Une première victoire de folie pour Stuttgart

Éliminé de l'Europa League après avoir concédé le match nul dans les toutes dernières secondes face à Rijeka jeudi dernier, Stuttgart s'est bien rattrapé en faisant exploser Hoffenheim cet après-midi. C'est le premier succès de la saison pour l'équipe, mais aussi le premier de Thomas Schneider en Bundesliga.

Une première victoire de folie pour Stuttgart
Rödiger a marqué le premier but de la partie
VFB Stuttgart
6 2
Hoffenheim
VFB Stuttgart: Ulreich; Sakai, Schwaab, Rüdiger, Boka; Gentner, Kvist (Khedira 79è); Leitner (Harnik 72è), Maxim (Cacau 67è), Werner; Ibisevic
Hoffenheim: Casteels; Beck, Abraham, Vestergaard, Johnson; Polanski (Rudy 58è), Strobl; Volland, Firmino, Elyounoussi (Herdling 74è); Modeste (Shipplock 58è)
SCORE: 1-0 (Rüdiger 12è), 2-0 (Ibisevic 19è), 2-1 (Volland 26è), 3-1 (Maxim 28è), 4-1 (Ibisevic 47è), 5-1 (Maxim 55è), 6-1 (Ibisevic 63è), 6-2 (Firmino 87è)
ARBITRE: M. Jochen Drees Cartons Jaunes : Kvist 40è, Maxim 55è / Abraham 45+1è, Volland 72è
ÈVÉNEMENTS: 4ème journée de Bundesliga entre le VFB Stuttgart et Hoffenheim disputée à la Mercedes Arena devant 40 000 spectateurs.

Ibisevic et Maxim régalent

 

A l'heure d'aborder cette quatrième journée de championnat, Stuttgart était tout sauf serein. Avec 0 point pris en championnat et une élimination prématurée en Europa League, il fallait absolument un résultat positif cet après-midi pour enfin lancer une saison qui tarde à débuter pour le champion d'Allemagne 2007. Avec le néophyte Thomas Schneider qui a imposé ses choix d'entrée en alignant notamment Werner à la place d'Harnik, la solution a été trouvée. En effet, ceux qui étaient lanterne rouge au début de cette journée l'ont emporté sur le score fleuve de...6-2 ! Pour une première rencontre de Bundesliga en tant que coach, on peut difficilement faire mieux. Bon, il est vrai que les partenaires d'Anthony Modeste en face ont largement contribué à la victoire de leur adversaire en multipliant les erreurs défensives stupides. Malgré tout, ce succès porte l'empreinte de deux hommes : Vedad Ibisevic et Alexandru Maxim.

 

Le premier a été fidèle à lui-même. Toujours en train de titiller la défense en jouant de façon roublarde, il a été là quand il fallait. Et au final, ça fait qu'il a réussi à planter un triplé. L'ancien parisien a trouvé les filets d'une tête sur corner, puis en remportant un duel avec Casteels avant de frapper de nouveau avec la tête sur un centre Werner. Un match plutôt réussi. Mais que dire alors de celui de Maxim. Le milieu de terrain roumain a rayonné sur ce match. Toujours présent, ses choix offensifs furent toujours les bons. Ce n'est pas un hasard s'il a fait un « double-double » en inscrivant deux buts et en donnant deux passes décisives. Son deuxième but est d'ailleurs un bijou. Dans le même temps, l'assise défensive n'a pas souvent été mise à défaut mais s'est quand même prise deux buts. Malgré tout c'est à relativiser parce que se prendre un but lorsque l'on mène 6-1 ne remet rien en cause.

 

C'est quoi la défense ?

 

Cette question paraît à première vue stupide mais si Markus Gisdol faisait réviser cette notion à son équipe, ce ne serait certainement pas de trop. La défense de Hoffenheim est tout simplement calamiteuse. Elle en avait déjà concédé six en trois matchs. Le total a donc déjà doublé...Cet après-midi, on a vu tout ce que l'on ne doit pas voir habituellement. Tout d'abord, le portier Casteels est impliqué directement sur deux buts. Entre une sortie hors de sa surface durant laquelle il rata le ballon et un centre de la gauche sur lequel il sera trop court, il a tout fait sauf rassurer sa défense. Une défense totalement perdue. Après vingt minutes de jeu, Hoffenheim s'était déjà fait piéger deux fois. Deux fois sur coup de pied arrêté... Derrière une telle mésaventure, c'est forcément difficile d'espérer mieux. Surtout quand les erreurs individuelles se multiplient. C’est le cas lors du quatrième but inscrit par Ibisevic dès le retour des vestiaires. Alors qu'il était devant le Bosnien, Schwaab perdit le ballon à cause de sa protection de balle digne d'un débutant, laissant l'attaquant filer au but...

 

Rien n'est à retenir de ce match. Pas même les buts de Volland et Firmino, même s'il faut avouer que la passe de Herdling pour le second but était un véritable chef d’œuvre. Hoffenheim n'y arrive pas et prouve par ailleurs que la correction infligée à Hambourg n'était qu'un simple exploit. Offensivement, l'équipe tourne plutôt pas mal avec 12 buts inscrits. Défensivement par contre, c'est une catastrophe puisqu'ils en ont aussi concédé 12...Ils ont les moyens de faire quelque chose mais si rien ne change en défense, la saison risque d'être longue... Pour Stuttgart, le championnat est enfin lancée avec ce premier succès. Il faudra désormais confirmer ce regain de forme sur la pelouse du Hertha Berlin dans deux semaines.