La Russie au pied du mur

Avec un nul et une défaite,  la Russie n'est pas encore éliminée.  Une victoire sur le pays de Galles assurerait la qualification de la Sbornaia pour les huitièmes de finale.

La Russie au pied du mur
La Russie au pied du mur

Ca devient une mauvaise habitude.  La Russie, auteure d'une entrée en matière respectable en aller chercher le nul face à l'Angleterre, a encore une fois fais n'importe quoi.  Face à la Slovaquie,  qui est à mon avis l'une des plus dangereuse nation de cet Euro, les hommes de Leonid Slutsky n'ont rien montré alors que sur le papier l'adversaire était largement à leur portée.  

Et dans le jeu aussi. Dans ce match,  le réalisme slovaque l'a emporté sur la nonchalance russe. L'entame de la première période est au bénéfice des russes avec des actions dangereuses de Dzyuba et de Smolov. Et puis soudainement,  quand les slovaques ont commencé a combiner et a faire parler leur technique, les russes ont diminué leur jeu et ont commencé à faire n'importe quoi.  Indigne du niveau demandé à l'Euro, la Sbornaia à encaissé deux buts.  Sans que ce soit la faute à un Akinfeev encore très présent, la défense s'est enrhumé sur les coups de reins de Weiss et d'Hamsik. Deux buts en moins de 20 minutes.  Voilà comment décrire la première mi-temps.  La seconde commença dans le même esprit.  Les russes très imprécis, sans envie et très ennuyeux.  Et soudain,  lorsque Shirokov et Glushakov sont entrés sur le terrain,  tout à changer.  Les russes ont combinés,  ont montrés leur jeu et ont su trouver les filets slovaques sur une merveille de construction entre Shirokov,  Shatov et Glushakov. Juste après,  une nouvelle action de Dzyuba qui fut l'un des meilleurs Russe ce soir,  a créé la panique dans les rangs slovaque. Cette défaite  est d'autant plus grisante,  que l'on sait de quoi est capable la Russie. 

Maintenant,  le pays de Galles est la dernière chance des russes. Favoris sur le papier, les statistiques avec eux,  les russes partent confiant. Mais cette excès de confiance les ont gravement desservi face aux slovaques.  S'ils s'appliquent,  comme ils l'ont fait face aux anglais,  ils peuvent largement s'imposer.  Mais pour ça il faut la volonté et une nouvelle organisation.

Offensivement les russes ont tout pour aller loin.  Kokorin le jeune talent,  Dzyuba le fossoyeur de Lyon et Smolov le meilleur buteur du championnat russe n'ont pas à rougir.  Mais l'alignement des trois et tout simplement catastrophique.  Tout comme l'entêtement de Slutsky de placer Golovin en récupération alors que le jeune poulain du CSKA est bien plus efficace à l'offensive ne peuvent que nuire au jeu russes.  Shirokov est laissé sur le banc alors qu'il est LE Capitaine russe. Charismatique,  bagarreur,  âgé de ses 35 ans,  il reste toujours talentueux et ouvre le jeu russe comme jamais.  Glushakov a montré son investissement en marquant les deux buts russes de l'euro (même si  celui contre l'Angleterre est attribué à Vassily Berezutsky, il ne démérite pas dans l'action). 

Une nouvelle composition d'équipe plus solide au milieu avec deux buteurs et laisser les deux ailiers s'exprimer serait bien plus profitable.  S'ils en ont l'envie, les russes peuvent terminer avec brio cette phase de poules.