PL (6/20) Aston Villa va devoir encore batailler

Aujourd'hui, nous prenons la direction de Birmingham pour découvrir Aston Villa, sixième étape de ce Tour d'Angleterre. Avec un recrutement plutôt exotique et un effectif encore assez jeune, les Villains sont une nouvelle fois destinés à lutter pour le maintien, comme les deux saisons précédentes.

PL (6/20) Aston Villa va devoir encore batailler
cricngoal.com

Un recrutement qui laisse songeur

 

C'est la même histoire qui devrait se répéter pour Aston Villa. Alors qu'il y a trois ans ils luttaient pour accrocher une place européenne, le départ de Martin O'Neill du banc leur a fait très mal et depuis Villa s’attelle à sauver sa peau chaque saison. Un quotidien stressant et pas vraiment en adéquation avec ce qu'attend ce club, champion d'Europe dans le passé. Mais aujourd'hui, le club de Birmingham est un petit de Premier League et le recrutement effectué confirme cette impression. Avec les départs de Lichaj, Dunne, Hutton et Holman, du beau monde est parti. Les trois premiers étant des défenseurs, ce secteur était ciblé. Il y a donc eu Jores Okore et Antonio Luna qui ont débarqué dans l'Albion. Le premier, international ivoirien de 21 ans, arrive en provenance de Nordsjaelland tandis que le deuxième débarque de Séville après avoir effectué un prêt peu concluant à Majorque. Deux inconnus qu'on attend de voir à l’œuvre mais qui s'inscrivent dans la même lignée que les autres recrues.

 

Avec le milieu bulgare Alexander Tonev qui arrive du Lech Poznan, le milieu néerlandais Leandro Bacuna qui vient de Groningue et l'attaquant Niclas Helenius débarqué en provenance d'Aalborg, le recrutement est très jeune. Surtout, tous ces joueurs arrivent en provenance de championnats de seconde zone. Les championnats danois et polonais surtout ne sont pas vraiment le top niveau européen. On peut donc comprendre un certain mécontentement des fans des Villains même s'il faut attendre avant de juger et laisser une chance à ces joueurs. Ils apporteront plus de concurrence et essaieront de tirer le groupe vers le haut. Un groupe qui reste encore très jeune puisqu'à part Shay Given (38 ans) et Darren Bent (30 ans), il n'y a aucun trentenaire dans cette équipe. Malgré un effectif qui s'est encore rajeunie, cette équipe est habituée de la lutte pour le maintien et alors que beaucoup la voyait chuter la saison passée, elle avait effectué un super come-back pour rester dans l'élite, sous l'impulsion d'un Christian Bentéké en feu. Cette saison ne s'annonce pas facile encore mais l'expérience acquise dans cette lutte pour le maintien sera peut-être décisive en fin de saison.

 

L’entraîneur : La garantie Paul Lambert

Arrivé la saison passée, le coach écossais a réussi à obtenir le maintien avec beaucoup de difficultés et repart donc en mission commando cette saison. Pour le moment, son passé en Angleterre parle pour lui puisqu'il a réussi à stabiliser Colchester en League One avant de faire remonter Norwich City dans l'élite. Le quadragénaire a montré son savoir-faire et c'est pour cette raison que le club de Birmingham l'a appelé à son chevet. Pour le moment tout se passe bien même si à huit journées de la fin, Villa était encore relégable la saison passée. S'adaptant à l'équipe qu'il a, Aston Villa n'a pas le plus beau football d'Angleterre. Ce n'est pas Stoke City non plus mais dans le jeu, l'équipe de Lambert reste très pauvre. Ça ne devrait pas s'arranger cette saison avec le départ d'Holman. Il reste à voir quel impact pourront avoir au milieu de terrain Tonev et Bacuna, deux de ses recrues, mais ne vous attendez pas à voir des matchs de folie au Villa Park cette saison. Lambert a une autre priorité plus importante : maintenir le club.

 

Le joueur clé : L'indispensable Bentéké

Arrivé la saison dernière en provenance de Genk pour la somme conséquente de 8,8 millions d'euros, Christian Bentéké vaut au moins trois fois plus aujourd'hui! La plus grande révélation de Premier League, c'est peut-être lui. Avec 19 buts inscrits, il a porté son équipes sur ses larges épaules et sans lui, Villa serait probablement en Championship cette saison. Il a souvent marqué des buts décisifs pour arracher des points. Son impact dans le jeu est aussi énorme et n'a pas beaucoup d'équivalent. Avec son mètre 90, il posa des problèmes à toutes les défenses du royaume. Intelligent, toujours bien placé, possédant un jeu de tête et un finition rare, Aston Villa à trouver la perle rare et ne veut pas la lâcher. Alors qu'ils ont reçu une offre d'une vingtaine de millions d'euros de la part d'Arsenal, la réponse fut non malgré l'envie du joueur. Le belge jouera donc encore au moins une saison à Aston Villa sauf si une offre exceptionnelle arrive. Mais il n'a que 23 ans et s'il confirme en réalisant une nouvelle bonne saison, il aura encore tout le temps d'aller s'amuser dans une équipe de haut de tableau.

 

La bonne surprise : Weimann prend son envol

Arrivé en Angleterre alors qu'il n'avait que 16 ans en provenance du Rapid Vienne, Andreas Weimann aura tardé à éclore mais le néo-international autrichien semble désormais prêt. Après un prêt concluant à Watford il y a deux ans, la saison 2011/2012 avait été compliqué pour lui sous les ordres d'Alex McLeish avec seulement 14 apparitions en Pemier League. Mais avec l'arrivée de Lambert la saison passée, les compteurs ont été remis à zéro et l'attaquant autrichien a convaincu son entraîneur. Décalé sur le côté droit malgré son mètre 88, il s'est imposé comme un titulaire en puissance et a disputé la bagatelle de 30 rencontres, le tout en inscrivant 7 buts. Sachant qu'il ne jouait pas dans l'axe, c'est un total plutôt respectable. Alors qu'il va avoir 22 ans le 5 août prochain, l'autrichien fait parti des joueurs qui comptent au sein de l'effectif. S'il a une place de titulaire, son potentiel fait qu'on attend encore plus de lui du côté de Villa. Il devra le prouver cette saison.

 

L'équipe-type probable :