Bayern tenu en échec par sa bête noire

Le Bayern Munich a une nouvelle fois buté contre le Borussia Mönchengladbach (1-1) vendredi soir. La faute à une complaisance manifeste et un Ter Stegen des grands soirs.

Bayern tenu en échec par sa bête noire
Bayern Munich
1 1
Mönchengladbach
Bayern Munich: Neuer; Lahm, Boateng, Bonfim, Alaba; Martinez (Shaqiri 38e), Schweinsteiger; Kroos, Müller (Pizarro 80e), Ribéry; Mandzukic (Gomez 57e).
Mönchengladbach: Ter Stegen; Jantschke, Stranzl, Brouwers, Wendt; Cigerci (Xhaka 76e), Nordtveit, Marx, Arango; Hanke (De Camargo 75e), Herrmann (Rupp 79e).
SCORE: 0-1 Marx pen. (21e), 1-1 Shaqiri (59e).
ARBITRE: Tobias Welz
ÈVÉNEMENTS: 17e journée de Bundesliga, Stade Allianz Arena

La presse allemande le présentait comme un match piège pour le leader de la Bundesliga. Les Munichois retrouvaient leur bête noire du Borussia Mönchengladbach, une équipe capable de les faire tomber à deux reprises (1-0 à l'extérieur puis 3-1 à domicile) lors de la saison précédente. Autant dire que Ribéry et ses acolytes étaient avertis pour cette ultime confrontation de l'année.

Les Munichois paient cher leur complaisance

Galvanisés par une Allianz Arena pleine à craquer, les joueurs d'Heynckes semblent bien décidés à rompre la spirale négative et partent immédiatement à l'abordage du camp adverse. A ce rythme, les occasions ne tardent pas à arriver. Müller (5e) teste une première fois les reflexes du jeune Ter Stegen en reprenant de la tête un bon centre de Ribéry. C'est ensuite au tour du meneur de jeu français de mettre la défense adverse en émoi suite à un festival personnel dont il a le secret mais son centre est encore intercepté par le portier de M'gladbach. Après un premier quart d'heure amplement dominé par le Bayern, le leader va commettre l'erreur de se reposer sur ses lauriers. Ainsi, Mönchengladbach remonte sur le terrain et parvient, par séquences, à jouer le cuir dans le camp adverse. Une complaisance que les Munichois paieront comptant lorsque Boateng détourne de la main un centre de Cibergi dans sa surface de réparation. Aucun doute pour l'arbitre qui indique le point de penalty. Thorben Marx frappe à la gauche de Neuer resté dans l'axe de son but. Les visiteurs prennent l'avantage contre le cours du jeu. Dangereux sur coups de pied arrêtés mais manquant de rythme dans les percussions offensives, Heynckes décide d'apporter de la vivacité avec l'entrée de Shaqiri remplaçant Martinez (blessé) en fin de première période.

Ter Stegen quasi infranchissable

Dès le retour des vestiaires, les Munichois repartent à l'assaut du but de Ter Stegen. Mais l'ultime rempart allemand, pisté par le FC Barcelone, va encore une fois montrer toute l'étendue de son talent en s'interposant sur la belle frappe de Schweinsteiger (48e). Face à un Ter Stegen au sommet de son art, on commence à penser que cette soirée sent le roussi pour le leader du championnat. D'autant plus lorsque Ribéry commence à enguirlander ses coéquipiers d'attaque - bien trop immobiles à son goût - plutôt que de se concentrer sur son jeu. Les mots du français vont tout de même porter leur fruit. Peu avant l'heure de jeu, la défense de M'gladbach tarde à se débarrasser d'un ballon dans sa surface de réparation sur lequel Shaqiri fait parler son explosivité pour anticiper son vis-à-vis et tromper (enfin !) la vigilance de Ter Stegen. Une fois n'est pas coutume. Le portier de Mönchengladbach va encore dégoûter Ribéry (72e) avant d'effectuer une double parade devant Alaba et Schweinsteiger (78e). Le piège se referme donc sur le Bayern qui, grace au premier but de Shaqiri en Bundesliga, conclu néanmoins l'année sur un nul. Mönchengladbach confirme ainsi son statut de bête noire.