Hamilton reprend les manettes

Vainqueur après deux heures d'une course intense à Singapour, Lewis Hamilton reprend la tête du championnat du monde pilotes, profitant de l'abandon de Nico Rosberg. Solide et propre, le champion du monde 2008 a envoyé un message fort à son coéquipier.

Hamilton reprend les manettes
©Tous Droits Réservés

C'est une course cauchemardesque qu'a vécu Nico Rosberg. Obligé de partir depuis les stands suite à un problème technique, l'allemand a dû ensuite abandonner après son premier cycle, voyant ainsi Lewis Hamilton s'imposer et reprendre 3 points d'avance en tête du championnat depuis les paddocks. Un Grand-Prix noir pour l'ancien pilote Williams qui relance la saison.

Le jour sans pour Rosberg

Alors qu'il s'était fait chiper la pole position en qualifications pour 7 millièmes de seconde, Nico Rosberg espérait faire la différence en course pour prendre le dessus sur son coéquipier après avoir laissé filer la victoire en Italie. Mais dès le protocole précédant le grand prix, un problème technique sur la monoplace de l'allemand vint inquiéter le paddock Mercedes. L'inquiétude se confirma alors à l'entame du tour de chauffe puisque Rosberg resta immobile sur la ligne de départ-arrivée. Obligé de partir depuis les stands, ce dernier vécut alors un début de course difficile. Privé de DRS, l'allemand mit du temps à dépasser Chilton et buta derrière Ericsson. Rosberg rentra alors au stand à la fin du tour 14, sans limiteur de vitesse. Les mécaniciens changèrent alors le volant de la monoplace mais les palettes ne réagirent pas et le leader du championnat du monde dû stopper sa course, sans jamais pouvoir participer à la victoire. Frustrant.

Le premier cycle tranquille pour Hamilton

Sans être informé de l'abandon de son coéquipier et concurrent, Lewis Hamilton se montra serein et tranquille en tête de la course. Tout de suite dans le bon ton, le britannique prit rapidement de l'avance sur son dauphin, Sebastian Vettel et arriva à se construire un confortable matelas en tête de la course. Vettel qui s'arrêta à la fin du Tour 12 perdit même du temps sur Lewis Hamilton qui appuya sa domination et renforça sa première place après son premier arrêt au stand à la fin du tour 13. Dans le même temps, c'est Alonso qui vint mettre la pression sur Vettel avant de le passer en s'arrêtant aux stands au 25ème tour. L'under cut de l'espagnol porta alors ses fruits, celui-ci prenant la deuxième place dans le tour de sortie de Vettel qui venait de chausser les pneus tendres.

La Safety Car relance la course

Tassé par Sutil au 30ème tour, Sergio Perez cassa son aileron avant qui se trouva alors sous sa monoplace. Les nombreux débris sur la piste obligèrent alors la voiture de sécurité à entrer, relançant totalement la course. Alors qu'Hamilton resta en piste, Alonso s'arrêta aux stands pour chausser les pneus tendres. A la sortie de la safety car à la fin du 37ème tour, Hamilton dû alors se construire une nouvelle avance en tête en prévision d'un dernier arrêt aux stands. Le britannique enchaîna alors les tours rapides, avec pour objectif de prendre 27 secondes d'avance sur Vettel, en deuxièle position. Un écart qu'il n'arriva pas à constituer au moment de s'arrêter pour la troisième fois de la course à la fin du tour 52. Hamilton sortit ainsi derrière Vettel, mais profita des ses gommes neuves pour reprendre l'avantage au tour 54 avant de s'envoler vers la victoire. Derrière, Alonso vint mettre la pression sur Ricciardo qui résista dans le retroviseurs de Vettel. En 2 secondes, les trois pilotes offrirent une belle lutte en fin de course, sans que cela ne change l'ordre qui s'était constitué sous le régime de Safety Car.

Massa entre deux courses, Bottas freine les outsiders

Derrière, on retrouve ainsi Felipe Massa qui confirme son podium à Monza avec une belle 5ème place. Après avoir lutter avec Kimi Raïkkönen, le brésilien réalisa une seconde partie de course propre, sans jamais résister au rythme des quatre premiers, mais en profitant des difficultés de ses poursuivants à prendre le dessus sur Bottas. En difficulté sur une piste lente et éprouvante, le finlandais eût autant de peines à imprimer un rythme rapide que ses concurrents eurent du mal à le dépasser. Raïkkönen, Button, qui abandonna par la suite, et Hülkenberg n'arrivèrent jamais à dépasser le pilote Williams, permettant alors à Vergne et Perez de revenir, avec des gommes neuves et fraiches. Le français réalisa alors une fin de course extraordinaire. JEV dépassa ainsi Hülkenberg, Räikkönen puis Bottas pour obtenir la 6ème place et se mettre à l'abris d'une pénalité de 5 secondes qui lui avait été imposée. Perez fit également parlé ses pneumatiques pour arracher la 7ème place devant Räikkönen et Hülkenberg. A la rupture en fin de course, Bottas lacha quant à lui la 10ème place à Magnussen, confirmant ses difficultés sur la tracé de Marina Bay.

Passionnante et riche en rebondissement après l'entrée en vigueur de la Safety Car, cette course marque un tournant majeur de la saison, Lewis Hamilton reprenant la tête du championnat du monde pilotes devant Rosberg. Désormais dans la position du chasseur, l'allemand devra réagir dans deux semaines à Suzuka.