France - Albanie (1-1) : des raisons de ne pas s'inquiéter

L'équipe de France a été tenu en échec (1-1) par l'Albanie à Rennes, ce vendredi soir en match amical. Menés à la pause, les hommes de Deschamps ont tout de même réussi à égaliser en fin de match. Décryptage.

France - Albanie (1-1) : des raisons de ne pas s'inquiéter
l'équipe.fr / la joie française après l'égalisation

"C'est vrai que c'est une contre-performance de faire match nul chez nous". Didier Deschamps n' pas caché sa déception à l'issue du match nul entre la France et l'Albanie au stade de la Route de Lorient. Les Bleus débutent le match avec une équipe titulaire fortement remaniée suite aux nombreux bléssés. Seulement six titulaires du quart de finale de la Coupe du monde face à l'Allemagne débutent le match. L'Albanie, actuel 48ème au classement FIFA n'est pas une grande nation du football, mais a quand même réussi à gagner au Portugal (1-0).

L'expérimentation du 4-4-2 pas concluante

Dés les première minutes du match, l'Albanie se montre le plus dangereux. Comme pour montrer qu'ils sont pas venus faire du tourisme. Lorik Cana, l'ancien marseillais catapulte une tête surpuissante sur la barre transversale d'Hugo Lloris (2ème). Les Bleus tentent ensuite de réagir et il faut attendre la 32ème minute pour voir la première grosse occasion pour les Bleus. Karim Benzema pique trop sa tête qui passe à côté des buts albanais. Seul au second poteau, le Madrilène n'a pas pris la bonne décision. Les Bleus prennent ensuite progressivement le contrôle du jeu, sans pour autant se montrer dangereux offensivement. Jusqu'à cette 40ème minute, ou l'Albanie ouvre le score.

A la suite d'un corner, Hysaj se défait de Jallet avant de centrer pour Mavraj, totalement démarqué. La punition. À la pause, contre toute attente la France est menée 1-0. Au retour des vestiaire, les joueurs albanais se placent trés bas et se contentent d'attendre les Français. Ils se montrent trés dangereux en contre (52ème, 60ème). Grâce à un excellent Lloris, les Bleus restent dans le match. Le premier coaching opéré par Deschamps intervient à l'heure de jeu. Griezmann remplace Cabaye, peu en réussite ce soir. Dix minutes plus tard, il permet grace à une belle frappe à ras de terre, aux Bleus de revenir dans le match. Dans les dernières minutes, la France pousse pour arracher la victoire mais l'Albanie tient son exploit. Le score ne bouge plus, l'essenciel est sauvé.

Sans surprise, Deschamps a innové. Lors de cette longue série de match amicaux avant l'Euro 2016, le but étant d'essayer chaque solutions afin d'offrir le maximum de choix au séléctionneur. Pour la première fois, le Lyonnais Alexandre Lacazette est titularisé aux côtés de Benzema en pointe. Une juste récompense pour le meilleur buteur du championnat de France avec onze buts aprés treize journées. La défense, de son côté, totalement remaniée avec Jallet à droite, Yanga-Mbiwa et Varane dans l'axe et Digne à gauche est loin d'avoir convaincu. Elle a pris l'eau lors des contres albanais. A l'arrivée, un constat : ce système avec deux attaquants devant Mathieu Valbuena ne fonctionne pas.

Des performances individuelles en deça

Au delà du résultat négatif, la motivation des joueurs est discutable. Privés de matchs officiels jusqu'en 2016, peut-être a t-on pris cet adverssaire à la légère ? Jamais le duo Lacazette-Benzema n'a réussi à faire la différence. Pire, le Lyonnais a été invisible et le Madrilène, pourtant excellent avec le Real Madrid, continue dans sa mauvaise lignée en Bleus. A l'arrivée, seulement Lloris et Varane ont réalisé un bon match. Pour le reste il faudra se remettre en question, et réagir, dés ce mardi face à la Suède au Stade Vélodrome de Marseille. Il est difficile d'en vouloir à cette équipe qui nous a offert tellement de bonheur durant la Coupe du monde au Brésil. Un mauvais match ne peut pas tout remettre en question, heureusement.