Grand Prix de Russie, Hamilton la force tranquille

Dans un Grand Prix chargé d’émotion, la Russie a célébrée en grande pompe l'arrivée de la Formule 1. Dans une mise en scène impériale, Lewis Hamilton s’adjuge son neuvième succès cette saison. Pour la seconde fois cette année, le Britannique parvient à remporter quatre Grand Prix d’affilée. Ainsi, après Monza, Singapour et Suzuka le voilà de nouveau sur la plus haute marche du podium à Sotchi.

Grand Prix de Russie, Hamilton la force tranquille
Victoire de Lewis Hamilton à Sotchi pour le premier Grand Prix de Russie

Il y a des jours où on a la tête ailleurs. Après le drame de Suzuka le weekend dernier, les pilotes se sont unis en formant un cercle sur la ligne d’arrivée pour transmettre toutes leurs pensées à Jules Bianchi. Le coureur Français de l’équipe Marussia se bat toujours pour rester en vie dans un hôpital du Japon. Tous les pilotes ont arborés un sticker « Tous avec Jules #17 » lancé à l’initiative de son meilleur ami Jean-Éric Vergne. Au final, Lewis Hamilton devance son coéquipier Nico Rosberg et le Finlandais Valtteri Bottas.

31ème victoire pour Lewis Hamilton

Fort de ce neuvième succès cette saison, Lewis Hamilton rejoint Nigel Mansell au nombre de victoires au cours d’une carrière, le voilà à 31 succès depuis ses débuts en 2007. Il faut dire que son coéquipier lui a facilité le travail. Nico Rosberg a en effet pris un meilleur départ que son rival, mais loupe le point de corde du deuxième virage. Rosberg est contraint à bloquer ses roues pour éviter un nouveau Spa. Le pilote Allemand est obligé de couper le troisième virage mais prend une avance par rapport à Hamilton. Consigne : « Nico, rend ta place à Lewis » entend-on dans la radio. Mais Rosberg, suite à ce blocage, grille son joker et doit effectuer un passage au stand. Son train de pneu étant détruit, il est contraint de regagner son box. L’Allemand ressort au-delà de la quinzième place et entame alors une remontée fantastique. Devant, Lewis Hamilton n’est inquiété par aucune monoplace. Solide leader, le pilote Britannique réalise une course parfaite. Dans un Grand Prix qui permet d’effectuer un seul passage aux stands, Rosberg se bat et remonte petit à petit ses adversaires.

Hamilton et Rosberg offrent à Mercedes le titre constructeur

Le pilote Allemand prend le risque de ne plus repasser par les stands et d’effectuer sa course avec ses pneus options. Coup de poker de la part de Rosberg mais qui fonctionne. Le pilote Mercedes s’adjuge la seconde place de ce Grand Prix à la lutte avec le pilote Finlandais Valtteri Bottas. Finalement, Rosberg conserve sa seconde place, à l’avant Lewis Hamilton remporte le premier Grand Prix de Russie. Grâce à ce doublé, Mercedes inscrit 50 points au Championnat des constructeurs et porte son avance à 565 points. Avec 3 Grands Prix qui ont échappés aux Flèches d’Argent, Mercedes remporte le titre Constructeur et succède à Red Bull et met fin à une série de quatre ans d’invincibilité Autrichienne. En ce qui concerne le Championnat des pilotes, Lewis Hamilton prend un léger avantage par rapport à son coéquipier. Le Britannique dispose de 17 points d’avance sur Nico Rosberg, mais mathématiquement rien n’est encore joué, même Daniel Ricciardo peut devenir Champion du Monde, mais cela relève de l’utopie.

Bottas ne cesse d'impressionner

Valtteri Bottas monte sur son cinquième podium cette saison et conforte sa quatrième place au Championnat. Le Top 10 est complété par Jenson Button (4ème), Kevin Magnussen (5ème), Fernando Alonso (6ème), Daniel Ricciardo (7ème), Sebastian Vettel (8ème), Kimi Käikkönnen (9ème) et Sergio Pérez (10ème). Côté Français, Jean-Éric Vergne après avoir pris un excellent départ termine la course 13ème le problème du à une stratégie d’économie d’essence. Weekend compliqué pour Romain Grosjean qui termine 17ème. Évidemment nous n’oublions pas Jules Bianchi dont « les nouvelles, selon Alain Prost ne sont pas rassurantes ». Nous continuons et continuerons de penser à lui.

Prochain rendez-vous sur le Circuit des Amériques à Austin pour le Grand Prix des États-Unis, il restera encore une échéance au Brésil avant l’apothéose à Abu-Dhabi.