Le Costa-Rica au bout de la nuit et du suspens

Le quatrième quart de finale de ce mondial Brésilien offrait une affiche entre deux invités surprises à ce niveau de la compétition : la Grèce et le Costa-Rica. Et si ce n'était pas forcément la rencontre la plus excitante du tournoi elle aura offert un match plein de suspens et de frissons aux supporters des deux équipes.

Costa Rica
1 1
Grèce
Costa Rica: NAVAS - GAMBOA (ACOSTA, MIN. 76), DUARTE, GONZÁLEZ, UMAÑA, DÍAZ - RUIZ (CAP.), BORGES, TEJEDA (CUBERO, MIN. 65), BOLAÑOS (BRENES, MIN. 84) - CAMPBELL.
Grèce: KARNEZIS - TOROSIDIS, MANOLAS, PAPASTATHOPOULOS, HOLEBAS - SALPINGIDIS (GEKAS, MIN. 69), MANIATIS (KATSOURANIS, MIN. 77), SAMARIS (MITROGLOU, MIN. 57), KARAGOUNIS, CHRISTODOULOPOULOS - SAMARAS.
SCORE: 1-0, MIN. 52, RUIZ. 1-1, MIN. 90+1, PAPASTATHOPOULOS.
ARBITRE: BENJAMIN WILLIAMS (AUSTRALIE). AVERTISSEMENTS : DUARTE (MIN. 42 ET MIN. 66), TEJEDA (MIN. 48) , PEMBERTON (MIN. 56), RUIZ (MIN. 70) ET NAVAS (MIN. 90) POUR LE COSTA RICA. SAMARIS (MIN. 36) ET MANOLAS (MIN. 72) POUR LA GRÈCE. EXCLUSION : DUARTE (MIN. 66) POUR LE COSTA RICA.
ÈVÉNEMENTS: COUPE DU MONDE 2014. HUITIÈMES DE FINALE. ARENA PERNAMBUCO, RECIFE (BRÉSIL).

La Grèce deuxième du groupe C  affrontait aujourd'hui le Costa-Rica suprenant leader du groupe D devant l'Uruguay, l'Italie et l'Angleterre. Une affiche entre deux équipes aux styles de jeux diamétralement opposé durant la phase de poule.

La Grèce surprend par son style de jeu

Critiquée lors de la phase de poule pour son jeu jugée trop défensif la sélection Grecque a été la première à se montrer dangereuse dans ce match. Christodoulopoulos puis Papastathopoulos tentent leurs chances mais leurs tentatives n'inquiètent pas Keylor Navas. Le Costa-Rica est également trop imprécis pour faire fructifier la possession de balle à son avantage (58%). Outre l'excellent gardien Keylor Navas c'est le manque de rigueur des attaquants qui va empêcher les Hellênes de concrétiser leurs occasions : 3 hors-jeux (9 sur l'ensemble du match). La seule occasion réellement dangereuse interviendra à la 37ème minute lorsque Salpingidis se présente seul devant Navas dont la jambe dévie le piqué de l'attaquant Grec de peu à côté. Du côté Sud-Américain le jeu est beaucoup plus emprunté les redoublements et les passes courtes qui avait fait la réussite de ce petit pays de football a laissé place à de grandes passes trop imprécises pour trouver Joel Campbell. À la mi-temps le score est toujours de 0-0 mais les Grecs se sont montrés les plus dangereux en cadrant 3 de leurs 7 tirs, des occasions obtenues grâce notamment aux débordements du latéral de l'Olympiakios Jose Cholevas.

Bryan Ruiz le réalisme froid

Comme en première mi-temps c'est la Grèce qui se procure les meilleures occasions mais à la 52ème minute de jeu Bollanos trouve Bryan Ruiz en retrait. Le capitaine des « Ticos » décoche une frappe tout en décontraction qui s'en va mourir lentement dans le petit filet de Karnezis. Le Costa-Rica ouvre le score sur sa première frappe cadrée. Les Hommes de Jorge Luis Pinto auraient même dû bénéficier d'un pénalty pour une main grossière de Torosidis.

La 66ème minute aurait pu marquer un tournant dramatique pour le Costa-Rica : déjà averti en première période Duarte tacle en retard et écope d'un second carton jaune sinonyme de carton rouge. Les Grecs jouent alors la carte offensive en faisant entrer l'expérimenté Gekas. Repliés en défense les Costa-Riciens vont finir par craquer dans le temps additionnel. Papastopoulos est le plus prompte pour reprendre un ballon mal repoussé par Navas, sa reprise ne laisse aucune chance au portier 1-1. Les Grecs manquent même d'immiter les Pays-Bas quelques heures auparavant, Mitroglou entré en jeu une demi-heure plus tôt dévie le ballon de la tête mais Navas réalise une envolée spectaculaire pour sauver les siens. Double frayeur même pour Jorge Pinto puisque Navas est semble t'il mal retombé et se plaint de l'épaule, or les "Ticos" sont à 10 et ont déja effectué les 3 changements. Plus de peurs que de mals et les deux équipes vont désormais disputer les prolongations.

Au bout de l'effort 

Les 22 acteurs vont désormais jeter leurs dernières forces dans la bataille pour tenter d'aracher leurs qualifications en 1/4 et le droit de défier les Pays-Bas. Ce sont les Grecs qui vont de nouveau presser sur les buts de Navas de nouveau impérial devant Sammaras et Gekas notamment. Ses défenseurs ne s'embarrassent plus et cherche Campbell ou Bryan Ruiz loin devant. Les Galanolefki vont se procurer une des rares occasions de cette prolongation: Karagounis bute sur un excellent Navas qui se tient le genou suite à un contact avec le vétéran Hellêne. Au terme des 30 minutes d'effort M.Williams siffle la fin des prolongations et donc l'épreuve fatidique des tirs au but.

Navas héroique

La séance de tirs au but débutent par l'exclusion du sélectionneur Grec Fernando Santos qui critiquait trop véhément le choix du but par l'arbitre Australien de la rencontre. Celso Borges, Bryan Ruiz, Giancarlo Gonzalez côté Costa-Ricien et côté Grec Konstantinos Mitroglou, Lazaros Christodoulopoulos puis José Cholevas réussissent les trois premiers tir au but de chaque équipe, Joel Campbell réussit  le  sien 4/3 pour Les Ticos. Vient le tour de Theofanis Gekas: la frappe puissante du vétéran est superbement repoussé par Keylor Navas c'est donc une balle de match au bout du pied de Michael Umana qui ne se fait pas prier pour envoyer son équipe en 1/4 de finale contre les Pays-Bas.  Le match aura lieu le 5 juillet à 22h (heure francaise) à l' Arena Fonte NovaSalvador et sera à suivre en direct et en intégralité sur Vavel France comme la totalité des matchs de cette coupe du monde.