CM 1934 : Première victoire Européenne

L’édition 1934 de la coupe du monde marque son envol...

CM 1934 : Première victoire Européenne
Le ballon utilisé en 1934 (Kombini.com)

L’édition 1934 de la coupe du monde marque son envol. Alors que seulement 13  pays, avaient fait le déplacement en Uruguay. Il sont 29, quatre ans plus tard, à vouloir participer au tournoi. Lors du congrès de Stockholm, en 1932, la FIFA désigne L'Italie comme pays hôte au détriment de la Suède. Cette coupe du monde est marquée avant tout par le fanatisme d'une Italie Fasciste et sert d'outil de propagande au régime Mussolinien.

Cette compétition compte en fait 32 engagés. Mais 3 vont déclarer forfaits: le Pérou, le Chili, la Turquie. Il existe un absent de marque, l'Uruguay, tenant du titre qui refuse de participer car trop peu de nation Européenne ont fait le déplacement lors de "sa" coupe du monde. De plus les Uruguayens doivent faire face à une grève des joueurs en raison du difficile passage au professionnalisme.

L'épreuve se dispute du 27 mai au 10 juin 1934 dans 8 stades: Bologne, Florence, Gênes, Milan, Naples, Rome, Trieste, Turin. Pour réduire le nombre des participants à 16, des matchs qualificatifs ont eu lieu auparavant

Résultats des matchs qualificatifs

Les premières équipes  sont les équipes qualifiées. Les équipes éliminées figurent en face.

USA -Mexique, Cuba, Haïti

Brésil-Pérou (forfait)

Argentine-Chili

Egypte-Palestine

Suède-Estonie, Lituanie

Espagne-Portugal

Italie-Grèce: C'est un cas unique, l’organisateur à du disputer un match de barrage. A l'occasion de ce match Nereo Rocco, futur entraineur du Milan AC des années 60, joue son seul et unique match avec la sélection. Ce match est par ailleurs entaché de soupçons de trucage...

Autriche, Hongrie-Bulgarie

Tchécoslovaquie-Pologne

Suisse et Roumanie-Yougoslavie. Les Yougoslaves demi finalistes en 1930 font match nul face à la Suisse 2-2 et perdent 2-1 contre la Roumanie.

Belgique, Pays Bas- Etat libre d'Irlande

France, Allemagne- Luxembourg. Les Luxembourgeois sont étrillés 6-1 face aux tricolores.

Huitièmes de finale

Les matchs sont à élimination directe. Huit tetes de séries sont désignés: Italie,  Tchécoslovaquie, Hongrie, Argentine, Autriche, Allemagne, Brésil, Pays Bas. Ce choix ne va pas sans poser problème car les suisses et les espagnols sont mécontents.

-A Rome les Italiens écrasent les USA 7-1.Quatre anciens joueurs argentins, finalistes en 1930, jouent désormais pour l'Italie; Di Maria, Guaita, Orsi, Monti. Ce "problème" des "oriundi" est récurent dans l'histoire de l'Italie.

-A Gênes l'Espagne mène 3-0 contre le Brésil et finalement l'emporte 3-1. Les Sud Américains envoient une équipe bis lors de cette épreuve tout comme les argentins.

-Turin, la France, qui compte dans ses rangs sept joueurs de deuxième division, affronte, l'un des favoris, l'Autriche.la "wunderteam" avec des joueurs phare comme Franz Wagner, Johann Horvath, Anton Schall,, Joseph Bican. En 1931,  face à l'Angleterre à Stamford Bridge, elle avait fait jeu égal et s'inclina finalement sur la marque de 3-4. Les autrichiens ,entrainé par Hugo Meisl, l'un des entraineurs les plus charismatiques de l'entre deux guerres,puisque à sa mort 38 fédérations fleuriront sa tombe.

L'équipe de France

Le match commence mal puisque après dix minutes, un choc entre l'autrichien Smistik et le Français Jean-Nicolas, laisse ce dernier groggy pour toute la rencontre. Cela ne va pas l'empêcher de marquer le premier but pour les tricolores. Sindelaar "l'homme de papier" ou "le Mozart du football" permet à son équipe d'aller en prolongation bien que  que Kipton ait chargé le futur sélectionneur George Verriest de son marquage.

Comme quatre ans plus tôt, c'est sur une décision d'arbitrage que bascule la rencontre. En effet, Schall inscrit un but suite à un hors jeu flagrant. Bican corse la marque en inscrivant le but du 3-1.Les Français quittent  la compétition la tête haute. Pour la Gazzetta dello Sport ce fut «un match qui revalorise hautement le football français". Pour l'auto «le miracle a failli se produire.

