Euro 2016 : Russie, comparaison des équipes 2008 et 2016

La Russie a atteint les demi-finales de l'Euro 2008. Meilleur résultat depuis la chute de l'URSS. Voici une comparaison de la grande équipe de 2008 et celle d'aujourd'hui.

Euro 2016 : Russie, comparaison des équipes 2008 et 2016
La Russie de 2008 / Credit photo : Championat.ru

En 1960, la première édition du championnat d'Europe des nations est marquée par son hôte, la France qui s'écroulera en demi-finale face à la Tchécoslovaquie et par la victoire de l'URSS. A cette époque l'Espagne ne participe pas en raison du franquisme et il n'y avait pas moins de 8 pays sous influence communiste plus ou moins proches de l'URSS. 

Aujourd'hui, l'URSS a laissé place à la Russie, à l'Ukraine à bon nombre de pays caucasiens ou baltiques.

En 2008, la Russie qui a hérité du palmarès de l'URSS, ne brillait pas en coupe d'Europe. Ne dépassant jamais le stade des poules, rien ne predisait l'accession du pays à la demi-finale de la compéttion. 

A l'heure actuelle, l'équipe de Russie de football est arrivée dans sa base située à Croissy sur Seine dans les Yvelines et va disputer son troisième Euro consécutif le 11 juin face à l'Angleterre.

Voici une comparaison, quasiment poste pour poste des deux équipes, celle de 2008 qui a brillait et celle de 2016 qui laisse perplexe. Je précise que je place ici les joueurs titulaires et non les possibles remplacants.

LE COACH :

2008:  Guus HIDDINK 

Recemment repreneur de Chelsea, l'Hollandais a repris en 2006 la frêle équipe de Russie. Bon tacticien, il permet à l'équipe de Russie d'obtenir son plus gros succès européen depuis 1990. Remplacé par Advocaat en 2010, la Russie ne connaitra pas le même succès en 2012 alors qu'elle était l'un des outsiders.

2016: Leonid SLUTSKY

Successeur du triste et surpayé Fabio Capello que la Russie a licencié l'été dernier, Slutsky ne connait pas l'expérience des matchs internationaux. Gardien amateur et s'étant blessé dans sa jeunesse, il n'a pas pu concrétiser sa carrière de joueur. Actuel entraineur du CSKA Moscou, qui vient de remporter le championnat de Russie, la qualification à l'Euro revient à cet homme qui a su trouver les bons mots pour pousser l'équipe et lui permettre d'enchainer toutes les victoires dans les 4 derniers matchs des éliminatoires.

LE GARDIEN DE BUT : 

2008 et 2016 : Igor AKINFEEV

Que ce soit en 2008 ou en 2016, Igor Akinfeev est l'Homme de la situation. Le meilleur gardien de Russie en 2008 avait à peine 22 ans et luttait pour la place de titulaire avec en face les expérimentés Gabulov et Malafeev. Akinfeev n'était pas forcément le choix le plus logique comme il pourrait l'être aujourd'hui mais il est titulaire face aux Pays-bas et peut se venter d'avoir résister aux assauts de Van Nistelroy et consorts. Aujoud'hui, le gardien a 30 ans est le titulaire indiscutable de l'équipe. Face à Lodygin et à Guilherme, il est irremplaçable par son talent, ses refléxes et son sens du jeu rapide. La concurrence à son poste n'existe pas car son expérience du jeu lui permet d'être le Tsar des buts de Russie.

LA DEFENSE :

2008:  Anyukov, Kolodin, Ignashevitch, Zhirkov ou Torbinsky

La défense russe savait être solide et les relances rapides. Aux ailes nous pouvons retrouver Alexandr Anyukov qui était le titulaire indiscutable sur son côté droit et à gauche, l'entraineur pouvait choisir entre Zhirkov et Torbinsky tout deux agés de 24 ans et à l'avenir prometteur. En charnière nous retrouvons Sergei Ignashevitch et Denis Kolodin. Ignashevitch et un défenseur pur souche. Agé déjà de 28 ans, le défenseur est le pivot de cette défense russe. Appliqué, physique et avec un bon jeu de tête, il est sélectionné en Russie depuis 2002.  Denis Kolodin, est un joueur polyvalent pouvant jouait un peu plus haut en milieu récupérateur. Doté d'une frappe puissante, il était un atout non négligeable au succès russe.

2016 : Igor Smolnikov ,Sergei Ignashevitch , Vassily Berezutsky, Dmitry Kombarov

La Russie est connue pour sa charnière centrale composée d'anciens. Si Ignashevitch est toujours présent, Vassily Berezutsky (ainsi que son jumeau Alexei) était sur le banc en 2008 est maintenant titulaire. Deux défenseur scomplémentaires, peu rapides mais solides physiquement et pouvant rivaliser à la tête. Aux ailes nous pouvons retrouver Igor Smolnikov. Joueur révélé tardivement , il joue sa première coupe d'Europe cette année. Latéral très précieux pour l'équipe de part sa vitesse et son jeu offensif, il a fait le bonheur du Zenith cette saison et pourrait bien poursuivre sur sa lancée cet été peut-être même en attirant l'oeil des recruteurs. A son opposé on retrouve Dmitry Kombarov. Jouant pour le Spartak Moscou c'est un joueur d'éexperience dont les centres sont précieux et précis. Peu de joueur peuvent rivaliser avec ce latéral autant dans ses propres rangs que dans les autres nations européennes. Un joueur qui va beaucoup compter pour la Russie.

