Luis Enrique ; l'heure de vérité est arrivée

Avant son déplacement très attendu à Séville entraîné par Sampaoli, le technicien du Barça fait face à son plus grand défi depuis son arrivée à la tête du club blaugrana.

Luis Enrique ; l'heure de vérité est arrivée
Luis Enrique ; l'heure de vérité est arrivée

Mais mince que peut on reprocher à un homme qui a remporté 8 titres sur 11 possibles ces deux dernières années, vous demandez vous certainement à la lecture de ce début d’article.

La réponse ci dessous sera subjective mais tient de compte de faits.

Premièrement ; tactiquement rarement un entraîneur n’a été aussi dépendant de ces joueurs. Le cas de tout entraîneur me répondrez vous. Cependant un fait établi. Luis Enrique est dépendant de son 11 type que même un enfant serait capable d’aligner avant un match du Barça. Dans une machine aussi bien huilée que le FC Barcelone est son système de jeu présent depuis plus de deux décennies maintenant chaque rouages est essentielle et dès que l’un d’entre eux est défaillant, c’est à son mécanicien en l'occurrence Luis Enrique de trouver une solution mais celle ci à mon souvenir ne s'est produit qu’une seule fois depuis son arrivée au Barça. Automne dernier, le Barça se voit privé de Messi pour plusieurs mois, au départ Munir et Sandro alternaient sur l’aile droite du trident offensif blaugrana. Mais les deux joueurs ne performent pas assez et le classico arrive à grand pas. Luis Enrique change alors de système de jeu pour passer en 4-4-2 avec Sergi Roberto milieu droit prenant ainsi la place de Messi. Cela va équilibrer le bloc tout en compensant l’ultra offensif Dani Alves car Roberto possède une discipline défensive supérieur aux deux petits ailliers de la Masia. Et c’est tout le seul exploit tactique de Luis Enrique en 2 ans avec la meilleure équipe du monde pour plus de 300 M de dépenser sur le marché des transferts pour offrir au galicien un banc capable de lui offrir une palette tactique dont il est incapable de se servir.

Revenons en à un aspect tactique de ses choix que sont les changements en cours de match avec pour exemple le match face à Manchester City. Alors que le match tourne au vinaigre du au pressing incessant et à la récupération de balle très haute des skyblues, Luis Enrique décide pour remonter au score de sortir celui qui aura été le moins mauvais de son entrejeu : Rakitic. Véritable pilier du milieu compensant aussi bien défensivement qu'apportant le soutien dans la surface, pour faire entrer Arda Turan en relayeur car plus offensif. Après tout le barça étant mené, le suiveur de ce match se dit : “Bon choix Turan va apporter et peser plus offensivement que Rakitic”. C’est cependant oublier un élément, Busquet est très en difficulté depuis le début du match (et de saison) enlever Rakitic à ce moment précis du match c’est comme enlever les petites roues d’un vélo d’un enfant cela déséquilibre l'entrejeu jusqu’alors déjà complètement livré à lui même… De plus dans ces changements stéréotypés Rakitic est continuellement le seul joueur à sortir. Comble du ridicule.

Autre soucis de Luis Enrique, ses choix d’hommes et les rotations. Cet été le Barça fut très actif sur le marché des transfert pour combler l’un des manques de la saison passé qui a failli coûter très cher en fin de saison, le manque de rotation de l’effectif. Pour qu’un effectif donne entière satisfaction tous les joueurs doivent se sentir concerné d’où l’importance des rotations cependant Luis Enrique ne sait pas faire tourner. Exemple du match d’Alaves : 9 changements sur la composition de départ pour affronter un promu. Ce genre de chose ne marche que sur Fifa. Début septembre l’effectif n’a pas encore pris ces marques alors ne faire débuter que des joueurs n’ayant que très peu jouer ensemble relève plus de l’incompétence que de la débilité. Or reprenez la saison dernière le barça a perdu beaucoup de points à cause de match ou les changements ont été défaillant et/ou les compositions de départ furent totalement aléatoire car trop peu cohérente. Cependant il faut aussi mettre la responsabilité sur les joueurs de complément de l’effectif qui sont loin de tenir le niveau escompté mais n’est ce pas le rôle de l’entraîneur de faire progresser et de s’adapter à des joueurs qu’il a réclamé ?

