L'Allemagne facile vainqueur de l'Italie

Supérieure dans tous les domaines de jeu, la Nationalmannschaft n’a pas été contrainte de forcer son talent pour venir à bout d’une équipe d’Italie inoffensive et globalement décevante (4-1). Les joueurs de Joachim Löw renouent enfin avec la victoire après deux défaites consécutives alors que ceux d’Antonio Conte voient leurs doutes persister à bientôt deux mois du coup d’envoi du championnat d’Europe.

L'Allemagne facile vainqueur de l'Italie
Peu utilisé au Bayern Munich, Mario Götze s'est une nouvelle fois montré décisif sous le maillot de l'équipe nationale allemande (photo : dfb.de)
Allemagne
4 1
Italie
Allemagne: TER-STEGEN - HECTOR (GINTER, 85E), MUSTAFI, HUMMELS, RUDIGER - KROOS (KRAMER, 89E), RUDY - OZIL, DRAXLER (VOLLAND, 85E), MULLER (CAN, 69E), GOTZE (REUS, 60E).
Italie: BUFFON - FLORENZI (DE SILVESTRI, 62E), ACERBI, BONUCCI (RANOCCHIA, 61E), DARMIAN - MONTOLIVO, MOTTA (PAROLO, 68E), BERNARDESCHI - GIACCHERINI (EL SHAARAWY, 69E), INSIGNE (OKAKA CHUKA, 68E), ZAZA (ANTONELLI, 78E).
SCORE: 1-0, KROOS (24E), 2-0, GOTZE (45E), 3-0, HECTOR (59E), 4-0, OZIL (75E, SP), 4-1, EL SHAARAWY (83E).
ARBITRE: O. DRACHTA. AVERTISSEMENTS. ALLEMAGNE : HUMMELS (57E), MUSTAFI (77E). ITALIE : GIACCHERINI (14E), PAROLO (69E).
ÈVÉNEMENTS: MATCH AMICAL INTERNATIONAL - ALLEMAGNE / ITALIE - ALLIANZ ARENA (MUNICH).

À l’occasion de cette 34e opposition entre l’Italie et l’Allemagne, deux des grandes nations du football européen considérées comme des candidats sérieux au sacre lors de l’Euro 2016, la Nationalmannschaft s’est offert une véritable promenade de santé devant son public munichois. Les champions du monde en titre avaient visiblement oublié leur cuisante défaite face à l’Angleterre samedi dernier (3-2 alors qu’ils menaient de deux buts à la mi-temps) au moment d’affronter une sélection italienne en pleine recherche d’identité. La Squadra Azzurra, qui restait pourtant sur une prestation intéressante et encourageante face à l’Espagne (1-1), s’est montrée totalement dépassée hier soir sur la pelouse de l’Allianz Arena.

Une prestation de la Squadra Azzurra qui inquiète


Avec cette nouvelle contre-performance sportive, la Nazionale n’a pas seulement connu sa première défaite face aux Allemands depuis 1996 puisqu’elle manque également l’opportunité de se rassurer pour ce qui était son dernier match de préparation avant le coup d’envoi du championnat d’Europe en juin prochain. Trop axée sur la défense, très peu inspirée offensivement et dépassée dans l’entrejeu, l’équipe d’Antonio Conte était bien trop faible pour espérer quoi que ce soit de cette confrontation face à l’Allemagne. Même si la Squadra Azzurra parvient à prendre possession du ballon lors des dix premières minutes de la rencontre, ceci ne reste ni plus ni moins qu’un mirage laissé possible par des Allemands un peu brouillons qui cherchaient seulement à trouver leurs marques.
Car dès que la Nationalmannschaft s’est mise à conserver le ballon puis à se projeter vers l’avant, les Italiens ont presque cessé d’exister. Gianluigi Buffon, l’indéboulonnable gardien qui a par ailleurs fêté sa 156e sélection sous le maillot de la Nazionale, s’est longtemps constitué comme le dernier rempart au succès des Allemands en repoussant non sans difficulté plusieurs tentatives adverses. Mais à force d’être exposé au danger et incorrectement suppléé par sa défense, le portier de la Juventus Turin va craquer inéluctablement, sur une frappe instinctive de Toni Kroos aux abords de la surface venue se loger dans le petit filet droit (24'). Dès lors le collectif italien va progressivement s’éteindre, malgré toutes les tentatives d’un Antonio Conte toujours aussi actif dans sa zone technique. Face à l’efficacité redoutable des Allemands, chaque offensive devient une sérieuse menace pour la défense azzurri menée par Leonardo Bonucci.
C’est donc sans réelle surprise que les Visiteurs vont encaisser trois nouveaux buts, dont le dernier sur un penalty indiscutable transformé par Mesut Özil quelques instants seulement après que Rudy ait été fauché par Buffon (75'). La réduction du score de Stephan El Shaarawy en fin de rencontre ne sera qu’une bien maigre consolation pour la Nazionale, d’autant plus que la frappe de l’attaquant romain est détournée dans son propre but par Antonio Rüdiger (83').

L’Allemagne retrouve de nouveau son efficacité redoutable

Déjà buteur en sélection face à l’Angleterre quelques jours auparavant, Toni Kroos a de nouveau récidivé pour ouvrir la voie du succès à ses coéquipiers. En faisant sauter le verrou de la défense italienne jusque-là compacte et imperméable, le milieu de terrain du Real Madrid a sans doute précipité la chute collective de ses adversaires. Celui-ci va d’ailleurs continuer de se montrer décisif en régulant à la perfection le jeu de la Nationalmannschaft basé sur une transmission incessante et fluide du ballon entre les joueurs.
Autre joueur allemand ayant été incontournable ce mardi soir, Thomas Müller. Comme à chacune de ses apparitions sous le maillot de sa sélection, l’attaquant du Bayern Munich s’est montré décisif en ne délivrant pas moins de deux passes décisives sur cette pelouse qu’il affectionne tant. La première sur un centre à ras de terre légèrement dévié par Bonucci mais qui a su trouver preneur en la personne de Toni Kroos (24'). La deuxième sur un centre piqué à destination du second poteau où Mario Götze parvient à devancer trois défenseurs italiens pour placer une tête puissante venue prendre Buffon à contre-pied (45').
En s’octroyant la possession du ballon et en ne laissant pas suffisamment d’espaces à leurs adversaires pour que ces derniers puissent s’exprimer, les Allemands ont finalement eu une emprise totale sur le match. Au retour des vestiaires, deux autres réalisations signées Jonas Hector (59') et Mesut Özil (75', sp) viendront apporter un peu plus de gravité et surtout de saveur à cette victoire maîtrisée du champion du monde en titre. Joachim Löw peut évidemment se satisfaire de la prestation aboutie et contrôlée de ses joueurs. Difficile d’en dire autant pour son homologue italien pour qui la préparation à l’Euro risque d’être bien plus laborieuse que prévue…


Les autres résultats de cette dernière soirée de matchs amicaux : Portugal - Belgique : 2-1 ; Angleterre - Pays-Bas : 1-2 ; France - Russie : 4-2.