Et maintenant les barrages

Les Bleus ont profités de la confiance emmagasinée et ont su continuer sur cet élan positif pour remporter face aux Finlandais cette ultime rencontre de groupe. Sans surprise, l’Espagne a vaincue quant à elle la Géorgie et donc condamne l’Équipe de France aux barrages.

Et maintenant les barrages
Le chemin vers le Brésil sera long pour la France

Sans surprise, la route menant au Brésil en juin prochain passera par les barrages. Lundi vers 14 heures, l’Équipe de France connaitra son adversaire des 15 et 19 novembre prochain, à savoir soit le Portugal de Cristiano Ronaldo, l’Ukraine, la Grèce ou la Croatie. Inéluctablement la France a terminé deuxième de son groupe, derrière l’Espagne, en alternant bonnes et mauvaises prestations. En passant par un très fade 0-0 contre la Géorgie, un match héroïque face à l’Espagne (1-1) et un match complétement fou face à la Biélorussie (4-2) où les Bleus ont été longuement menés au score.

Sur une bonne dynamique

Le nouvel élan tant promis par Didier Deschamps après le match face à la Biélorussie est arrivé dans ces dernières rencontres. Et le moins que l’on puisse dire est que cette dynamique est rassurante au vue des difficultés que l’Équipe de France affichaient face à des équipes pourtant d’un niveau nettement inférieur. On peut même dire que ce nouvel élan a débuté dès la seconde période face à la Biélorussie où la France a su revenir au score et inscrire 4 buts. Puis il s’est confirmé par ces deux dernières rencontres face à l’Australie (6-0) et face à la Finlande (3-0). Même la malédiction de l’avant-centre dont la France semblait être frappée a disparue dans ces dernières rencontres. Olivier Giroud a su retrouver le chemin des filets tout comme le désormais numéro 2 de l’attaque française, Karim Benzema, conspué pour son manque de rendement. Avec Samir Nasri retrouvé très en forme ainsi que Franck Ribéry qui impose son statut de leader et ses qualités digne d’un ballon d’or, les Bleus retrouvent une grande confiance en eux à l’aube de ces barrages tant redoutés. Yoann Cabaye et Mathieu Debuchy également reviennent sur le devant de la scène avec des prestations très encourageantes pour la suite de l’Équipe de France.

La France n’est pas tête de série

La récente victoire face à la Finlande n’aura finalement servie qu’à égayer les egos et redonner de la confiance à des joueurs qui n’y croyaient plus. Puisque malgré celle-ci, l’Équipe de France se retrouvera bel et bien en barrages et en tant que non tête de série de surcroit. La FFF a même essayée de déposer un recours pour que la FIFA réétudie la situation des Bleus. Du fait que les Tricolores ont été désavantagés dans leur groupe à cinq équipes car ils ont disputé deux matchs de qualification de moins que les nations des autres groupes. Mais cependant rien n’y fait, Sepp Blatter et les siens ont rejetés ce recours.

La France se retrouve donc dans le second chapeau des barrages en compagnie de la Suède, de la Roumanie et de l’Islande. Et face à elle des équipes très peu rassurantes comme le Portugal, la Croatie, la Grèce ou l’Ukraine. «Pour le tirage, je n'ai pas de préférence, on prendra celui qu'on nous offrira. On parle du Portugal parce qu'il y a Cristiano Ronaldo. Mais des équipes comme la Croatie ont un collectif solide. J'ai fait superviser tous nos adversaires potentiels» confiait, Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, Mardi au micro de TF1.

Éviter le Portugal

Naturellement, ce sont les Portugais qui paraissent comme l’adversaire probable le plus coriace. Avec Cristiano Ronaldo comme meneur de jeu et un effectif plutôt bien garni, il y a de réelles raisons de craindre le Portugal. D’ailleurs le madrilène l’a déclaré, il ne souhaite pas rencontrer la France dans les barrages. Car il sait sans doute que cette rencontre laisserait des traces et que le vainqueur ne l’emportera que d’un cheveu.  Samir Nasri ressent réciproquement le sentiment de Ronaldo : «Je ne crains pas le Portugal. Je pense qu'eux non plus ne seraient pas contents de jouer contre nous. D'ailleurs Cristiano Ronaldo l'a dit».

Si la Grèce est restée discrète dans son groupe finissant deuxième derrière la Bosnie avec pourtant le même nombre de points. Elle n’est pas pour autant moins forte et il ne faudra surtout pas sous-estimer l’adversaire quel qui soit. Car même la Croatie et l’Ukraine peuvent rapidement se transformer en adversaires pièges. Si la Croatie n'a pu rivaliser avec la Belgique et termine neuf points derrière les Diables Rouges, l'Ukraine termine avec un seul point de retard sur l'Angleterre, qu'elle a tenu en échec à deux reprises (1-1, 0-0). De quoi prouver qu’elle tient à cette qualification. Enfin, il est important de savoir que si la France passe par ces barrages elle sera alors placée dans le 3e chapeau pour le tirage au sort des groupes de cette Coupe du Monde 2014 au Brésil.

Rendez-vous donc lundi 21 octobre à 14 heures sur Vavel pour connaître le verdict du tirage au sort des barrages, qui se dérouleront les 15 et 19 novembre.

  

Donnez votre avis sur les barrages :