LE MILIEU DE TERRAIN : 

2008: Semak, Bilyatedinov, Zyrianov

C'est un milieu plutot expérimenté qui est présenté par la Russie. Dzagoev n'est pas encore révélé (il n'a que 17 ans) c'est Sergei Semak, capitaine de la Sbornaia  qui mène cette défense. Redoutable milieu offensif, c'est un joueur particulier, plutot technique qui est prometteur. Il est aligné aux côtés de Konstantin Zyrianov. Agé de 30 ans il est l'un des plus âgés de l'équipe et pas des moindres. A l'allure très cliché d'un russe dans l'imagination des gens, c'est un joueur robuste, dangereux qui se bat pour le ballon et ne lâche rien. Aujourd'hui âgé de 38 ans , il  joue toujours en FNL (D2 Russie) pour l'équipe réserve du Zenit. Dinyar Bilyatedinov est un milieu russe de 25 ans alors. Doté d'un sens du jeu assez avancé c'est un artisan de la montée de la Russie en 2008. Evoluant au Lokomotiv Moscou, il se démarque par sa taille et une bonne frappe.

2016: Shirokov, Mamaev , Yusupov ou Ivanov

Le capitaine de la Rusise est Roman Shirokov. Très technique et excellent passeur, il est l'artisan principal de la remotivation des autres joueurs durant la phase des eliminatoires. Délivrant des bijoux de passes décisives, c'est un joueur que la Russie aura besoin si elle veut faire un résultat à cet Euro.Le milieu de terrain ayant perdu Alan Dzagoev et recemment Igor Denisov, l'équipe doit compter sur cet homme qui peut faire des miracles avec peu de moyens. Pavel Mamaev va supporter l'effort de son capitaine. Joueur brillant du FK Krasnodar, il est l'un des meilleurs techniciens et passeurs de Russie. Jouant sa première compétition internationale, c'est un joueur à surveiller. Artur Yusupov est le tout dernier joueur à faire son arrivée dans l'équipe de Russie. Remplacant au pied levé d'Igor Denisov, il a un lourd poids sur les épaules. Etre à la hauteur de Denisov n'est pas donné à tout le monde. C'est pour ca qu'il n'est pas le choix premier au milieu de terrain. Denis Glushakov ou Oleg Ivanov sont des choix tout autant possible pour le milieu récupérateur. 

L'ATTAQUE :

2008: Arshavin , Pavlyuchenko, Saenko ou Sytchev

L'attaque de cette Russie attire les regards.  Efficace, rapide et technique, elle est mené en pointe par Roman Pavlyushenko. Grand joueur de part sa taille ( 1m88) et son talent, il est l'auteur de but important contre la Suède lors des matchs de poules. Sur sa droite se trouve soit Ivan Saenko ou Dmitry Sytchev. Ce côté droit est malheureusement  occulté en Russie. Aucun joueur de grand talent n'est positionné à droite. Sauf Dmitry Sytchev à qui on prédestinait une grande carrière mais qui était sur le déclin en 2008. L'ancien joueur de l'OM était remplacé par Ivan Saenko, très discret durant cette compétition et qui n'a pas marqué les esprits. Mais un seul joueur a attiré les regards. Un joueur que personne ne connaissait sauf les amateurs du discret championnat Russe. Andrei Arshavin à littéralement explosé et exposé son talent au monde entier. Auteur d'un but par match en moyenne, ce joueur s'annoncait être une pépite. Surnommé le messi russe, il est recruté par Arsenal après la compétition. En Russie tout le monde se souvient du grand match face aux Pays-Bas et notamment du troisième but marqué par Arshavin qui enterre les pays-bas en mettant un petit pont au grand Van der Sar.

2016 : Shatov , Dzyuba ou Kokorin, Samedov

La triplette en attaque de cette année n'a pas la même gueule que celle de 2008. Mais elle contient des petites pépites russes comme on aime. Oleg Shatov joue sa deuxième compétition internationale. Après une coupe du monde ratée pour les russes, il ne demande qu'à prendre sa revanche. Joueur très talentueux de 25 ans, il est prédestiné à une grande carrière. Faisant penser à Arshavin qui joue au même poste mais qui n'est pas sélectionné, c'est un des meilleurs joueurs de cette équipe. En pointe, la Russie a un dilemme. A moins de jouer en 4-4-2 ou 4-2-2-2, la Sbornaia possède deux voire trois attaquants au profil semblable et au grand talent. Devant, on peut retrouver Artem Dzyuba ou Alexandr Kokorin (voire Fedor Smolov). Dzyuba et Kokorin font la paire étant donné qu'ils se connaissent très bien puisqu'ils jouent au Zenith Saint-Petersbourg ensemble. L'un possédant un physique imposant et l'autre d'une grande technique et d'une bonne vitesse, les faire jouer en pointe tout les deux serait une bonne solution pour pemettre  de offensivement de rivaliser face aux autres nations. Sur la droite, la Russie se dote d'un excellent ailier. Alexandr Samedov a démontré tout son talent et est au zenith de son art. Ayant joué une excellente saison avec son club du Lokomotiv, c'est un choix indiscutable et un atout offensif inimagineable. A voir maintenant si cela se concrétise sur le terrain.