Agur San Mames !

1913-2013. 100 ans d'existence pour ce stade incroyablement chargé d'histoire, qui n'existera plus, d'ici quelques mois. Beaucoup de pleurs dans les tribunes lors du dernier match de l'histoire dans ce stade, opposant l'Athletic Bilbao à la sélection de Biskaia. Une grande page se tourne dans l'histoire du club basque...

Agur San Mames !
Agur San Mames !

La Cathédrale du football. C’est ainsi que l’on surnommait ce stade légendaire. Inauguré en 1913, cet antre du football aura accueilli pendant 100 ans le mythique club de l’Athletic Bilbao. Toute l’histoire de ce club s’inscrit à travers San Mames. De la gloire à la désillusion, de la tristesse à la joie, jusqu’aux exploits historiques, 100 ans de football inscrit à jamais dans l’histoire du club rojiblancos. Mais voilà, le monde se modernise et le football suit avec. Il arrive un temps où il faut dire adieu au bon vieux San Mames et ouvrir les portes d’un nouveau stade plus moderne. Cette semaine, le stade le plus vieux d’Espagne commence à être détruit et les moments magiques passés dans ce stade ne seront plus que des souvenirs lointains pour les supporters basques.

Berceau du football espagnol

Le nom « San Mames » vient d’un chrétien appelé Saint Mammès, martyr livré aux lions par les romains. Une église à Bilbao porte son nom, et le stade a été construit juste à côté de cette église, d’où le nom de San Mames. D’ailleurs, les lions, cela ne vous rappelle rien ? C’est bien sûr le surnom donné à cette équipe de l’Athletic Bilbao, « Los Leones », en référence à cet épisode qui aura marqué le début de la folle histoire entre le club de Bilbao et ce stade de San Mames. Le premier match de l’histoire en 1913 est un derby basque et oppose l’Athletic Club au Racing Irun. Le football espagnol n’en est alors qu’à ses balbutiements. Le premier grand joueur du foot ibérique se nomme Rafael Moreno Aranzadi dit le « Pichichi » et il est basque.

Lors du match d’inauguration entre l’Athletic et le Racing Irun, il porte alors les couleurs de Bilbao, sa ville natale. Et c’est lui qui inscrit le premier but de l’histoire dans ce stade que l’on surnommera plus tard, la Cathédrale. Après sa mort, Rafael Moreno Aranzadi reçu beaucoup d’éloges. Un buste en son honneur décore les tribunes de San Mames (le buste sera par ailleurs déplacé dans le nouveau stade). En hommage à ce grand goleador basque, le trophée « Pichichi » récompensant le meilleur buteur, a été introduit dans le championnat espagnol. Tout ça pour dire que San Mames aura marqué non seulement l’histoire de l’Athletic Bilbao, mais aussi celle du football espagnol.

Un stade unique

Son arche mythique, son emplacement en plein Bilbao surplombant le fleuve du Nervion et la proximité de ses tribunes à la pelouse (à l’anglaise) faisait de lui un stade unique. Quand un joueur entrait sur la pelouse de San Mames, c’était toujours pour lui un moment très spécial. Encore plus pour les joueurs de l’Athletic, qui ressentait cette atmosphère et ce poids du maillot chargé d’histoire sur leurs épaules. L’hymne du club chanté à l’unisson par tout le stade à chaque entrée des joueurs, vous rappelle que jouer à San Mames, c’est avant tout donner le maximum pour la fierté du peuple basque. Ce peuple aime le football. De ce fait, San Mames a très fréquemment fait le plein, quel que soit les résultats de son équipe. Avec une moyenne de 35 000 spectateurs depuis le début des années 2000 (sur une capacité de 39 750 places), ce stade a eu la chance d’être souvent bien garni. Un atout indéniable pour le club basque qui a toujours pu compter sur les rugissements de son 12ème homme.

100 ans d’histoire

Les plus vieux supporters s’en souviennent encore. Ces moments historiques et lointains qui auront marqués à jamais le club de Bilbao. 8 titres de champion d’Espagne (3ème club le plus titré derrière le Barça et le Real Madrid), 24 Coupes d’Espagne et deux finales d’Europa League. Des légendes du football basque et espagnol ont foulé la pelouse de la Cathédrale, comme Telmo Zarra, meilleur buteur de l’histoire de l’Athletic et du championnat espagnol avec 252 réalisations, ou encore Andoni Zubizarreta, Raimundo Lezama, Aitor Karanka, Julen Guerrero, Dani, Jose Angel Iribar, Joseba Etxeberría, Andoni Goikoetxea…  San oublier les grands entraîneurs tels que Ferdinand Daucik, Milorad Pavic, Javier Clemente, Jupp Heynckes, Luiz Fernandez, Ernesto Valverde ou Marcelo Bielsa.

Dès la reprise de la saison 2013-2014, ce sera dans le nouveau stade ultra moderne de 53.000 places appelé « San Mames Barria », que l’Athletic Bilbao devra écrire une nouvelle page dans son histoire, et ainsi tourner définitivement celle de la Cathédrale de San Mames. Mais dans le cœur des plus fidèles supporters rojiblancos, il y aura toujours une part du vieux San Mames qui restera accrochée, pour rappeler les moments inoubliables vécus dans ce stade. La Cathédrale sera éternelle… Et comme on dit dans le pays basque : Agur San Mames !