Le concerto inachevé barcelonais Volume II : Campeones

L'humiliation en Ligue des champions contre le Bayern Munich, les échecs en Clàsico, et l'absence de Tito Vilanova cet hiver ont entachés le parcours des Blaugranas, diminués en défense et champions d'Espagne pour la vingt-deuxième fois de l'histoire avec un total record de 100 points grâce à un génie : Lionel Messi.

Le concerto inachevé barcelonais Volume II : Campeones
L'absence de Tito Vilanova cet hiver à été déterminante
Un événement à retenir du côté de Joan Despi : Le titre. 
 
Victoire en quinze rounds
 
Au début du match contre Malaga CF en quart de finale de Coupe d'Espagne, Lionel Messi présente le 16 janvier au public du Camp Nou les quatre FIFA Balon De Oro qu'il a gagné et les fête avec un but, ce qui n'empêche pas les Andalous d'obtenir un résultat en Catalogne. Victor Valdés, en contrat jusqu'en juin 2014, fait part de sa décision de ne pas renouveler avec le FC Barcelone. Les Blaugranas débutent la deuxième moitié de la Liga par un échec, le 19 janvier en déplacement à l'Anoeta de la Real Sociedad, où les Basques ont raison des réalisations de Messi et Pedro. Tito Vilanova part à New York pour y recevoir un traitement de radiothérapie et de chimiothérapie et c'est son alter-ego qui le remplace. Barcelone s'impose avec caractère le 24 janvier en Coupe d'Espagne à La Rosaleda de Malaga, dans un match intense où Lionel Messi marque le centième but du Barça toutes compétitions confondues. L'Argentin, auteur d'un poker, décontenance le 27 janvier Osasuna, et bat le record de Ronaldo Luiz Nazario Da Lima, établi il y a quinze ans en Liga. Isaac Cuenca est prêté à l'Ajax. 
 
Hold-up à l'extérieur
 
Le même Lionel Messi délivre une p.d. à Cesc Fàbregas contre le Real Madrid, le 30 janvier au Bernabéu où le Barça, victime d'un manque de réalisme, est tenu en échec. Raphael Varane est auteur du but égalisateur. Les Blaugranas sont fatigués, à l'image d'un match inquiètant en Liga le 3 février à Valence, où La Pulga éxécute un pénalty. La pause internationale fait du bien au FC Barcelone qui enchaîne deux victoires en Liga : L'une à midi contre Getafe, le 10 février à domicile, avec un Andrés Iniesta étincelant, et l'autre à Grenade, le 16 février au Nuevo Los Carmenes, grâce à un doublé de Lionel Messi qui marque son 300e but avec la tunique catalane. 
 
Période de vaches maigres
 
Barcelone réalise une deuxième partie du mois de février noire : En huitième de finale de Ligue des champions, le 20 février à Giuseppe Meazza, l'AC Milan, une équipe en reconstruction, bat à la surprise générale les Blaugranas, qui enchaînent bien en Liga, le 23 février au Camp Nou contre le FC Séville, avec des réalisations de David Villa et Lionel Messi. Vient ensuite la Coupe d'Espagne, où les coéquipiers d'Alba sont éliminés à domicile par le Real Madrid, un échec qui symbolise un naufrage tactique, ponctué d'un doublé de Cristiano Ronaldo et d'une tête énérgique de Raphael Varane. Le FC Barcelone échoue une deuxième fois contre les Merengues en l'espace d'une semaine en Liga, le 2 mars en déplacement au Bernabéu, où Lionel Messi devient le plus grand réalisateur de l'histoire du Clàsico, à égalité avec Alfredo Di Stefano (dix-huit unités). Barcelone renoue avec la victoire dans la compétition reine en Espagne le 9 mars devant le Deportivo La Corogne en Catalogne, grâce à des buts d'Alexis et Messi. 
 
