GP Russie : Hamilton sans rival

Lewis Hamilton s'est montré intouchable à Sotchi et a remporté sans véritable opposition un Grand Prix mouvementé. Seul son coéquipier, Nico Rosberg, aurait pu l'inquiéter. Mais l'Allemand a été contraint à l'abandon en début de course alors qu'il menait.

GP Russie : Hamilton sans rival
Rosberg avait résisté à Hamilton au départ. Source : FOM

Rosberg avait acquis une superbe pole position le samedi après-midi. Cela n'a pas suffi à contenir Lewis Hamilton : le Britannique a dominé le Grand Prix de Russie tandis que son coéquipier abandonnait. 

Rosberg out en début de course

Après un départ légèrement agité (Hülkenberg, parti en tête à queue, causait l'abandon d'Ericsson et le passage aux stands de Verstappen et Grosjean), la safety car entrait en piste le temps de nettoyer les débris. Rosberg, ayant gardé la tête au départ, contenait encore Hamilton lorsque la voiture de sécurité s'effaçait. Pourtant, très rapidement, l'Allemand signalait par radio un problème de pédale d'accélérateur. Impuissant, son ingénieur laissait le soin à Rosberg de gérer le problème, mais après avoir vu passer Hamilton puis Bottas suite à des freinages manqués, il rentrait aux stands pour abandonner. Il abandonnait aussi probablement ses derniers espoirs de titre.

Gros crash pour Grosjean

La safety car allait bientôt entrer à nouveau en piste : Romain Grosjean perdait le contrôle de la monoplace dans le très long et rapide virage 3, et percutait la barrière de sécurité dans un choc d'une grande violence. Le Français était indemne, mais la piste se trouvait jonchée de débris. Après quelques tours sous régime de voiture de sécurité, un nouveau départ était donné, sans grand changement dans la hiérarchie. Dès lors, Hamilton creusait irrémédiablement l'écart sur Bottas.

Lutte stratégique

Le Britannique intouchable filant vers la victoire, c'est vers la lutte pour les places d'honneur que se tournaient les regards. Avant la première salve de ravitaillements, Vettel se rapprochait de Bottas, au point de parvenir à passer devant une fois les deux pilotes passés par les stands pour changer de pneus. Vettel était alors installé en deuxième position, et la lutte pour la troisième marche du podium se dessinait entre Pérez et Ricciardo sur une stratégie décalée, Bottas et Räikkönen.

Dernier tour de folie

Après avoir dû céder à Bottas et Räikkönen, Ricciardo se voyait contraint à l'abandon. A la fin de l'avant dernier tour, Bottas et Räikkönen se débarrassaient de Pérez, en difficultés avec ses pneus, et s'expliquaient pour cette troisième place. Mais l'explication tournait court : à l'entrée du virage 4, Räikkönen attaquait Bottas, et les deux monoplaces se touchaient à la corde. Bottas finissait sa course dans les barrières, et Räikkönen ramenait péniblement sa Ferrari à la cinquième position. C'est finalement Sergio Pérez, au volant de sa Force India, qui signait un podium devenu inespéré. Devant, Hamilton avait déjà remporté la 42ème victoire de sa carrière. A la suite de la pénalité de 30s infligée à Kimi Räikkönen pour l'accrochage avec son compatriote, Lewis pouvait même savourer avec son équipe un titre Constructeurs amplement mérité.

GP Russie : le classement

1. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes)
2. Sebastian Vettel (ALL/Ferrari)
3. Sergio Pérez (MEX/Force India)
4. Felipe Massa (BRE/Williams)
5. Daniil Kvyat (RUS/Red Bull)
6. Felipe Nasr (BRE/Sauber)
7. Pastor Maldonado (VEN/Lotus)
8. Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari)
9. Jenson Button (GBR/McLaren)
10. Max Verstappen (PBS/Toro Rosso)