Premier duel au sommet en Allemagne

C'est l'une des affiches de cette saison et elle se disputera en début de soirée pour notre plus grand plaisir. Le Bayer Leverkusen accueille le Bayern Munich (18h30) dans un véritable choc alors que les deux équipes sont respectivement 3è et 2è. Pour chacune, le fait de remporter cette partie serait un véritable message envoyé à Dortmund, l'autre candidat au titre. Présentation des forces en présence avant cette rencontre qui s'annonce particulièrement alléchante.

Premier duel au sommet en Allemagne
Leverkusen
Bayern Münich |18h30

Un Leverkusen en constante progression

Honneur aux locaux tout d'abord. Depuis plusieurs saisons maintenant, le Bayer Leverkusen s'est imposé comme une valeur sure de cette Bundesliga. Depuis 2009, ils ont toujours terminé dans le Top 5, luttant même pour le titre avec le Borussia Dortmund en 2011. Disposés dans un 4-3-3 traditionnel avec une défense solide, un milieu travailleur et une attaque efficace, le Bayer est le genre d'équipe capable de déranger n'importe qui sur un match. Ils procèdent la plupart du temps en contre et face à la meilleure équipe d'Europe tout à l'heure, c'est un schéma qu'ils vont une nouvelle fois certainement utiliser. Il faut dire qu'ils possèdent les joueurs pour évoluer de cette manière. Avec un Kiessling très remuant en pointe, entouré de Sam et Son derrière lui, ainsi que l'apport des milieux comme Rolfes et Reinartz notamment qui sont couverts par Lars Bender derrière, ils peuvent ainsi développer des attaques rapides et en nombre qui leur permet de frapper là où ça fait mal. Face à un Bayern qui a l'habitude de jouer très haut et qui est friable sur les attaques rapides, le Bayer va peut-être pouvoir se montrer à son avantage.

Mais attention tout de même. Les hommes de Sami Hyypia ont déjà été confronté à des adversaires d'un standing similaire ou supérieur au leur depuis le début de la saison. A chaque fois, ça s'est conclue sur une défaite. Avec le 2-0 concédé sur la pelouse d'un Schalke malade et le 4-2 pris en Ligue des Champions à Old Trafford face à un Manchester United là aussi en petite forme, ils ont montré un visage défaillant dès que l'adversaire devient meilleur. Ce problème n'est pas nouveau et date de bien longtemps. Le surnom « Neverkusen » qui est donné à ce club depuis 2002 persiste encore aujourd'hui. L'année dernière, ils avaient malgré tout réussi l'exploit d'être la seule équipe à vaincre le Bayern en championnat. Aujourd'hui encore, ce sont les derniers à avoir fait chuter l'ogre bavarois. Ce soir, ils vont donc compter sur leur assise défensive et le duo Kiessling-Sam (10 buts à eux deux) en attaque pour essayer de montrer qu'ils peuvent devenir un candidat crédible au titre.

Le rouleau-compresseur bavarois se met en place

En début de saison, beaucoup de réserves étaient émises sur le Bayern de Guardiola. Il engrangeait mais ne se montrait pas vraiment à son avantage. Deux mois plus tard, la mayonnaise commence à prendre vraiment. Depuis la fin de la trêve internationale et au bout de deux semaines sans compétition, le coach catalan en a certainement profité pour réfléchir et peaufiner certains détails. Alors que les absences se sont multipliées (Martinez, Kroos, Thiago...), il a malgré tout réussi à créer une équipe avec du liant. Depuis cette trêve, le Bayern a enchaîné six victoires consécutives, le tout sans vraiment trembler alors qu'avant, toutes les victoires avaient été plus ou moins contestées par leur adversaire. Cela montre bien que le Bayern de Guardiola se rapproche tout doucement de celui de Heynckes même si ce dernier reste une référence absolue et qu'il y a encore du travail pour dégager une telle maîtrise dans tous les secteurs de jeu.

Mais ce qui est aussi en train de renforcer la position de force des Bavarois, c'est le fait que le problème d'équilibre commence à être résolu. Depuis le début de la saison, c'était une constante. Sur contre, le Bayern était extrêmement friable, la faute à ce schéma de jeu très offensif et cela lui avait notamment coûté la victoire sur la pelouse de Fribourg. En changeant certains joueurs, il semble avoir trouvé une solution. Il a en effet fait passer Lahm en 6, laissant Rafinha bosser dans le couloir droit. Un premier choix fort mais ce qui fait surtout la différence, c'est le choix des deux milieux offensifs placés derrière l'attaquant. Alors que l'on était habitué à voir Müller ou même Ribéry aux côtés de Kroos, Guardiola a placé Schweinsteiger à côté de l'international allemand depuis plusieurs matchs. « Schweini » ayant une activité défensive plus importante que ses compères, cela permet de faire en sorte que l'équilibre devienne plus solide. Bien évidemment, cela fait des dommages collatéraux. Les deux grosses victimes sont Müller et Mandzukic qui en sont désormais à se partager la place à la pointe de l'attaque. Chose peu surprenante puisque les deux hommes sont en-dessous par rapport à la saison dernière. A eux de prouver qu'ils méritent leur place. Ce soir, c'est le Croate qui devrait être aligné. Face à un outsider au titre, le Bayern a l'occasion de creuser un petit trou en les reléguant à quatre points. Une occasion qu'ils ne vont sûrement pas vouloir gâcher.

Les compositions probables :

Bayer Leverkusen : Leno; Hilbert, Wollscheid, Töprak, Boenisch; Bender, Rolfes, Reinartz; Sam, Kiessling, Son

Bayern Munich : Neuer; Rafinha, Dante, Boateng, Alaba; Lahm; Ribéry, Schweinsteiger, Kroos, Robben; Mandzukic