Coupe du Monde 2014 : Merci pour le spectacle

Cette Coupe du Monde s'étant conclue sur le sacre de l'Allemagne, l'heure des bilans est arrivée. Voici le moment de remercier joueurs, entraîneurs et acteurs de ce Mondial pour le spectacle offert. Voici le moment d'évoquer la nouvelle ère qui semble s'ouvrir, avec de magnifiques perspectives quant à l'avenir.

Coupe du Monde 2014 : Merci pour le spectacle
©leparisien.fr

Amis lecteurs, vous n'en avez peut-être pas conscience, mais vous avez vécu l'une des plus belles Coupe du Monde de l'histoire. Une de celle qui restera dans les mémoires pour le spectacle qu'elle nous aura offert mais aussi pour son caractère historique. Après le triste Mondial en Afrique du Sud, nous avons assisté à une flamboyante édition 2014 au Brésil, édition au cours de laquelle tout aura été réuni pour notre plus grand plaisir.

Le jeu au rendez-vous

C'est d'abord grâce au spectacle offert par les différentes équipes que cette Coupe du Monde aura été merveilleuse. Ce qui aura été réjouissant tout au long de cette compétition, c'est de voir les équipes plus faibles chercher à jouer, même face aux favoris. On retiendra le Costa Rica, le Mexique, le Chili qui ont gêné les meilleures équipes du tournoi en s'appuyant bien-sûr sur une grosse base tactique mais aussi sur une vraie aisance avec le ballon, avec une réelle intelligence de jeu et une grosse maîtrise technique. On a alors assisté à des matches ouverts, rythmés, ou chaque attaque aura été dangereuse et l'occasion de voir de belles phases de jeu. Après la chute d'un passing game devenu de plus en plus triste, cette Coupe du Monde a été la renaissance du football de contre, avec l'idée d'aller vite vers l'avant. Ainsi, nous avons vécu des matches disputés et intenses, qui allaient d'un but à l'autre, avec un rythme effréné et déroutant. Les buts, le spectacle, les gestes de grande classe auront été au rendez-vous. On retiendra le but de James contre l'Uruguay, celui de Tim Cahill, ceux des Pays-Bas face à l'Espagne, le doublé de Suarez contre l'Angleterre, les arrêts d'Howard face à la Belgique et ceux de M'Bohli face à l'Allemagne, voilà pourquoi ce Mondial aura été génial. Merci aux joueurs pour le niveau de jeu de cette Coupe du Monde. Merci à eux d'avoir jouer au football, tout simplement.

©fr.m.fifa.com

De belles batailles tactiques

Certains d'entre vous répondront qu'à partir des phases à élimination directe, les matches auront été beaucoup plus fermés, à l'image de la demi-finale entre l'Argentine et les Pays-Bas ou à l'instar même de la finale du tournoi. Mais même dans ces matches moins intenses, il y aura eu du spectacle. Ce Mondial aura été marqué par de magnifiques affrontements tactiques entre sélectionneurs de grande qualité. La prépondérance des entraîneurs, voilà pourquoi on a vécu une grande Coupe du Monde. Les matches fermés auront été âpres et haletants à observer. La finale Allemagne - Argentine restera dans les mémoires pour la solidarité dont ont fait preuve les hommes de Sabella pendant plus de 110 minutes de jeu, pour leur courage, leur intelligence dans le placement et leur solidité tactique. Le football n'est pas que l'attaque, c'est aussi la lucidité pour bien défendre, la force technique et la notion de collectif. Derrière le jeu, il doit y avoir une assise défensive compacte. Une grande équipe ne se construit pas sans une grande défense. On a tendance à l'oublier, à force de glorifier le jeu, on a sous-estimé l'importance mais aussi la beauté d'une grosse solidité défensive. Cette Coupe du Monde est venu le rappeler tout en valorisant le jeu. Voilà pourquoi elle restera dans les mémoires. Une Coupe du Monde doit donner des enseignements sur le jeu, marquant de son empreinte son époque. Celle-ci l'a fait.

©lemonde.fr

Au service de l'histoire

Mais outre le jeu, nous avons eu un grand Mondial tout simplement pour son caractère historique. La déroute du Brésil, chez lui, en demi-finale contre l'Allemagne restera dans les esprits comme la plus grande désillusion du football brésilien, au-delà même de la finale de 1950 face à l'Uruguay. Car pour la première fois de l'histoire, c'est dans son domaine de prédilection, la technique, que la Selecao a été écrasée. Cette élimination, ces deux défaites contre l'Allemagne et les Pays-Bas et cet échec réprésentent une remise en question totale du football brésilien. Parce que c'est la première fois que le géant brésilien est apparu aussi petit, ce Mondial restera dans les esprits.

Mais d'autres faits resteront dans les mémoires : la chute de l'Espagne, l'élimination de l'Italie dès le premier tour pour la deuxième Coupe du Monde consécutive mais aussi le retour au premier plan de l'Equipe de France. Les personnes qui auront assisté à ce Mondial parleront également à leurs progénitures de la morsure de Luis Suarez sur Chiellini, de quoi entretenir son mythe à travers les âges. A chaque grande Coupe du Monde, ses petites histoires. Au même titre que la main de Maradona contre l'Angleterre en 1986 ou que le coup de boule de Zidane en 2006 contre l'Italie, la morsure de Suarez marquera ce Mondial mais surtout l'histoire du football en général. Car oui cher lecteur, tu protesteras dans 25 ans et tu raconteras à tes enfants, que tu auras à ta charge un week-end sur deux, la fameuse morsure d'une uruguayen qui aura ensuite volé la vedette au grand Lionel Messi au FC Barcelone. Et tu regretteras cette époque, tu seras nostalgique de cette Coupe du Monde qui pour toi elle aura été la meilleure. Bien meilleure que ce Mondial honteux au Qatar que tu avais voulu boycotter fût un temps avant de te raviser parce qu'il fallait pas déconner c'était du foot quand même. L'histoire aura laissé son empreinte dans cette Coupe du Monde. Voilà une raison de plus pour laquelle elle restera dans les mémoires.

©rtl.fr

Car oui, on y repensera avec nostalgie à cette Coupe du Monde. On ne va pas se mentir, on a vécu un été magnifique, grâce à ce Mondial 2014 exceptionnel. Tout le monde à ce grand père qui lui parle avec émotion du Mondial 1970, désormais nous avons notre Coupe du Monde mythique. Et c'est désormais notre génération qui va agacer ses petits-enfants avec le Mondial 2014. Préparez-vous à la nostalgie, car après une telle compétition, elle va forcément nous toucher.