Tour d'horizon Mondial 2014 : 1ère partie

Gros plan sur la première journée de phase de groupes. Zoom sur les groupes A, B , C et D.

Tour d'horizon Mondial 2014 : 1ère partie
Source : www.sport.be

Moins d’une semaine après le début de la Coupe du Monde, toutes les équipes ont joué leur première rencontre de phases de groupe. Si certains ont justifié leur réputation de favori ou d’outsider, d’autres ont éprouvé beaucoup plus de difficultés à rentrer dans la compétition. A l’heure d’écrire ces lignes, aucune équipe n’est éliminée ou qualifiée. Cependant, certaines tendances se dégagent.

Pays organisateur, le Brésil a débuté son Mondial 2014 sur fond de polémique. Bénéficiant d’un penalty généreux, les Auriverdes ont vaincu la Croatie 3-1, sans réellement convaincre. Malgré le gain de la partie, bon nombre de doutes existent. Au niveau de la qualité défensive des latéraux ainsi que sur le rendement de l’attaquant de pointe, Fred. Malgré ces lacunes, la Seleçào reste le favori numéro un à la succession de l’Espagne. Leurs adversaires croates n’ont pas digéré l’issue fatale de la rencontre. Il y a fort à parier qu’ils seront revanchards pour leurs deux dernières rencontres face au Mexique et Cameroun.

Opposés vendredi dernier, mexicains et camerounais nous ont offert la première « Purge Mondial 2014 ». Avec deux équipes faibles et peu techniques, le match a été plus que pénible à suivre. Au bout de l’ennui, le Mexique s’est imposé sur le plus petit des écarts. Les coéquipiers de Rafa Marquez peuvent croire à une possible qualification. A l’inverse, l’inquiétude a gagné le pays des Lions Indomptables. Plus proches des lionceaux que des véritables fauves, les joueurs camerounais doivent se reprendre impérativement lors de du prochain match face à la Croatie. Sous peine de vite rentrer à Yaoundé.

Un Espagne - Pays-Bas historique

Dans cette première semaine, un match avait retenu tout l’attention, Espagne - Pays-Bas. Le remake de la finale 2010 s’est révélé historique. Balayant les champions du monde 5-1, Louis Van Gaal et ses hommes ont frappé un grand coup dans le tournoi. Si le fameux « L’Espagne est finie » est évidemment prématuré, il subsiste des signes inquiétants au sein de cette sélection. La perspective de l’Espagne-Chili de mercredi devient tout à coup cruciale pour la Roja. Loin de ces problématiques, les hollandais peuvent envisager sereinement l’avenir à court terme.

En affrontant l’une des sélections les plus faibles, le Chili s’est offert une victoire importante face à l’Australie. Menant rapidement au score, les chiliens se sont fait peur par la suite. Relâchant leurs efforts, ils auraient pu terminer la rencontre avec des regrets. Toutefois, le dernier but dans les arrêts de jeu de Beausejour a permis aux coéquipiers d’Alexis Sanchez de s’assurer 3 points cruciaux en vue des 8emes de finale. Un mot sur l’Australie. Désignée comme l’une des plus faibles équipes  de la compétition, la formation australienne n’a pas à rougir de sa performance. Bien au contraire. Elle a su faire jeu égal durant plus d’une mi-temps avec l’équipe sud-américaine. Une petite victoire…

Colombie et Côte d'Ivoire au coude à coude                                            

Autre pays de la zone Amsud à avoir débuté par une victoire, la Colombie. Faciles vainqueurs de la Grèce 3-0, les partenaires de James Rodriguez ont démontré que le statut d’outsider qui leur colle à la peau n’est pas inexpliqué. Solide défensivement et efficaces offensivement, les Cafeteros doivent remporter un de leurs deux prochains matchs pour se qualifier pour le tour suivant. A contrario, les grecs ont un pied dehors. A eux de changer diamétralement de niveau de performances face au Japon.

L’autre rencontre opposait les ivoiriens aux japonais. Si le match n’était pas extraordinaire, le suspense était omniprésent. Finalement vainqueurs 2-1, la Cote d’Ivoire sauve l’honneur du continent africain. Cependant, la confirmation est attendue pour le prochain Colombie-Cote d’Ivoire qui s’annonce explosif. Enfin, les nippons ont laissé passer une belle occasion en s’inclinant. Pour autant, rien n’est perdu pour eux. A condition de battre largement la sélection grecque, jeudi.

La surprise Costa-Rica

Le groupe de la mort a livré le premier de ses trois verdicts. Honneur au Costa-Rica. Désigné par l’ensemble des observateurs comme le sparring-partner privilégié des uruguayens, italiens et anglais. La petite nation de la zone Concacaf a créé la première sensation de ce Mondial. L’Uruguay en a fait l’amère expérience en s’inclinant 3-1. Sans Suarez, la Celeste a paru éteinte... Incapables de battre le petit poucet du groupe, les uruguayens devront lutter face à l’Angleterre et l’Italie pour valider leur billet. En revanche, les costaricains pourraient entrevoir les huitièmes de finale en cas de victoire face à l’Italie, ce vendredi.

Terminons par cette dernière rencontre entre italiens et anglais. Véritables outsiders, les transalpins ont semblé gérer leurs efforts pendant  tout le match. Le score final de 2-1 est logique et il permet à la Squadra Azzurra d’envisager positivement les prochaines échéances. Paradoxalement, la défaite anglaise n’est pas si négative qu’on ne pourrait le penser. Collectivement et individuellement, cette sélection a du talent. Néanmoins, il faudra faire beaucoup plus pour espérer une qualification.

Cette Coupe du Monde est plaisante car le spectacle et les buts sont au rendez-vous. Les favoris sont là, malgré quelques accrocs. Les polémiques liées aux erreurs d’arbitrage ont pullulé en début de tournoi. Le nombre de ces litiges est décroissant. Ne retenons pas uniquement cet aspect pour juger la qualité de ce Mondial. Au moment d’entamer la deuxième journée de phases de groupe, le suspense est au rendez-vous. Que demander de plus ?