Dernier problème de Luis Enrique : oublier la Masia vive le mercato.

En effet la période de Luis Enrique à la tête du Barça correspond à celle où la Masia est complètement zappé par les dirigeants. Or pourquoi aller recruter dehors ce qu’on a déjà en interne et qui est bradé sur le marché des transferts ? Une logique incompréhensible une nouvelle fois à mettre au crédit de Luis Enrique. Nombreux sont les exemples. Le premier est le plus symbolique Alejandro Grimaldo, capitaine du Barça B surclassé dans toutes les sections de jeunes espagnols, le barça a un crack qu’il doit incorporer dans l’effectif pour suppléer Jordi Alba est à moyen terme prendre sa place. Mais problème de comportement selon Luis Enrique qui ne l'appellera jamais en équipe première. Le jeune Grimaldo est vendu 1.5 M au Benfica en janvier dernier. Aujourd’hui le petit gaucher de la Masia est déjà en partance du club lisboète où il réalise des merveilles, Manchester City Arsenal et United se sont déjà renseignés sur le joueur pour un recrutement.. Dans le même temps, Lucas Digne est arrivé au Barça pour 20 M et après des débuts plutôt convaincants il faut l'avouer ses faiblesses apparaissent aujourd’hui après deux prestations catastrophique face à Valence et Manchester City. 20 M pour rien...

Autre exemple Marc Bartra vendu cet été 8 M à Dortmund car il n’a pas eu de temps de jeu l’an dernier à cause de sa relation conflictuelle avec Luis Enrique encore une fois. Sa clause est alors passé de 40 à 8 M. Or l’an dernier, il fut le meilleur back up de Piqué et Mascherano mais Luis Enrique lui a préféré les vétérans Mathieu et Vermaelen qui sont loin d’avoir le niveau suffisant pour évoluer au barça… Résultat 25 M sur Umtiti pour compenser le départ de Bartra alors que la logique aurait voulu se séparer de Mathieu et garder Bartra et recruter Umtiti ainsi le barça aurait eu une charnière d’avenir …

A l’heure actuelle un autre problème se pose avec un canterrano ; Sergi Palencia arrière droit capitaine du Barça B. Même si auparavant la pépite Sergi Samper seul homme capable d’assurer la rotation de Busquet en sentinelle made in Barça a été envoyé dans ce bourbier qu’est devenu Grenade en prêt (sympa pour l’évolution du joueur qui va encore perdre une année). Le Barça n’a pas d’arrière droit dans son effectif après avoir perdu Dani Alves et Montoya cet été. Or Sergi Roberto est certes excellent à ce poste mais n’a plus de doublure car Aleix Vidal (venu à la demande de Luis Enrique de Séville) n’est “déjà” plus en odeur de sainteté avec son coach 1 an seulement après son arrivée en raison de mauvaises performances. Il n’est même plus convoqué par Luis Enrique... Tous les suiveurs du Barça se disent alors que c’est l’heure de lancer Palencia pour ne pas répéter l’erreur Grimaldo. Perdu ! Luis Enrique lui préfère sa doublure au Barça B afin de compléter le groupe !


Entre lacunes tactiques, choix de recrutement discutables, aucune utilisation de la Masia qui a fait le succès du barça. Le club est en difficulté en ce début de saison et le contrat de son coach se termine en fin de saison. Or, si pour Luis Enrique l’aventure doit continuer à la tête du club catalan, il va falloir qu’il montre plus de compétences en commençant par déjouer le piège tactique de Sampaoli qui fait de Séville une nouvelle place forte de l’Europe du football dans la lignée du travail d’Unai Emery… Pour Luis Enrique c’est donc belle et bien l’un des tournants de son aventure barcelonaise.