PL (3/20) L'inconnue Cardiff City

Troisième étape exotique pour ce tour d'Angleterre puisque ce dernier nous emmène hors de ses frontières à Cardiff, en terres galloises. Vainqueur de la dernière Championship, cette équipe est ambitieuse et pourrait se maintenir sans trop de soucis. Pour cela, il faudrait quand même qu'on s'active côté recrutement car si l'ambition et les moyens sont là, on n'en a pas vraiment vu la couleur pour le moment.

PL (3/20) L'inconnue Cardiff City
La joie du titre de champion récompensant une superbe saison (walesonline.co.uk)

Des mouvements à prévoir

Cardiff City, c'est le come-back de l'année. Alors que Hull City et Crystal Palace ont connu la Premier League dans un passé récent, ce n'est pas vraiment le cas de Cardiff. En effet, la dernière saison des Bluebirds dans l'élite remonte à...1962! Mais plus d'un demi-siècle plus tard, ils sont de retour et certainement pas pour faire de la figuration. Après avoir connu les bas-fonds du professionnalisme anglais dans les années 1990 en effectuant quelques passages en D4, l'arrivée de l'homme d'affaires libanais Sam Hammam au début du XXIè siècle permis au club de retrouver de l'ambition et après deux changements de propriétaires, c'est le malais Dato Chan Tien Ghee qui a finalement récolté le Graal la saison passée en décrochant au passage un titre de champion. C'est donc tout sauf une surprise de retrouver la capitale galloise représentée en Premier League. Les trois précédentes saisons, ils avaient échoué en barrages. Cette fois-ci, ils n'ont pas fait dans la demi-mesure en profitant des mauvaises performances des trois relégués de Premier League (Wolverhampton, Bolton, Blackburn) pour écraser le championnat du début à la fin et faire vibrer le Cardiff City Stadium.

Pourtant, si l'on regarde de près l'effectif, il n'y a pas de noms qui ronflent à part bien évidemment celui de Craig Bellamy. A 35 ans, le meilleur joueur gallois de ces dix dernières années après Giggs en a encore sous la semelle. Cette équipe est composée dans la grande majorité de joueurs dans la force de l'âge (autour de 25 ans) avec quelques trentenaires  comme Tommy Smith, Craig Bellamy ou Kevin McNaughton et quelques jeunes talents comme Jordon Mutch. Alors que souvent les promus ont l'habitude de bouleverser leur équipe au mercato, ce n'est pas le cas de Cardiff. Niveau départs, seul le vétéran islandais Heidar Helguson est une perte vraiment importante. Il faut dire qu'il a été l'un des hommes de la montée et qu'il avait une place de titulaire sur le front de l'attaque. Mais on lui a très vite trouvé un remplaçant. Pour cela, on est allé chercher à Copenhague le jeune Andreas Cornelius, 21 ans, pour 8 millions d'euros. Un véritable pari tenté par les dirigeants gallois même si le danois a prouvé son talent. Mais le championnat  danois et le championnat anglais, c'est pas exactement la même chose. On espère pour lui que ça marchera en tout cas. John Brayford est pour le moment l'autre seule recrue des Bluebirds. Défenseur solide de Derby County, il a prouvé sa valeur ces dernières saisons et à 26 ans il apportera un peu plus de concurrence en défense centrale. Mais ça devrait encore bouger d'ici la fin du mercato. On se souvient qu'à la fin de la saison dernière, le propriétaire malais avait dit que son club dépenserait une vingtaine de millions pour être compétitif. Pour le moment on en est loin mais ces dernières heures, une offre de 12 millions d'euros proposée à Toulouse pour Etienne Capoue aurait été accepté par le TFC. Si rien n'est encore fait, ce pourrait être le vrai lancement des gros coups estivaux du deuxième club gallois. En parlant de ça, le retour du derby gallois face au rival honni de Swansea, l'un des plus chauds du Royaume, risque de faire des étincelles et sera à cocher à coup sur dans le calendrier.

