Leicester craque et redonne espoir à Arsenal

Au bout de l’effort, Arsenal est allé chercher la victoire (2-1) dans le choc de la saison en Premier League, face à des Foxes qui ont lutté en infériorité numérique pendant la majorité de la seconde période. Les hommes d’Arsène Wenger recollent à 2 points du leader.

Leicester craque et redonne espoir à Arsenal
Welbeck a offert la victoire à son équipe de la tête, sur le fil. (Tom Jenkins - The Guardian)
Arsenal
2 1
Leicester
Arsenal: Cech - Bellerin, Koscienly (Chambers 46e), Mertesacker, Monreal - Ramsey, Coquelin (Walcott 61e) - Oxlaide-Chamberlain (Welbeck 83e), Özil, Sanchez - Giroud.
Leicester: Schmeichel - Simpson, Morgan, Huth, Fuchs - Kanté, Drinkwater - Mahrez (Wasilewski 58e), Albrighton (King 83e) - Okazaki (Gray 61e), Vardy.
SCORE: Arsenal : Walcott (70e), Welbeck (90+5e) Leicester : Vardy (45e)
ÈVÉNEMENTS: 26e journée de Premier League - Emirates Stadium

Et si c’était le tournant de la saison ? Leicester a concédé cet après-midi sa troisième défaite de la saison en championnat, et ce, au pire des moments, face à son dauphin Arsenal, déjà vainqueur du duel au match aller (2-5) au King Power Stadium.

Si les Canonniers ont une fâcheuse tendance à s’écrouler en deuxième partie de saison depuis quelques années, ils ont aujourd’hui réalisé un grand coup et prouvent une fois de plus que la donne a changé cette année.

Welbeck, retour remarqué

À force de centres (40) et de tentatives (18), ils sont venus à bout de leurs hôtes en deuxième mi-temps, tout d’abord grâce à Theo Walcott admirablement bien servi par Olivier Giroud (70e) puis au bout du temps additionnel sur un déviation de la tête de Danny Welbeck (90+5e, photographie).

L’attaquant anglais, rentré en fin de match (83e) et qui profitait d’un coup-franc déposé par le pied gauche de Mesut Özil, signait avec fracas son retour sur les terrains après sa grave blessure au genou qui le privait de match depuis avril dernier.

« Ça nous laisse mathématiquement dans la course », Arsène Wenger

Leicester essayait de tenir, après l’ouverture du score de Jamie Vardy sur un pénalty que le buteur des Three Lions, autrement peu en réussite, était allé chercher en contre-attaque (45e).

L’exclusion du latéral droit Danny Simpson après deux avertissements (54e) changea le rapport de force entre deux équipes qui, malgré la relative domination londonienne, avaient rivalisé dans les 45 minutes initiales.

Et sans Riyad Mahrez, victime du remaniement tactique de Claudio Ranieri après le coup du sort arbitral, la Blue Army se replia dans ses vingt derniers mètres et ne put tenir jusqu’à la fin des cinq minutes supplémentaires en fin de match.

Danse à quatre en haut de tableau

« Ça nous laisse mathématiquement dans la course, se réjouissait Arsène Wenger après la rencontre devant la caméra de Canal + Sport. […] On a tout donné, on a eu le mérite de rester unis, soudés, volontaires, et finalement ça a payé. »

Et grâce à cette victoire, avec Arsenal à 51 points et Leicester à 53 après 26 journées, le futur sprint final risque d’être palpitant en Premier League ; d’autant que Tottenham et Manchester City, qui s’affrontent ce dimanche, restent à proximité, avec respectivement 48 et 47 points avant la confrontation (17h15).