Mais qui est vraiment Morgan Schneiderlin ?

Le bleu des Bleus, Morgan Schneiderlin va s'envoler pour le Brésil lundi. Méconnu en France, focus sur ce jeune exilé qui a réussi outre-Manche.

Mais qui est vraiment Morgan Schneiderlin ?
Mais qui est vraiment Morgan Schneiderlin ?

Morgan Schneiderlin est un joueur presque inconnu en France. Si bien qu'au moment de dévoiler son nom de réserviste pour le Mondial, Didier Deschamps n'a pas su correctement le prononcer. "Il a manqué un "n" !" s'en amusait l'interessé, déjà comblé d'avoir été retenu dans les trente français convoqués à Clairefontaine. S'il en était si heureux, c'est parce que Schneiderlin partait de très loin. Loin d'être parmi les favoris pour intégrer la liste, les suiveurs de la Premier League le réclamait à corps et à cris.

"Je vous ai compris" pourrait s'exclamer Deschamps, en cette période propice aux souvenirs de l'ancien temps. Aujourd'hui, profitant du forfait de Clément Grenier, Schneiderlin a réalisé son rêve. 

Débuts prometteurs à Strasbourg

Les débuts au RCS en 2008 (photo 20minutes)

Tout ne fut pas rose évidemment. D'ailleurs, quel footballeur pro aujourd'hui peut se targuer d'avoir connu une formation des plus tranquilles ? Pur produit du centre de formation de Strasbourg, Schneiderlin est un des joueurs les plus appréciés des connaisseurs de la Meinau. Il signe son premier contrat pro en 2005 et effectue quelques apparitions chez les A la saison suivante, dans l'anonymat. Lors du match du centenaire du RCS, il a le privilège de porter le maillot floqué du numéro 100, montrant son attachement pour "son" club alsacien. Malheureusement, l'historie d'amour se termine mal. A l'été 2008, suite à la relégation de Strasbourg, le club a besoin d'argent. Southampton, club anglais de deuxième division se pointe et le signe moyennant 1,5 million d'euros. A l'époque, les Saints, sentant la bonne affaire ont coiffés sur le poteau des cadors comme Arsenal ou Chelsea.  Schneiderlin à 18 ans.

Les difficultés anglaises suivies d'une éclosion

Les débuts sont difficiles. Il ne joue pas tous les matchs, le club s'englue dans la deuxième division. Il doit attendre 2010 avant de marquer pour la première fois, lors d'une victoire 5-1 contre Bristol. Schneiderlin cire souvent le banc, mais trouve le moyen de marquer, au moins une fois par saison. En 2012, le club monte en première division et le jeune Français gagne ses galons de titulaire. Il joue les 90 minutes du match d'ouverture à Manchester City et marquera même quelques jours plus tard son premier but en Premier League lors d'une défaite à Manchester United (3-2). C'est la saison qui lui permet d'exploser, il est même élu meilleur joueur du club. 

Schneiderlin sous le maillot des Saints (photo topmercato)

La saison actuelle fut celle de la confirmation. Schneiderlin n'a pas manqué le virage. Auteur d'une grosse saison, il s'impose comme l'un des meilleurs milieux défensifs d'Angleterre, en compagnie de Yaya Touré. Les spécialistes le considèrent comme le meilleur tacleur, "chipeur" de ballon du championnat. Il est à nouveau élu meilleur joueur du club. Au total, il compte 209 matchs avec les Saints pour 10 buts inscrits.

Avec les U18 en 2007. (photo saintsfc)

En Equipe de France, Schneiderlin a toujours été présent. Depuis 2004 et les U16, le joueur a toujours été vu comme un futur grand. En mars 2006, il part en République Tchèque pour jouer le Championnat d'Europe avec les U17. Il prend part à deux rencontres. Une fois son départ pour l'obscur Championship anglais, les sélectionneurs semblent moins lui faire confiance. Il participera tout de même aux Jeux Méditerrannéns 2009 et au Tournoi de Toulon 2010. Plus tard, voyant que la convocation chez les A ne venait pas, l'Angleterre l'invite à rejoindre la sélection des Three Lions. Il refuse, affirmant son attachement au maillot bleu. La récompense tomberra en mai, avec son nom dans la liste des 30 puis, grâce au destin, dans les 23. Condamné à jouer un rôle de remplacant au Brésil, il aura néanmoins le loisir, comme Clément Grenier, d'entrer en cours de match pour aider les Bleus. Peut-être pourra-t-il honorer sa première cape chez les A dès demain, contre la Jamaïque ? 

A l'entraînement, avec Matuidi, en 2014 (photo Reuters)