il aurait certainement pu espérer un podium. En effet, le pilote de la Scuderia a réalisé un second relais beaucoup trop long, perdant énormément de temps et laissant filer Vettel après son dernier arrêt au tour 57. Pourtant, sa magnifique passe d'arme en fin de course avec Ricciardo nous a montré qu'il était dans un très grand jour...

Une course à oublier pour les Français

La course aura été difficile pour nos pilotes français qui n'auront pas été en mesure de tiré leur épingle du jeu. Grosjean, qui avait misé sur une stratégie décalée comme Lewis Hamilton a dû abandonner au tour 27 après une perte de puissance de son moteur. Avant cela, il avait vécu un grand prix compliqué, sa voiture n'étant pas au niveau et sa stratégie ne compensant pas les lacunes de sa monoplace. Malgré une mauvaise qualification, on avait un peu plus d'espoir pour Jean-Eric Vergne sur Toro Rosso. Mais JEV n'a pas réussi à rentrer dans les points, se faisant notamment pénaliser d'un arrêt de 5 secondes sur un ravitaillement pour un mauvais dépassement sur... Grosjean. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Un Grand Prix compliqué en général pour Toro Rosso, à l'image de l'abandon de Kvyat suite à un incendie sur sa monoplace au tour 44. Enfin, Jules Bianchi après une belle qualification a plutôt répondu présent en course, arrivant jusqu'au bout et terminant 15eme, une nouvelle fois devant son coéquipier. Celui qui a remplacé Kimi Räikkönen pour des essais sur Ferrari après le Grand Prix de Silvertsone continue de marquer des points dans les esprits à défaut de prendre des points en championnat.

©metronews.fr

Ce Grand Prix d'Hockenheim aura donc été passionnant, et a vu le sacre du meilleur pilote ce week-end, Nico Rosberg. Tous les éléments ont été réunis pour que l'on assiste à une grande course, peut-être la meilleure de la saison. Quoiqu'il en soit, tout ce beau monde se donnera rendez-vous dès la semaine prochaine pour le Grand Prix de Hongrie qui sera certainement moins intense, à cause notamment des conditions climatiques extrêmes, mais qui pourrait être un tournant majeur avant de basculer dans la dernière partie de la saison.