La regain de forme gâché
 
Le 12 mars, en Ligue des champions contre l'AC Milan à domicile, le FC Barcelone est auteur d'un match parfait à base de fougue, de technique et de dépense physique. Messi réalise un doublé en première mi-temps, puis Villa et Alba complètent le compteur avec deux autres buts à la reprise. C'est la quatrième fois en match de Coupe d'Europe à élimination directe que les Blaugranas éliminent les Italiens et c'est une première dans l'histoire de la compétition qu'une équipe revient d'un échec deux à zéro en première manche. Victor Valdés fête son centième match de C1 et une opération du genou éloigne Carles Puyol de la compétition jusqu'en automne. Barcelone bat le Rayo Vallecano le 17 mars en Liga avec des buts de Messi et Villa au Camp Nou. Les Catalans perdent Adriano et Pedro pendant la détente internationale. Le FC Barcelone décroche un point le 30 mars au Balaidos du Celta Vigo. L'éxploit réalisé par Messi lui permet de faire le Tour d'Espagne : L'Argentin devient le premier joueur de l'histoire à marquer contre l'intégralité des équipes de la Liga et ce consécutivement. Le 2 avril au Parc des Princes, en quart de finale de la Ligue des champions, le Paris Saint-Germain obtient un partage emerite contre le Barça. Lionel Messi, auteur d'un but, et Javier Mascherano, l'élément en forme de l'équipe, vont être respectivement victimes d'une déchirure du fémoral en première mi-temps et d'une rupture des ligaments internes du genou à la reprise. Le constat est alarmant avec à l'infirmerie cinq titulaires habituels. Barcelone entame la dernière ligne droite de la Liga avec une victoire contre Majorque le 6 avril à domicile, ponctué d'un doublé d'Alexis et d'un hat-trick de Cesc Fàbregas, dans un match où Eric Abidal revient de treize mois de tourments. Le FC Barcelone obtient un ticket en demi-finale de Ligue des champions le 10 avril grâce à un partage contre le Paris Saint-Germain à domicile. Javier Pastore marque le but des Parisiens et Tito Vilanova fait entrer Lionel Messi qui change la situation et permet à Pedro d'être auteur du but égalisateur synonyme d'une sixième qualification catalane de suite à ce stade de la compétition : Un record international ! 
 
L'humiliation en C1 
 
C'est un FC Barcelone décontracté qui se déplace le 14 avril à La Romareda du Real Zaragoza qu'il bat aisément en Liga avec un but de Thiago Alcantara et un doublé de Cristian Tello. Cesc Fàbregas est auteur du but de la victoire le 20 avril contre Levante à domicile. Un match de Liga qui constitue une répétition préparative au choc en Coupe d'Europe. Léo Messi est inéxistant. Xavi est fatigué. Andrés Iniesta peine à répondre physiquement. Alba est bousculé. Dani Alvés est inférieur dans le domaine aérien : La déroute est logique et le Bayern Munich gagne 4 à 0 le 23 avril à l'Allianz Arena. C'est une humiliation. Les carences défensives sont à l'origine de ce fiasco. Wembley est relegué au rang d'utopie. Barcelone est tenu en échec en Liga le 27 avril par l'Athletic Bilbao : Mené en deuxième mi-temps, l'équipe de Tito Vilanova est à la peine et "El Mesias" entre à la 58e minute. L'Argentin marque une fois (100e but des Blaugranas en Liga) et délivre une p.d. à destination d'Alexis. Malheureusement les Basques égalisent in-extremis à la 90e minute. Les Blaugranas, décimés par les absences (Mascherano, Busquets, Abidal, Puyol, Messi), chutent au Camp Nou face au Bayern Munich (0-3) et disent adieu à la Ligue des champions. 
 
100 points !
 
Le FC Barcelone relève la tête en Liga avec une victoire face au Real Bétis le 5 mai à domicile avec deux buts de Léo Messi. Les Blaugranas, mathématiquement champions d'Espagne pour la vingt-deuxième fois de l'histoire grâce au partage du Real Madrid à Montjuic face à l'Espanyol Barcelone, dégoûtent l'Atlético Madrid le 12 mai au Vicente Calderon avec des buts d'Alexis et Fàbregas. La Pulga est à ce moment-là victime d'une élongation du biceps fémoral droit. Barcelone bat Valladolid le 19 mai à domicile grâce à une réalisation de Pedro et hérite du titre des mains du président de la RFEF, remporte le "derbi barceloni" du 26 mai face à l'Espanyol Barcelone en déplacement avec des buts d'Alexis et Pedro, et termine en beauté le 1 juin en Liga par une victoire contre Malaga au Camp Nou, un match ponctué de quatre buts (Villa, Fàbregas, Montoya, Iniesta) et des adieux d'Eric Abidal au public Barcelonais. Le FC Barcelone, leader de l'ouverture à la clôture de la compétition (Une première depuis 1985), égale avec un ratio de match gagné de 84% le record de points du Real Madrid de José Mourinho (100 unités) et a établi le plus grand écart de points entre un premier et un deuxième dans toute l'histoire de la compétition (15 unités d'avance sur le Real Madrid). Les Barcelonais, vainqueurs à dix-huit reprises et tenus en échec une fois au Camp Nou, ont marqués au moins une fois au cours de 56 matchs de Liga consécutifs et ainsi le record du club est anéanti (115 buts). Léo Messi remporte un troisième Pichichi avec 46 réalisations. La Pulga réalise une performance unique avec l'obtention d'un troisième Soulier d'Or (le deuxième de suite) qui récompense le plus grand réalisateur d'Europe. Iniesta termine avec 16 "asistencias" passeur de la compétition reine en Espagne. L'équipe de Tito Vilanova remporte également un cinquième "Premio Juego Limpio", qui distingue le club qui a écopé le moins de cartons en Liga, avec 74 points. La Real Sociedad et Valladolid complètent le podium.