Il s'en est fallu de peu aujourd’hui que la France éliminât l'Autriche de la coupe du monde. Car son équipe à joué avec une belle vaillance et une telle décision qu'elle empêcha son adversaire de fournir sa partie habituelle. C’est à peine si l'on peut dire qu'aujourd’hui les Autrichiens furent supérieurs en technique aux Français. Ils ne surent pas imposer leur jeu. Pour nous, le miracle s'est réellement accompli, car avant la fin du temps réglementaire, les deux équipes étaient à égalité. Il a fallu la prolongation. Que nous soyons arrivés à un tel résultat: contre l'équipe la plus réputée d'Europe, sur terrain neutre, voila ce qui s'appelle succomber avec les honneurs de la guerre"

-l'Egypte fait jeu égal 2-2 avec la Hongrie avant de s'incliner 4-2.

-A Trieste, la Tchécoslovaquie bat 2-1 la Roumanie, malgré l'ouverture du score par l'équipe Roumaine.

-A Milan, la Suisse gagne 3-2 contre la Hollande

-A Florence; les Belges ont l'avantage jusqu'a la fin des premières 45 minutes.(2-1) mais encaissent quatre buts, des Allemands , dans la deuxième mi temps, score finale 2-5.

-A Gênes, l'Espagne bat le Brésil 3-1 , Léonidas sauvant l'honneur.Quatre ans plus tard, il sera l'un des grands protagonistes de l'édition suivante

1/4 finales

Lors du plus beau match des quarts de finale, selon les observateurs présent, la Tchécoslovaquie vient à bout de la Suisse 3-2.Grace à deux buts d'Hohmann,l'Allemagne se défait de la Suède.

Le match le plus âpre du tournoi est celui disputé entre les Autrichiens et les Hongrois.A la mi- temps, on compte deux blessés dans le camp hongrois. C’est la "wunderteam" qui jouera les demi finales après une victoire étriquée:2-1.

La rencontre entre l'Espagne et l'Italie est l'une des premières à passer à la postérité: emmenée par deux grands gardiens, Combi, coté Italien, et Zamora coté Espagnol. Ce dernier fera même l'objet d'un film en Espagne. Devant lui il possède de très bon défenseurs en la personne de Ciriaco et Quinones. l'Espagne ouvre la marque sur un coup franc de Regueiro. L’Italie égalise par le même moyen. La prolongation ne donnera rien. Les deux équipes rentrent au vestiaire sur un score de parité;1-1.

Les deux équipes rejouent le lendemain. L’Italie aligne trois joueurs frais tandis que l'Espagne procède à sept changements. La "roja" ne peut compter que sur un seul de ses attaquants habituels: Regueiro. Le "terrible" oriundi Monti fait encore des siennes puisqu’a la cinquième minute du deuxième match, l’ailier Espagnol Bosh est blessé. Un but de Meazza à la 12éme minute scellera le destin des Espagnols.

Giuseppe Meazza

1/2 finales et finale                                                                                                                                 

 A San Siro sur une pelouse gorgée d’eau, les joueurs de  l'Autriche et l'Italie sont fatigués. Alors que la "wunderteam" avait battu quelques mois avant la compétition, à Turin, les joueurs de la "nazionale" 4-2 .les Italiens prennent leur revanche 1-0 .Dans l'autre match les Allemands s'inclinent largement 1-3 contre la Tchécoslovaquie. Lors de la rencontre pour la troisième place, l' Autrichie, qui à ses plus belles années derrière elles, est battu 3-2 par l'Allemagne.

La finale se déroule le 10 juin à Rome. L’ailier gauche Puc donne à la Tchécoslovaquie l'avantage. Le stade se crispe, il faut attendre à la 81éme minutes pour qu'Orsi délivre son équipe. Meazza blessé est à l'origine du but décisif ,en prolongation, inscrit par l'avant centre Schiavio. Selon le sélectionneur Pozzo « il nous à fallu abattre 3 roches ».

Grâce à une politique de marketing nouvelle, la première compétition reine, organisée en Europe se solde par des bénéfices records.


Sources:

-Gabriel Mantz: The complete world cup.

-The History of the world cup de Brian Glanville

-Tony Mason: Passion of the people? Football in South America 

- La fabuleuse histoire du Football par Jean-Philippe Rethacker et Jacques Thibert

-80 years of Glory 1930-1954

-Histoire politique des coupes du monde de football:Paul Dietschy, Yvan Gastaut,Stéphane Mourlane.

-La fabuleuse histoire de la coupe du monde de Thierry Roland

-Histoire du Football de Paul Dietschy

- Histoire du football  par Jacques de Ryswick