Singapour, il fait nuit en Formule 1

Epreuve récemment débarquée sur le calendrier des championnats du monde de Formule 1, le Grand Prix de Singapour se tiendra ce week-end. L’occasion de revenir sur les faits marquants de six années de courses.

Singapour, il fait nuit en Formule 1
Pour la septième fois, cette piste à l’esthétique travaillée va accueillir les passes d’armes des meilleurs pilotes au monde - © REUTEURS

C’est en 2008 que le monde entier a pu découvrir le tracé proposé par la cité-état de Singapour. Le climat équatorial et ses grosses chaleurs ont poussés les organisateurs à ajouter une nouveauté dans la compétition, du jamais vu en Formule 1, une course de nuit. Outre un horaire avantageux pour les spectateurs européens et une piste illuminée par un fort éclairage, Singapour offre un parcours urbain sinueux de plus de cinq kilomètres, l’un des plus lents de la saison.

Seuls trois pilotes ont pu soulever le trophée de vainqueur, tous champions du monde. L’espagnol Fernando Alonso restera néanmoins le premier à lever les bras sur la plus haute marche du podium. Alors chez Renault, le conducteur s’impose de seulement deux secondes par rapport à son dauphin, Nico Rosberg, alors qu’il était parti loin derrière. Ce succès sera entaché d’une polémique puisque Nelson Piquet, coéquipier d’Alonso, a reçu l’ordre de provoquer un faux accident afin de permettre au futur gagnant de revenir sur la tête au bénéfice d’une voiture de sécurité.

Par la suite, Lewis Hamilton, en 2009, Alonso, pour une deuxième victoire, en 2010 et Sebastian Vettel, encore triple tenant du titre à Singapour, se sont imposés sur cette course nocturne. 

Informations sur la piste :

-Nom du circuit : Marina Bay Street Circuit

-Longueur du circuit : 5,065km

-Nombre de tours : 61

-Distance totale de course : 308,828km

-Pilote le plus sacré vainqueur : Sebastian Vettel (3 victoires en 2011, 2012 et 2013)