Euro 2016:L'équipe type des huitièmes

L'Islande est la grande surprise de ces huitièmes. L'Italie a fait sensation en sortant l'Espagne. Griezmann, quant à lui, a sauvé la France d'un mauvais piège irlandais.

Euro 2016:L'équipe type des huitièmes
Euro 2016:L'équipe type des huitièmes

 

Entraineur : Antonio Conte (Italie)
Le sélectionneur italien a encore une fois dicté une leçon tactique à ses adversaires. Fou furieux sur son banc, comme à son habitude, le coach de la Squadra nous a montré qu'il n'avait rien perdu de sa technique réalisant une magnifique volée pleine de rage après une perte de balle de son milieu Giaccherini. Le futur manager de Chelsea vit pleinement cet Euro jusqu'à s'en faire saigner du nez.

Gardien  : Hannes Halldorsson (Islande)
Le portier islandais a encore une fois été brillant face à l'Angleterre, déviant une superbe frappe d'Harry Kane et s'imposant devant Sterling à deux reprises. L'Islande, à nouveau, lui doit une fière chandelle.
En concurrence : Gianluigi Buffon (Italie) a permis aux Azzuri de garder l'avantage à 1-0 avant la délivrance de Pellè. Auteur de belles parades (notamment sur la frappe de Piqué), l'italien de 38 ans a démontrer une fois de plus qu'il était loin d'être mort.
Auraient pu postuler : Gabor Kiraly (Hongrie), David De Gea (Espagne), Lukasz Fabianski (Pologne)

Défense centrale : Giorgio Chiellini - Leonardo Bonucci (Italie) - Jérôme Boateng (Allemagne)
"Un roc, un pic, un cap, que dis-je, une péninsule !", la tirade de Bergerac colle à la peau de ses trois défenseurs axiaux. Le tandem italien est infranchissable, Chiellini se mue en buteur et Bonucci en organisateur. Boateng, lui aussi, a scoré face à la Slovaquie et d'une belle volée de l'entrée de la surface, s'il vous plait !
En concurrence : Pepe (Portugal), Thomas Vermaelen (Belgique). Pas un carton et propre dans ses interventions, le défenseur de Real nous a étonné face à la Croatie. Le Belge aurait presque pu, sur le match contre la Hongrie, postuler à une place de titulaire au Barça.
Auraient pu posutler : Ragnar Sigurdsson (Islande), Domagoj Vida (Croatie) et Darijo Srna (Croatie)

Milieux défensifs : Aron Gunnarsson (Islande) - Grzegorz Krychowiak (Pologne) - Gylfi Sigurdsson (Islande). Concernant les deux islandais, ils ont récupéré un nombre incalculable de ballons dans les pieds anglais. La bataille du milieu leur a clairement été favorable. Le capitaine hipster du navire islandais, Gunnarsson, est vraiment partout. Le milieu polonais de Séville a lui réalisé une bonne partie contre la Suisse en stabilisant l'entrejeu dans un match plutôt fermé.
En concurrence : Paul Pogba (France) - Aaron Ramsey (Pays de Galles). Les deux joueurs ont été importants dans la récupération. Le milieu de la Juve aurait pu joué un tour aux siens en se rendant coupable d'un pénalty transformé par l'Irlande dès la 2e minute. Celui d'Arsenal a marqué, en position de hors-jeu.
Auraient pu postuler : Balasz Dzsudsak (Hongrie)

Milieu offensif : Julian Draxler (Allemagne). Régulier depuis le début de la compétition, il a explosé sur ce huitième contre la Slovaquie. Gestes techniques, buteur et passeur décisif, le stade Pierre Mauroy était son terrain de jeu dimanche soir.
En concurrence : Kevin De Bruyne (Belgique). Une belle prestation du rouquin se rapprochant parfois de son match face au PSG en Champion's League. Passeur décisif mais quelques fois éteint.
Aurait pu postuler : Juraj Kucka (Slovaquie)

Ailiers : Antoine Griezmann (France) - Eden Hazard (Belgique).
Grizou sauve les Bleus en inscrivant un doublé en trois minutes, Hazard a retrouvé son niveau de l'an dernier le temps d'une rencontre. What else ?
En concurrence : Gareth Bale (Pays de Galles). La différence vient une nouvelle fois de sa patte gauche, un éclair dans un match bien bien terne.
Aurait pu postuler : Quaresma (Portugal)

Attaquant de pointe : Graziano Pellè (Italie). Le réalisme des dernières minutes pour l'attaquant de Southampton qui, comme face à la Belgique, a enterriné la victoire de sa Squadra. Pellè est très important dans le jeu aérien grâce à ses déviations, sa petite talonnade aurait pu être décisif mais De Gea s'imposait devant Eder.
En concurrence : Mario Gomez (Allemagne). L'attaquant du Besiktas y est allé de son but. Son réalisme n'est plus à prouver. Il obtient également le pénalty... manqué par Özil.
Aurait pu postuler  : Michy Batshuayi ( Belgique)