L'histoire est en marche

Quelques jours après le triomphe de la génération 1993, l'heure est au bilan. Génération dorée, ou simplement de passage ?

L'histoire est en marche
L'histoire est en marche

Ils en avaient rêvé, ils l’ont eu. Au terme d’une Coupe du Monde turque menée de bout en bout, l’Equipe de France des moins de vingt ans s’est hissée sur le toit du monde en battant l’Uruguay en finale au terme de la séance de tirs aux buts (0-0, 4-1 t.a.b.). Après une finale plutôt terne, l’heure est maintenant à la fête à Istanbul, mais aussi au bilan.

Pogba le chef de file récompensé

On l’attendait au tournant, et au final, le milieu de terrain de la Juventus n’aura pas déçu. Véritable fer de lance des Bleuets, Paul Pogba a impressionné par son calme, et sa sérénité tout au long de la compétition confirmant le rôle de meneur qui reposait sur ses larges épaules. Distingué meilleur joueur du tournoi, la sentinelle française aura illuminé le jeu des Bleuets par son volume et ses qualités de passeur et de relanceur. Métronome au sein du groupe, Paul Pogba aura également confirmé toutes les attentes placées en lui après une première saison réussie du côté de Turin. Essentiel en quart de finale, l’ancien mancunien aura également été très bon en finale jusqu’à hisser les siens au titre mondial.

Un titre sans contestation

En l’absence de l’Argentine, du Brésil, de l’Allemagne ou encore de l’Italie, la France arrivait en Turquie en favorite, portée par une génération 93 dont les contours faisaient déjà rêver. Le moins que l’on puisse dire c’est que les Bleuets ont assumé, continuant leur bonhomme de chemin et écartant facilement leurs adversaires jusqu’à la finale tandis que l’Espagne perdait le fil de sa compétition. Après 15 jours de campagne, le titre mondial leur est donc revenu quinze ans et un jour après les A en 1998. A trois ans de l’Euro 2016 qui aura lieu en France, et à un an du mondial brésilien, la génération 93 promet des beaux jours au football français même si d’autres avant elle c’était brulée les ailes en cours de route.

Areola, Digne, Kondogbia et Thauvin les satisfactions

Celui qui aura mené la barque et qui aura à coup sur marqué le plus de points durant le mondial turque est le portier du Paris Saint-Germain, Alphone Aréola. Une nouvelle fois héroique lors de la finale, décisif, et détournant deux tirs aux buts, le troisième gardien du PSG a prouvé qu’il avait devant lui un bel avenir et qu’il était un diamant à polir. Lucas Digne et Florian Thauvin qui s’étaient faits remarquer en Ligue 1 cette saison sous le maillot de Lille et de Bastia ont également confirmé les espoirs placés en eux. Digne a assuré, tandis que pour Thauvin, les efforts ont payé lors de la phase finale où le futur lillois a inscrit trois buts, dont les deux décisifs en demi-finale face au Ghana. Le milieu du FC Séville, Geoffrey Kondogbia, a également montré qu’il faudrait compter sur lui à l’avenir tant son impact au milieu et sa force de caractère ont été déterminants pour arriver au bout.

La génération 93 a obtenu ce soir ce qu’elle était venue chercher en arrivant en Turquie, mais désormais, l’avenir dictera le reste. Une chose est sure, cette victoire fait un bien fou au moral et à la santé du football français, et il est nécessaire de tirer un grand coup de chapeau à ses 21 gamins de vingt ans tout juste, et à leur entraineur, Pierre Mankowski.

http://seizemetres.wordpress.com