Un Müller peut en cacher un autre

Aujourd'hui en Bundesliga, lorsque l'on prononce le nom de Müller, celui auquel l'on pense naturellement se prénomme Thomas et porte le maillot du Bayern Munich. Mais désormais, il faudra aussi compté avec Nicolaï. Sous le maillot de Mayence, l'attaquant allemand est en train d'exploser en ce début de saison, et on va encore entendre parler de lui.

Un Müller peut en cacher un autre
Un Müller peut en cacher un autre

Une éclosion tardive

 

Né le 25 septembre 1987 à Lohr am Main, en Bavière, Nicolaï Müller fait parti de la première partie(1987/1988) de cette nouvelle génération allemande bourrée de talents parmi lesquels on retrouve Özil, Badstuber, Höwedes, Boateng, Aogo, Khedira ou encore Hummels. Mais contrairement à tous ces hommes qui font parler d'eux en Allemagne et même dans l'Europe depuis de nombreuses années déjà, Nicolaï a quant à lui mis beaucoup plus de temps pour arriver en haut de l'affiche. Pourtant, il fut repéré très jeune. Après avoir tapé dans la gonfle pour la première fois en club dans la modeste équipe du TSV Wernfeld, il fera un grand pas vers le professionnalisme très tôt. A seulement 11 ans, il intégrait déjà les équipes de jeunes de l'Eintracht Francfort, le grand club le plus proche de chez lui. Il passa cinq ans dans la ville de la saucisse avant de changer une nouvelle fois de club. A 16 ans, il rejoint donc un autre club. Il revient dans sa Bavière natale puisqu'il intègre Greuther Fürth. Ainsi, il reste proche du cocon familial et peut poursuivre sa progression en toute sérénité.

 

En franchissant les étapes une par une, il finit par taper à la porte de l'équipe première au début de l'année 2007. Lors d'une rencontre de Bundesliga II face à Augsbourg, il foule ainsi pour la première fois une pelouse professionnelle à 19 ans et demi. Cette apparition sera suivie de cinq autres jusqu'à la fin de la saison. Alors qu'il arrive sur ses 20 ans, il va faire le choix d'être prêté un niveau plus bas, en Bundesliga III, pour bénéficier de plus de temps de jeu afin de poursuivre sa progression. C'est donc dans un club, toujours situé à proximité qu'il va trouver cela en rejoignant Sandhausen. Que ce soit en qualité de milieu droit ou d'attaquant de pointe, il dispute la bagatelle de 18 matchs et inscrit le total respectable de 5 buts. Après cet intermède plutôt réussi, il revient à Fürth. Il va faire de la Bundesliga II son terrain de jeu et en deux saisons, il inscrit 13 buts en 62 matchs tout en enchaînant les grosses performances. Le deuxième saison, son équipe échoue à la 4ème place du championnat et rate une place de barragiste pour très peu. Si Fürth devra attendre une saison encore pour rejoindre la Bundesliga, Müller lui l'intégrera directement.

De la Bundesliga II à la Manschaft en deux ans

 

Durant cet été 2011, Nicolaï est donc transféré de Fürth à Mayence pour la somme de 1,8 millions d'euros. Dans la ville de Rhénanie-Palatinat, il va découvrir un entraîneur hors du commun : Thomas Tuchel. Encore aujourd'hui, le jeune coach allemand âgé de seulement de 39 ans est toujours en poste à Mayence. C'est en partie grâce à cet homme que Müller va donner la pleine mesure de son talent. A son arrivée, il ne sera pas intégré dans le onze de départ. La saison précédente, son nouveau club avait terminé 5ème et avec la concurrence de Choupo-Moting, Allagui, Ivanschitz ou Szalai, il était difficile pour un jeune joueur encore néophyte en Bundesliga de faire son trou. Malgré tout, il grappilla du temps de jeu très souvent. Il disputa en tout 26 rencontres, dont une dizaine en sortie de banc. Des statistiques et des prestations honorables pour sa première saison qui lui permettront de prendre du galon après une saison décevante de son équipe conclue dans les profondeurs du classement.

 

Avec le départ d'Allagui combiné à la longue blessure de Choupo-Moting, Nicolaï Müller va débuter la saison en titulaire. Depuis, il n'a plus quitté l'équipe. Cette saison lui permettra de devenir l'une des valeurs sures de Bundesliga à 25 ans. Avec 8 buts et 5 passes décisives en 32 matchs de championnat, il boucle une feuille de stats très bonne et en fin de saison, la récompense ultime intervient pour lui. Alors que la moitié des internationaux allemands disputent la finale de la Ligue des Champions sous les maillots du Bayern et de Dortmund, Joachim Löw profite de ses nombreuses absences pour intégrer de nouveaux joueurs à la sélection. Aux côtés d'autres nouveaux comme Neudstädter, Sam ou Wollscheid, il dispute ses deux premières rencontres internationales contre l’Équateur puis les États-Unis, en rentrant en jeu les deux fois. Depuis, il n'a pas retrouvé le maillot allemand, étant donné la concurrence, c'est plutôt normal. Mais intégrer cette sélection sur la durée pourrait bien devenir un véritable objectif pour lui. En tout cas il s'en donne les moyens.

Le nouveau leader offensif de Mayence

 

Cet été, il y a eu du changement à Mayence. Les deux joueurs décisifs de l'équipe ont quitté le club puisque Ivanschitz a rejoint Levante tandis que Szalai est allé à Schalke. Si Tuchel a recruté Sebastian Polter et le jeune prodige Johannes Geis pour les remplacer, ils n'ont pas encore la carrure pour être les guides de cette équipe. Faisant l'unanimité avec ses deux ans d'ancienneté et son statut d'international, Müller est devenu le véritable leader de cette équipe. Que ce soit sur l'aile droite ou en pointe aux côtés d'un autre attaquant, il est ultra-décisif. Depuis le début de la saison, il a inscrit deux buts en trois matchs, permettant a son équipe de faire un sans-faute en Bundesliga. Si l'on ajoute la première rencontre de Coupe, il est actuellement à 4 buts et 1 passe décisive en trois matchs. Des statistiques stratosphériques qui baisseront sûrement avec le temps mais tout laisse penser que le bavarois va exploser cette saison.

 

Que ce soit face à Stuttgart ou Fribourg, il a fait un match exceptionnel. Toujours disponible pour ses partenaires, capable de dribbler, de marquer, d'être décisif... Il a une palette assez complète sur le front de l'attaque et va faire mal à beaucoup de monde cette saison. Son seul point faible est son jeu de tête puisque avec son petit 1m75, il a du mal à perturber dans le jeu aérien les très grands défenseurs de Bundesliga. Mais dès qu'il a le ballon balle au pied, il est capable débloquer n'importe quelle situation. Avec un bon effectif expérimenté, Mayence pourrait être l'une des surprises de Bundesliga. Avec le Nicolaï Müller qu'on voit actuellement, c'est une thèse encore plus plausible. A lui de nous régaler encore durant toute cette saison afin de porter Mayence dans les hauteurs du classement.