Pourquoi la Coppa Italia ne plaît pas ?

Format bâclé avantageant les grands clubs de la botte, injustice envers les petits clubs, revenons ensemble sur le déroulement de cette Coppa Italia.

Pourquoi la Coppa Italia ne plaît pas ?
La Coppa Italia, coupe sans légitimité ?

Dôté d'un système plein d'injustice envers les clubs n'évoluant pas au premier échelon national, la Coppa Italia se meurt d'année en année. N'ayant pas de propre personnalité, créant des fossés entre petite et grosse cylindrés, son importance aux yeux des habitants de la botte n'est qu'illusoire. Dommageable quand on sait que le voisin Gaulois en fait une tradition mélangeant harmonieusement fête et passion.

Voyons de plus près l'entrée en lice des formations et le déroulement de la compétition.

  • Huitièmes de finale : les 8 clubs restants sont rejoints par les 8 derniers clubs restants de Serie A.
  • Quarts de finale : se jouent en une seule rencontre.
  • Demi-finales : se jouent en deux rencontres (aller et retour).
  • Finale : se joue en une seule rencontre au stade Olympique de Rome.

Seulement 78 formations dont aucune amateur. Seul les professionnels et les semi-professionnels ont le privilège de participer. Les trois premier tours ne mettant pas au prise les clubs de l'élite se déroulent en Août. Le 4ème tour a lieu en Décembre. Quatre mois séparant deux tours, première erreur de casting. Les huits premiers du dernier exercice de Serie A rentrent quant à eux en huitième de finale. En plus d'être intégrer tardivement dans la compétition, ils bénéficient d'un autre avantage de taille, celui de pouvoir jouer tous leurs matchs à domicile. Mis à part si c'est contre une autre équipe du top 8, dans ce cas de figure seul le tirage en sort peut décider de la destination. Un club de Serie D pourra parvenir à se hisser loin dans la compétition, s'il tombe contre la Juventus il devra se déplacer. Loyalité zéro. Les demi-finales se jouant en format aller-retour renforce ce sentiment de protection à l'égard des têtes de lice. Un scénario digne de David contre Goliath.

Cependant quelques exceptions dérogent à la règle, mais ce plaisir ne reste que rarissime. Siena club de Serie B est la dernière en date, atteignant cette année les quart de finales. Les Toscans mettent ainsi fin à 7 années de disette pour un pensionnaire autre que de Serie A à ce niveau de compétition. L'unique finale d'une petite écurie remonte à il y a 20 ans, ce fût Ancona.