C'était il y a 32 ans... Séville 82

Retour sur le tristement célèbre match qui a eu lieu le 8 juillet 1982 en demi-finale de Coupe du Monde entre la France et la RFA. Un match, une injustice et peut être la plus grande erreur d'arbitrage de l'histoire du football.

C'était il y a 32 ans... Séville 82
© Grégoire Quelain - VAVEL France
France
3 3
RFA
France: Ettori - Amoros - Bossis - Janvion - Trésor - Genghini (Carton Jaune, 40e ; remplacé par Battiston 50e lui même remplacé par Lopez, 60e) - Platini (Capitaine) - Giresse (Carton Jaune, 35e) - Tigana - Rocheteau - Six
RFA: Schumacher (GB) - Briegel (Rummenigge, 97e) - Breitner - Förster - Förster (Carton Jaune 46e) - Dremmler - Littbarski - Fischer - Magath (Hrubeschprès, 73e) - Stielike - Kaltz (Capitaine)
SCORE: 90 minutes : 1-1 ; prolongations 3-3 ; tirs aux buts : 4-5

VAVEL France revient en ce mardi 8 juillet 2014 sur un match d'anthologie qui a eu lieu il y a 32 ans jour pour jour. La demi-finale de la Coupe du Monde 1982 entre la France de Michel Platini et la RFA de Rummenigge. Un match marqué par les erreurs d'arbitrage du néerlandais M. Cover.

Première période : 1-1

Les Allemands entament très bien la rencontre et ouvrent le score rapidement, dès la 17ème minute par l'intermédiaire de Pierre Littbarski. Ettori repousse la frappe de Klaus Fischer mais Littbarski vient pousser le ballon au fond des filets.

Littbarski face à Amoros / http://4.bp.blogspot.com


Les Français réagissent et se montrent plus redoutables. Après une des nombreuses fautes allemandes, les français obtiennent un bon coup franc tiré par Giresse. Sur l'action, Rocheteau est retenu dans la surface par Förster et les Bleus obtiennent ainsi un pénalty logique. Michel Platini, le capitaine de l'Equipe de France se charge de le transformer et permet aux Bleus de revenir au score. Score nul à la mi-temps.

om4ever.com

Deuxième mi-temps et erreurs d'arbitrages

53ème minute : Les Bleus commencent fort cette seconde période et inscrivent un but par l'intermédiaire de Dominique Rocheteau mais le but est refusé. En effet selon l'arbitre Rocheteau a fait une faute sur Förster... Une faute peu évidente.

Quelques minutes plus tard, Battistion se présente seul face à Harald Schumacher, le gardien allemand. Ce dernier le percute violemment dans ce qui sera l'un des plus grands attentats de l'histoire du football. Alors que Battistion est évacué inconscient du terrain, l'arbitre siffle une remise en jeu au lieu d'exclure le portier allemand et de siffler un pénalty pour les Bleus. Une des pires décisions de l'histoire du football et de l'arbitrage selon la BBC.

Les Français révoltés, à l'instar de leur sélectionneur Michel Hidalgo, décident de hausser leur niveau de jeu. Ils vont totalement dominer la deuxième période sans réussir à trouver le chemin des filets.  Les Allemands obtiennent des prolongations inespérées.

Les prolongations

Dès le début des prolongations, les Bleus sont récompensés en trouvant prenant l'avantage grâce à une magnifique reprise, tel un attaquant centre, de Marius Trésor. 92ème minute, 2-1 pour les Bleus

lefigaro.fr


Les Bleus vont même mener 3 buts à 1 grâce à Alain Giresse à la 98ème minute. Auteur d'un très bon match il permet à la France de se rapprocher de la grande finale.

Mais à la 102ème minute, Rummenigge entré en jeu à la 97ème, inscrit un but qui redonne totalement espoir aux Allemands. Le but est contestable puisqu'au départ de l'action deux fautes sur les Bleus n'ont pas été sifflées par M. Cover.
Les Bleus reviennent au score à la 108ème minute par Fischer. Un retour inespéré dans la partie et le début de la désillusion pour les Français.
Le match se finit donc injustement, pour les Bleus, aux tirs aux buts.

La séance de tirs aux buts

Giresse est le premier à s'élancer côté français et il marque. 1-0 pour les Bleus.  Kaltz lui répond de suite et remet les deux équipes à égalité. Amoros marque à son tour, tout comme Breitner pour la RFA. Rocheteau marque et dans l'action suivante Ettori repousse la tentative de Stielike. Avantage d'un but pour les français pour quelques instants puisque Six va lui aussi voir sa frappe arrêtée. Littbarski transforme son pénalty et les deux équipes sont de nouveau à égalité. Michel Platini, déjà buteur sur pénalty dans ce match  transforme à nouveau son pénalty. 4-3 pour les Bleus. Rummenigge, lui qui a permis à l'Allemagne d'accrocher les prolongations se charge de son pénalty. Les 5 tireurs de chaque côté ont tiré et Bossis et Hrubesch vont donc avoir le match au bout de leur pied. Bossis échoue malheureusement sur Schumacher, qui effectue son deuxième arrêt. Hrubesch ne tremble pas et qualifie la RFA.

Un match terrible pour les français, qui après des erreurs d'arbitrages, s'inclinent finalement aux tirs aux buts.
32 ans, le match est toujours aussi tristement célèbre et reste l'une des plus grandes injustices de l'histoire du football.