Di Natale arrêtera sa carrière en Juin

Un grand attaquant qui n'a pas eu la reconnaissance d'un Francesco Totti mais qui est lui aussi resté fidèle à son club durant de longues années. Retraçons ensemble les moments forts du Transalpin durant sa grande carrière.

Di Natale arrêtera sa carrière en Juin
Di Natale arrêtera sa carrière en Juin
Napolitain de naissance, Toto ne portera jamais les couleurs de sa ville. Il commence à faire ses classes du côté d'Empoli, durant la saison 96/97, le club évolue alors en Serie B. Jugé trop tendre il sera alors prêté dans des divisions inférieurs histoire de se faire les dents.
 
Varese club de Serie C1 se présente à lui. Malheureusement ce prêt ne fût guère concluant avec seulement quatre petits matchs disputés pour un bilan vierge au niveau des buts. Il revient donc à la case départ mais sera reprêté dans la foulée dans un club de standing une nouvelle fois inférieure. Il découvre alors la Serie C2 avec Viareggio, club luttant pour le maintien. Chose acquise grâce à un grand Di Natale. Avec ses 12 buts en 25 matchs le natif de Naples convainc enfin.
 
Pour la seconde fois, retour aux bases. Cette fois-ci Empoli semble conquis et décide alors de le prendre sous son aile. Des débuts difficiles, mais le petit attaquant séduit de par son sens du but et sa technique fine, son club lui fait donc confiance. Antonio rend la pareille de fort belle manière avec 56 buts en 158 matchs.
Il parvient à hisser son club en Serie A lors de la saison 2002/2003. Sa première saison parmi l'élite est extra-ordinaire et se conclut avec la bagatelle de 13 buts en 27 matchs. Le gamin devient grand. Bonus en prime, son club se maintient et remercie de tout coeur son lutin capable de se dépêtrer de situation difficile et tirer vers le haut le groupe entier.
 
Malheureusement la saison suivante Empoli finit dans la zone de relégation. Di Natale n'aura pas réitéré ses exploits avec 5 petits buts en 33 matchs. Pas le temps de douter, le club frioulan d'Udinese le recrute dans la foulée. Triste pour son club mais heureux d'avoir fêté sa première sélection avec la Squadra Azzura fin 2002, c'est partager entre deux eaux qu'il rejoint Udine.
 
Deux premières saisons avec quelques prouesses. 15 buts en 68 matchs. Mais son manque de constance agace. " Pétrit de talent mais pas assez tueur " voici la phrase résumant la situation. Piqué au vif il reviendra plus fort et de saison en saison ne flanchira plus. Début d'une légende. Les trois saisons qui suivent seront ses moins bonnes sur le plan comptable. Un bilan qui reste de tout de même excellent avec 40 buts en 88 matchs. 
 
Une véritable machine à but, Toto les empiles et ne les voit plus défilés. Il ne s'arrête pas en si bon chemin et progresse malgré son âge grandissant. Le cauchemar pour chaque défense du Calcio prend lieu, pourtant réputé pour être un championnat défensif, Antonio déroge à la règle et n'a peur de personne. Il explose tout les verrous.
 
Ses quatre saisons suivantes se concluent avec des stats dignes des plus grands, 102 en 140 matchs. Grandiose est le mot pour définir cette performance. Il aura goûté aux joutes de l'Europe en participant à l'Europa Ligue (ex-Coupe UEFA) sans parvenir toutefois à accéder à la compétition aux grandes oreilles, la Ligue des Champions. Éliminé en barrage, surement une de ses plus grandes désillusions.
 
Du côté International, il ne comptera " que " 42 sélections pour 11 buts. Participation à la Coupe du Monde 2010 ainsi qu'à l'Euro 2012 avec un but dans chacun de ses tournois. Le fait de vouloir rester fidèle à son club malgré l'appel de pied d'énormément de cador européen aura eu raison de lui.
 
En ce début de saison 2013/2014, le petit attaquant qui fait le bonheur du stade Friulli depuis désormais 10 années a annoncé l'arrêt de sa carrière. En plein doute avec un petit compteur but mais aussi l'âge conséquent, 36 ans, l'auront poussé à se décider plus tôt que prévu.
 
Petite vidéo en hommage à un petit joueur par la taille mais grand par le talent.
 
 
Grazie Mille Toto.