La génération désenchantée du Cameroun

Malgré une génération composée de plusieurs joueurs talentueux le Cameroun n'en finit plus de décevoir. Dernière désillusion en date la Coupe du Monde au Brésil a été marquée par une série d'incidents sur et en-dehors du terrain et parfois même entre coéquipier. Cette génération camerounaise a failli, comme un cycle qui a tourné depuis plusieurs années déjà.

La génération désenchantée du Cameroun
1001-sports.fr

Des débuts prometteurs

Piteusement éliminés dès la phase de groupe, les « Lions Indomptables » ne font plus peur à personne et ce depuis plusieurs années. Leur dernière victoire en Coupe du monde remonte à l'édition 2002 en Corée du Sud et au Japon... 1-0 contre l'Arabie Saoudite. Une Coupe du Monde que le Cameroun abordait pourtant avec sérénité puisque de nombreux joueurs de l'effectif avait remporté aux Jeux Olympique Sydney en 2000 et deux ans plus tard à la conquête du titre continental. Malgré cette désillusion, l'équipe, entrainée par l'Allemand Winfried Schäfer participe à la Coupe des Confédérations organisée en France. Au delà de la finale perdue 1-0 face à la France, l'image marquante de la compétition restera le décès en plein rond central de Gerland de Marc-Vivien Foé, le 26 juin 2003 lors de la demi-finale contre la Colombie. Un événement tragique qui marque la fin de l'apogée pour les « Lions Indomptables ».

Les coéquipiers de Samuel Eto'o furent contraints de regarder l'édition de 2006 chez eux et pour la première Coupe du Monde organisée sur le sol africain en 2010, ils échouent à la dernière place du groupe E avec 0 point inscrit dans une poule composé du Danemark, du Japon et des Pays-Bas, après une qualification pour le Mondial, convaincante. Déjà contesté par les médias locaux, Paul Le Guen, l'entraîneur en place, est remercié. Son successeur l'Espagnol, Javier Clemente arrivé en aout 2010 ne parvient pas à qualifier l'équipe pour la CAN et est démis de ses fonctions en juin 2011 sous la pression des joueurs, emmenés par Samuel Eto'o. Le Cameroun ne participera pas non plus à la CAN 2013 à cause notamment d'une défaite en match aller-retour contre le Cap-Vert (2-0 ; 1-2), le sélectionneur français Denis Lavagne est démis de ses fonctions sur décision du Ministre des sports.

2014 la goutte d'eau qui fait déborder le vase

L'Allemand, Volker Finke est nommé entraineur en mai 2013 avec pour mission d'emmener l'équipe au Brésil, chose faite en écrasant la Tunisie 4-1 en novembre de la même année. Mais c'est au moment du départ que les ennuis vont commencer : les joueurs, de nouveau emmenés, par Samuel Eto'o se mettent en grève pour réclamer de meilleurs primes de résultats, le vol pour le Brésil est repoussé. Le second problème et le plus important a eu lieu sur place : trois matchs indignes d'une équipe qualifiée pour la Coupe du monde, autant dans le contenu que dans l'attitude sur le terrain. En tribune lors des deux premiers matchs en raison d'une blessure au genou, le joueur n'a pas semblé préoccuper par l'enjeu. Il semblerait même que le joueur ait été le leader d'une fronde à l'encontre de Volker Finke, incapable de galvaniser ses troupes. Certains joueurs cadres comme Alex Song ont eut des comportements plus qu'étonnants avec notamment un carton rouge pour un coup de coude sur Mario Mandzukic. 

Le carton d'Alex Song contre la Croatie

Signe de la dégradation du climat relationnel au sein du groupe Benoit Assou-Ekotto va même adressé un coup de tête à son partenaire Benjamin Moukandjo. 

Le coup de tête d'Assou-Ekotto

Visiblement hors de lui l'ancienne star Roger Milla a ouvertement réclamé la démission des dirigeants de la fédération, du sélectionneur ainsi que la fin de la « génération Eto'o » pour finir la commission de discipline de la fédération a décidé d'étudier le cas de sept joueurs soupçonnés de fraude.