L'entraineur : L'assurance Malky Mackay

Sauf si vous connaissez très bien le football anglais, ce nom ne vous dit rien. Pourtant Outre-Manche, et surtout au Pays de Galles, Mackay a déjà prouvé qu'il avait tout pour devenir un entraineur qui compte dans le Royaume. Ancien international, l'écossais a connu une respectable carrière de joueur entre Queen's Park, le Celtic, Norwich, West Ham et Watford. C'est d'ailleurs dans ce dernier qu'il débutera sa carrière d'entraineur en 2009 sans vraiment briller puisque durant ses deux saisons il ne fera pas mieux qu'une sombre 14ème place. Malgré tout, Cardiff lui fait confiance et malgré un contexte tendu, il parviendra à imposer sa patte non seulement sur l'équipe, mais sur le club en général. Et ça marche. Deux ans plus tard, le voilà qui se retrouve en Premier League avec en bonus une finale de Coupe de la League perdue aux tirs aux buts en 2012 contre Liverpool avec les honneurs. Il a bâti son équipe méticuleusement avec patience autour d'un 4-4-2 classique mais efficace en faisant confiance à de nombreux jeunes. Avec tout un peuple, ses dirigeants et ses joueurs derrière lui, tout va dans son sens. L'écossais est destiné à être en Premier League. A lui de faire en sorte qu'il y sera encore l'année prochaine.

Le joueur clé : Andreas Cornelius, la fraicheur danoise

Même s'il n'a que 21 ans et une seule saison complète à plus de 20 buts derrière lui, l'international danois aura certainement beaucoup de responsabilités à Cardiff City. Il devrait être l'arme offensive numéro une des Bluebirds si personne d'autre n'est recruté en pointe. Même si Rudy Gestède, Fraizer Campbell et Joe Mason ont montré qu'ils pouvaient être décisifs, aucun n'a dépassé la barre des dix buts la saison passée. Pas terrible pour des attaquants. C'est là que le jeune Andreas est attendu. Il est là pour être le véritable killer qu'il manque devant le but. Dans le meilleur club danois, il a réussi à le faire à la perfection et S'il retranscrit ses performances sur le front de l'attaque galloise, il devrait être vite adopté par les supporters. En tout cas, il a les atouts pour réussir en Premier League. Avec son mètre 93, il posera problème à de nombreuses défenses. Pour cela, il lui faudra certainement un petit temps d'adaptation et gagner de la puissance physique pour avoir l'impact attendu. Mais le potentiel est là, à lui de bien l'exploiter maintenant.

La bonne surprise : Gestède, du National à la Premier League

Qui aurait pu croire il y a à peine deux ans que Rudy Gestède serait un membre important dans un club de Premier League? Certainement pas beaucoup de monde. Pourtant, l'international béninois découvrira bien l'élite dans le meilleur championnat du monde la saison prochaine alors qu'il a à peine connu la Ligue 1 (12 rencontres) avec Metz avant d'être l'une des victimes de l'ambiance morose regnant en Moselle. Après un prêt en National à Cannes et un retour à Metz de nouveau raté, il saisira l'opportunité inespérée offerte par Cardiff après avoir répondu négativement à l'offre de Reading deux ans plus tôt. Alors qu'il était sans club, le club gallois lui fera faire un essai qui se révélera fructueux. Très vite, grâce à ses qualités athlétiques et son abnégation, il deviendra un membre important de l'équipe. S'il n'est pas un véritable titulaire, il est désormais indispensable et répond toujours présent quand on fait appel à lui. La saison dernière, alors que la montée n'était pas encore acquise officiellement, il planta un doublé en 45 minutes face à Nottingham Forest et offra une victoire décisive dans la lutte pour la montée et même pour le titre à son équipe. Rudy a pris son temps mais à 25 ans, il confirme enfin le potentiel entrevu avec le FC Metz. 

L'équipe-type probable