Roserberg s'impose en Chine.

Roserberg s'impose en Chine.
Roserberg peut s'avourer après un week-end riche en rebondissements.

Après le premier virage pourtant, c'est Daniel Ricciardo (Red Bull), deuxième sur la grille, qui avait réussi le meilleur envol. Tandis que les Ferrari de Vettel et Kimi Räikkönen s'accrochaient, et que plus loin derrière, Lewis Hamilton (Mercedes) perdait encore un temps précieux dans le trafic, Rosberg se montrait patient. Il ne lui a ensuite pas fallu longtemps pour dépasser l'Australien et reprendre la tête.

«Je ne savais pas ce qu'il se passait derrière moi, je me concentrais sur ma course pour creuser l'écart, a-t-il expliqué après coup. Je me sentais super bien. J'ai attaqué tout du long». Au jeu des ravitaillements, l'Allemand s'est montré le plus intelligent. À l'inverse de tous ses concurrents, il ne s'est pas précipité dans les stands lorsque la voiture de sécurité a fait son entrée en piste, après quelques tours. Préférant creuser l'écart, il a longtemps retardé son premier arrêt, ce qui s'est avéré payant. « Je suis très heureux. Ça a été un grand week-end pour moi ici en Chine. C'est un endroit spécial pour moi : j'y ai obtenu ma première pole position et ma première victoire. C'est grand et c'était vraiment un plaisir de piloter aujourd'hui sur ce circuit. Tout a bien fonctionné, la stratégie bien sûr, mais pas seulement. C'est la voiture la plus équilibrée que j'aie eu en course. Les pneus ont aussi bien tenu, donc je suis vraiment heureux » résume Nico Rosberg.
 

Rosberg compte désormais six victoires consécutives à cheval sur 2015 et 2016. . Loin du week-end complétement raté de Lewis Hamilton, finalement septième après cinq arrêts. Avec désormais 36 points d'avance au Championnat sur son coéquipier, même si la saison ne fait que commencer, il peut sereinement envisager la suite. Dans l'histoire de la F1, neuf pilotes ont débuté un exercice sur un tel sans-faute. Tous ont ensuite été sacrés champions.