Les Pays-Bas ne l'ont pas volée

Après la qualification de l'Argentine face aux « diables rouges » en début de soirée le Costa-Rica invitée surprise à ce stade de la compétition défiait les Pays-Bas . Et le moins qu'on puisse dire c'est que le suspens était au rendez-vous de ce dernier quart de finale de finale.

Les Pays-Bas ne l'ont pas volée
AFP PHOTO / RONALDO SCHEMIDT
Pays-Bas (4)
0 0
Costa-Rica (3)
Pays-Bas (4): CILLESSEN (KRUL, MIN. 120+1) - DE VRIJ, VLAAR, MARTINS INDI - DEPAY (LENS, MIN. 76), WIJNALDUM, BLIND, KUYT, SNEIJDER - VAN PERSIE (CAP), ROBBEN.
Costa-Rica (3): K.NAVAS - GAMBOA (MYRIE, MIN. 78), ACOSTA, G.GONZALEZ, UMANA, J.DIAZ - BORGES, TEJEDA (CUBERO, MIN. 97), B.RUIZ (CAP), BOLANOS - J.CAMPBELL (URENA, MIN. 66).
ARBITRE: RAVSHAN IRMATOV (OUZBÉKISTAN). AVERTISSEMENT : MARTINS INDI (MIN. 64) ET HUNTELAAR (MIN. 110) POUR LES PAYS BAS. DIAZ (MIN. 38), UMANA (MIN. 52), GONZALEZ (MIN. 82) ET ACOSTA (MIN. 106) POUR LE COSTA RICA.
ÈVÉNEMENTS: COUPE DU MONDE 2014. QUARTS DE FINALE. ARENA FONTE NOVA, SALVADOR DE BAHIA (BRÉSIL).

Premier enseignement de cette rencontre les entraineurs ont décidés de reconduire la même tactique de parts et d'autres. Un 3/5/3 emmené par le trio Van Persie, Robben et Memphis Depay pour Luis Van Gaal et un 5/2/3 porté sur la défensive chez Jorge Luis Pinto. Ce sont les Oranje qui vont mettre le pied sur le ballon dès le coup d'envoi mais les premières occasions manquent de précision dans le dernier geste pour inquiéter Kylor Navas. Peu d'occasions donc dans les 20 premières minutes et il faut attendre la 22ème minute pour voir le portier de Levante repousser coup sur coup les tentatives de Van Persie et Sneijder. Malgré une précision qui leur fait parfois défaut les Néerlandais se montreront à nouveau dangereux par l'intermédiaire de Memphis Depaye à la demi-heure de jeu mais Kylor Navas est encore vigilant. Alors que Jasper Cillessen n'a touché qu'un seul ballon sans être mis en danger, Navas doit encore jouer les pompiers en se jetant parfaitement dans les pieds de Van Persie. La plus grosse occasion restera le coup-franc limpide de Wesley Sneijder et l'envolée de Navas pour déloger ce ballon de sa lucarne.

Les Hollandais ont outrageusement dominés les 45 premières minutes avec notamment 62% de possession de balle et 4 tirs cadrés à 0. Robben fait beaucoup de mal à la défense des Ticos mais le manque de précision dans les derniers gestes et surtout l'excellent Kylor Navas, auteur de 4 interventions décisives, ne permet pas aux Oranjes de mener au score.

Au coup d'envoi de la seconde mi-temps on prend les mèmes et on recommence: le Costa-Rica est à nouveau sevré de ballon  et concède un coup-franc à 18m suite à une faute sur le trés remuant Robben. La combinaison entre le joueur du Bayern Munich et Wesley Sneijder surprend la défense mais la frappe du second est finalement sans danger pour Navas. Sur les rares ballons de contre glanés par les "ticos" aucun n'est assez précis pour trouver Joel Campbell mais ils commencent à se montrer menacant: Martins Indi est à la limite de la faute sur Campbell et la tête de Gonzalez sur un coup-franc de Bolanos frôle le cadre. Christian Gamboa le latéral droit va obliger Jorge Luis Pinto a procéder à son deuxième changement: sur une mauvaise récèption le genou droit a sembler se bloquer et la civière est appelée pour l'évacuer. Il reste 20 minutes et le Costa-Rica n'a toujours pas cadré le moindre tir et au contraire subit toujours les assauts orchestrés par Robben et Van-Persie.Sur un coup-franc légérement excentré sur la  gauche Sneijder prend sa chance et trouve le poteau de Navas qui semblait en retard pour une fois. À la 88ème minute Van Persie visiblement épuissé ne parvient à dévier un centre de Sneijder. Les Pays-Bas poussent pour arracher la victoire avant les prolongations mais manquent de réussite dans le dernier geste, un manque de réussite symbolisé par la dernière tentative de Robin Van Persie. Suite à une mauvaise sortie de Navas "RVP" hérite du ballon, tire et voit sa frappe contrée maladroitement du pied puis de la tête par Tejeda avant de finir sa course sur la barre transversalle. Peu-après l'Ouzbek Ravshan Irmatov envoit les deux équipes en prolongation. Les Néerlandais ont accentué leur emprise sur ce match avec 64% de possession de balle, 7 tirs cadrés à 0 ainsi qu'un poteau et une transversale qui ont supplée Navas encore omniprésent ce soir.

La première alerte pour les coéquipiers de Bryan Ruiz n'est pas dû aux flêches Battaves mais à l'intervention des soigneurs pour le genou de Navas touché sur un contact. Plus de peur que de mal et le jeu reprend. Les crampes commencent à pointer leurs nez pour Acosta mais l'arbitre siffle la mi-temps encore largement dominée par Luis Van Gaal et ses Hommes. Le futur coach du Bayern Munich effectue son deuxième changement en lancant l'Hambürger Huntelaar qui écopera peu après d'un carton jaune pour une charge sur Navas. La défense Costa Ricienne se montre trés disciplinée pour jouer le hors-jeu et sur un contre Bryan Ruiz offre aux siens leur premier tir cadré du match et son premier, et unique arrèt du match à Cillessen. Robben va à nouveau toucher du bois juste avant le coup de sifflet annoncant la séance de tirs aux buts. C'est donc cette épreuve fatidique qui va déterminer l'adversare de l'Argentine en 1/2. Un seul tir cadré au crédit de Bryan Ruiz mais le hold-up était presque parfait tant les Néerlandais ont dominés avec 20 tirs dont 15 cadrés et ont touchés 3 fois du bois.

Le coup de poker de Van Gaal:

Petite sensation juste avant le coup de sifflet final puisque Louis Van Gaal décide de faire rentrer son gardien remplacant Tim Krul en vue des tirs au but. Une décision étrange qui aurait pu faire parler en cas de défaite mais qui donnera raison au technicien Hollandais. Si Van Persie répond à Borges, le portier de Newcastle stoppera la tentative de Brian Ruiz et surtout délivrera les siens en stoppant également celui d'Umana. C'est donc les Pays-Bas qui défieront l'Argentine de Léo Messi le 9 juillet à Sao Paulo. Coup d'envoi à 17h heure locale (22h en France), un match à suivre en direct et en intégralité sur Vavel.