Si simple que ça?

La France hérite du groupe le plus simple pour la Coupe du Monde! Sur le papier du moins... Récapitulatif des forces en présence.

Si simple que ça?
Si simple que ça?

Suisse (8e)

La Suisse est une nation peu connue en France. Pourtant, nombre de ses joueurs sont des cadres dans de grands clubs européens. Que ce soit Diego Benaglio (Wolsburg), Stephan Lichtseiner (Juventus), Eren Derdiyok (Leverkusen) ou encore, le buteur en titre du pays, Xherdan Shaqiri (Bayern), la sélection helvète a de quoi faire peur. Ce n'est pas pour rien que le pays rouge et blanc était dans le premier chapeau. En 2010, le pays était avec l'Espagne, futur championne, et avait réussi a faire tomber la Roja (1-0)! Un exploit en soi. La Nati retrouvera le Honduras, déjà dans son groupe il y a 4 ans, une nation avec laquelle ils avaient fait 0-0. Finalement, la Suisse n'avait pas réussi à sortir de ce groupe, finalement dominée par l'Espagne et le Chili. 

En éliminatoires, la Suisse avait hérité d'un groupe très simple, elle s'en est sorti sans aucune défaite. Son dauphin, l'Islande, n'a pas passé les barrages décisifs.

Equateur (23e)

L'Equateur est, du fait de sa position géographique sans doute, très peu connu en France. La plupart jouent au pays. Seuls Felipe Caicedo (Lokomotiv Moscow) et Antonio Valencia (Manchester United) sortent du lot. Ils ne seront pas dépaysés au Brésil, au contraire de leurs homologues suisses et français. 

Les Equatoriens n'étaient pas présents au rendez-vous mondial de juin 2010. Cela fait donc 6 ans que la Tri n'a plus joué un Mondial. Lors de la CDM 2006, les Equatoriens avaient crée la sensation en sortant de leur poule, deuxième derrière les Allemands. En huitièmes, ils n'ont fait que sensation en se faisant sortir par les Anglais (1-0). 

En éliminatoires, l'Equateur a pris la quatrième place du groupe de qualification sud-américain. Pas besoin de passer par les barrages donc. Des éliminatoires compliqués : 7 victoires, 5 défaites, 4 nuls et une quatrième place à la différence de buts condamnant l'Uruguay aux barrages.

Honduras (59e)

Les Honduriens font figure de petit poucet dans ce groupe et devraient lutter pour ne pas terminer dernier. Apparemment. En 2010, pour leur première compétition mondiale, la H n'avait fait qu'illusion dans le groupe H, terminant bonnne dernière derrière l'Espagne, le Chili et la Suisse avec un seul petit point. Si on vous dit que leurs meilleurs éléments se nomment Osman Chavez, Martin Chavez ou encore Jorge Claros, vous nous rirez au nez. Si on vous prévient du danger que représente Roger Rojas, vous nous direz que vous l'avez déjà ciblé. Bref, ce pays à eu chzud aux fesses pour sa qualification. Troisième place de la zone CONCACAF (Amérique du Nord et Centrale) derrière les Etats-Unis et le Costa Rica. Belle perf' d'avoir envoyé le Mexique à leurs chères études en vue des barrages. 

Alors oui, ce groupe est abordable. Pas de blabla, les Bleus DOIVENT terminer premiers. Toute deuxième place ou, pire, une élimination, serait un grave accident de parcours. Mais attention, comme l'a dit Rio Mavuba : "On l'a vu avec l'Ukraine, il faut respecter tous les adversaires." Que ce soit l'Ukraine, l'Afrique du Sud ou le Honduras, Français, ne nous faites pas un "2010". Allez les Bleus!