Chelsea s'en sort très bien, dans la polémique

Le Chelsea de José Mourinho enchaîne un deuxième succès en deux rencontres mais a beaucoup souffert face à un équipe d'Aston Villa qui a bien failli confirmé sa victoire à Arsenal samedi dernier. Les Blues ont eu le contrôle du ballon mais ont montré une grosse stérilité offensive. Sans une fleur de M. Friend en fin de match, la victoire aurait même pu leur échapper.

Chelsea s'en sort très bien, dans la polémique
Chelsea
2 1
Aston Villa
Chelsea: Cech; Ivanovic, Cahill, Terry, Cole; Ramires, Lampard; Oscar (Van Ginkel 83è), Mata (Schürrle 64è), Hazard; Ba (Lukaku 64è)
Aston Villa: Guzan; Lowton, Vlaar, Clark (Okore 42è), Luna; El Ahmadi (Tonev 82è), Westwood, Delph; Weimann, Benteke, Agbonlahor
SCORE: 1-0 (Luna,csc 6è), 1-1 (Benteke 45+3è), 2-1 (Ivanovic 73è)
ARBITRE: M. Kevin Friend Cartons Jaunes : Ivanovic 70è / El Ahmadi 64è, Westwood 71è, Benteke 75è
ÈVÉNEMENTS: 3ème journée de Premier League entre Chelsea et Aston Villa disputée à Stamford Bridge devant 41 527 spectateurs.

Une copie très laborieuse

 

Alors que Chelsea aura la Supercoupe d'Europe a disputer dans dix jours face au Bayern Munich, la troisième journée de Premier League qui était prévue le même week-end a donc été avancée à ce mercredi. Face aux londoniens, se dressait l'équipe surprise de la première journée : Aston Villa. Après avoir battu Arsenal à l'Emirates sur le score de 3-1, les hommes de Paul Lambert avaient à cœur de montrer que ce n'était pas seulement un coup de chance ou un coup de pouce involontaire des Gunners. L'enjeu était donc de taille pour le club de Birmingham. A l'exception de Baker, blessé et remplacé par Clark en défense centrale, le même onze était aligné avec la même tactique. C'est-à-dire effectuer un pressing coordonné en zone et exploiter au maximum les contres. Mais très tôt, cette tactique aurait pu être remise en cause.

 

En effet, sur une percussion d'Hazard conclue par un tir, Guzan parvient à repousser le ballon. Sauf qu'il le repousse sur son coéquipier Antonio Luna qui ne peut absolument rien faire pour empêcher l'inévitable. Après six minutes de jeu, Chelsea mène déjà 1-0. A ce moment-là, les souvenirs du 8-0 de la saison passée resurgissent et on craint une nouvelle soirée compliquée pour les Villains. Mais ces derniers ne se laissent pas abattre et continuent dans leur schéma de départ. De leur côté, les hommes de Mourinho, après avoir réalisé un bon début de match, commencent à baisser le pied et n'arrivent pas à se procurer de véritables occasions. Demba Ba, titulaire surprise pour ce qui était certainement le match de la dernière chance pour lui, n'a jamais réussi à déstabiliser la défense malgré ses bonnes intentions. Plus généralement, c'est toute l'animation offensive qui a failli. Le trio Mata-Hazard-Oscar a très rarement paru en mesure de faire la différence. Ramires n'a jamais eu l'occasion de se trouver en bonne situation offensivement et Lampard a abusé d'un jeu long souvent inefficace.

 

Un coaching assez efficace

 

Évidemment, cela profita à Villa qui revint dans la partie progressivement. Sous l'impulsion d'un Fabian Delph en grande forme, ils vont regagner du terrain et alors qu'on se dirigeait vers la mi-temps, Benteke va rafraîchir l'ambiance de Stamford Bridge. Sur un débordement d'Agbonlahor qui enrhuma Ivanovic, Benteke va reprendre le centre de son partenaire d'une frappe parfaitement placée au premier poteau qui trompe Petr Cech. Déjà le troisième but du Belge cette saison en deux rencontres seulement. Les Blues jouaient avec le feu et ils ont fini par se brûler. La seconde période sera similaire à la première. A deux reprises et quasiment coup sur coup, les hommes de Mourinho vont friser la correctionnelle sur des tentatives d'Agbonlahor et Weimann. Dans la foulée, le coach portugais répliqua en lançant sur la pelouse André Schürrle et Romelo Lukaku. Bonne pioche. Les deux attaquants vont apporter beaucoup plus d'impact et de mouvement sur le front de l'attaque, permettant à Chelsea de refaire le siège de la surface de réparation d'Aston Villa. Finalement, le coffre-fort venu de Birmingham finira par céder sur coup de pied arrêté. Lampard offrit un caviar à Ivanovic pour reprendre l'avantage à un quart d'heure de la fin.

 

Malgré tout, Villa ne lâche pas l'affaire et remet la pression sur les londoniens en fin de partie. Cech sera notamment obligé de s'employer sur une tentative de Westwood. Mais par dessus tout, l'action de ce match qui va faire jaser en Angleterre durant les prochains jours aura lieu dans le temps additionnel. Sur un coup franc de Westwood tiré dans la surface, la tête d'un joueur est repoussé par la main de l'inévitable John Terry. Quel que soit l'interprétation, le fait est que la main de l'Anglais était totalement décollé du corps et qu'un penalty aurait dû être sifflé. Sauf que M. Friend en décida autrement, provoquant la colère de l'amical Paul Lambert. Mourinho et ses sbires s'en tirent laborieusement mais il y a encore beaucoup de travail alors que les premières échéances arrivent. Avec un déplacement à Old Trafford pour défier Manchester United lundi prochain, puis la Supercoupe d'Europe face au Bayern Munich le vendredi qui suit, ça promet.