CANARIASTORY : Episode 4 (suite et fin)

Le docu-fiction qui vous fait vivre comme si vous y étiez ; le quotidien des deux clubs Canariens en liga Adelante : le CD Tenerife et l’UD Las Palmas ; à travers le regard de Javier et de Carlos, deux supporters que tout oppose...Quoique…

CANARIASTORY : Episode 4 (suite et fin)
Le drapeau canarien

31 juillet, 22h30, Stade de Gran Canaria

Javier et Chino sortent du stade sans même voir la remise du trophée. Les deux matchs aller-retour que viennent d’opposer l’UD Las Palmas au CD Tenerife, ont décerné comme vainqueur de la coupe Mahou II le club de Tenerife. En effet, ce dernier s’est imposé à domicile 2 à 0, et a tenu en échec 0 à 0 l’UD Las Palmas dans son stade. Plus qu’une finale de prestige, c’est un révélateur de l’état de forme et du potentiel de chaque équipe en vue de la saison en Liga Adelante qui arrive à grands pas.

  

Javier à Chino : « J’avais dit que je tenais au courant Tonton Carlos, je lui ai envoyé un sms à la mi-temps. Là, je vais l’appeler pour lui raconter le déroulement vu que le match n’était pas retransmis. Fernando et lui, l’ont suivi sur les réseaux sociaux et à la Radio… »

Javier : « Allo Tonton ? Oui, c’est Javier… Bon, vous avez gagné la coupe Mahou… Content ? »

Carlos : « Oui, oui, plutôt content surtout quand on prend un trophée à nos éternels rivaux ! Combien il y avait de spectateurs ? »

Javier : « Ils ont annoncé 10 000, c’était plus garni qu’à l’Héliodoro samedi dernier ! Sinon, l’UD a fait le jeu, mais sans vraiment être incisif… Le CD Tenerife était bien regroupé en défense, et ils auraient même pu faire un hold up en fin de match. Pour un coup, je vais mettre ma mauvaise foi de côté, et sur l’ensemble des deux matchs, le CD Tenerife a paru plus soudé et former un bloc. À l’inverse de l’UD Las Palmas, qui fait bien tourner le ballon mais n’a pas de cohésion de groupe pour pouvoir être plus tranchant… Enfin, ce n’est encore que la préparation, et on se donne rendez-vous au mois de décembre pour la revanche ? »

  

Carlos : « Bien sûr mon neveu, et si tu veux venir avec Chino à l’Héliodoro, il n’y a pas de problème, il est le bienvenu… »

Javier : « Je lui dis, il est à côté de moi… Je te laisse, passez une bonne nuit, bisous à tata, à bientôt ! »

Carlos : « Bonne nuit Javier ! »

Carlos raccroche le téléphone, et regarde son fils Fernando. Tous les deux ont un petit sourire en coin.