Débrief de la 2 ème journée de Serie A

Les tops, les flops, l'équipe ou encore le but du week-end. Voilà ce que vous devez retenir de cette seconde journée de Serie A. Débriefing.

Débrief de la 2 ème journée de Serie A
Débrief de la 2 ème journée de Serie A

Avant de retrouver la Ligue des Champions, la Roma se devait de retrouver le rythme et d’amorcer un match déjà décisif mercredi prochain avec la réception du CSKA Moscou au Stadio Olimpico. Avant cela, Rudi Garcia et sa bande se rendaient à Empoli dans le premier match de la seconde journée de Serie A. Avec un trio d’attaque Ljajic – Destro – Florenzi titulaire, Garcia faisait tourner, laissant au repos l’autre triplette Gervinho – Totti – Iturbe. Un match bien compliqué qui s’est tout de même soldé par une victoire grâce à l’homme en forme de ce début de saison, Radja Nainggolan. Après un but et une passe décisive face à la Fiorentina il y a deux semaines, c’est sur une frappe lointaine juste avant la mi-temps que le Belge a provoqué le csc du gardien d’Empoli, le ballon rebondissant sur le poteau avant de ricocher sur le malheureux Luigi Sepe. Ce but chanceux sera le seul du match, Douglas Maicon très en vue sur son côté droit ne sera pas parvenu à transformer deux énormes occasions à la 41e puis à la 57e. Défensivement, la Roma aura tenu malgré une brave équipe d’Empoli qui aura remué de Sanctis et ses congénères pendant de longues minutes. Ce dernier encore impeccable enchaîne une deuxième clean sheet en autant de matchs. Six points pris sur six disponibles, la Roma continue sur le rythme de la saison dernière.

Après une déconvenue à San Siro lors de la première journée de championnat, la Lazio se devait de relever la tête lors de sa première devant ses tifosi. La Lazio n’a pas tremblé, la victime se nommait Cesena, promu en Serie A. Malgré un onze assez international (9 étrangers sur 11 au coup d’envoi), les Laziale ont réussi à inscrire trois buts par trois buteurs différents, tous italiens. Antonio Candreva, Marco Parolo puis Stefano Mauri entré en cours de jeu, 3-0, score logique peut-être un peu lourd au vue de la configuration de la partie. Dans les travées, les supporters Biancoceleste ont fait leur retour et ont arrêté leur boycott des encouragements principalement envers leur président, Claudio Lotito. Avec cette ambiance retrouvée, la saison du club est sûrement lancée. Avec un déplacement chez le Genoa lors du prochain week-end, la Lazio pourrait prendre son envol pour de bon. Sans Europe cette saison, toute la semaine est disponible pour s’y préparer.

Dans le dernier match de la seconde journée de championnat, le Hellas Vérone recevait les Palermitains dans le Bentegodi. Un match très équilibré a vu la victoire des locaux sur les Siciliens 2 à 1, à l’arrachée. Le premier match à Bergame avait été un échec, ce lundi soir, Mandorlini a retrouvé les ingrédients de la victoire. Cela passait inévitablement par un grand Luca Toni, c’est bel et bien ce qui s’est produit. Après quelques occasions manquées, le grand Luca provoque un penalty et le transforme avant la mi-temps et égalise à l’ouverture du score des Rosanero en début de match. Malgré un adversaire difficile à manier, les Gialloblu vont pousser et obtenir le second but synonyme des trois points grâce à Juanito Gomez (csc de Pisano au final). Même si les très bonnes performances de la saison passée seront difficiles à rééditer, Vérone possède l’effectif et les hommes-clés pour pouvoir se sauver. Il sera, une nouvelle fois, difficile d’aller chercher la victoire chez les coéquipiers de Rafael Márquez.

Naples vit un début de saison particulièrement mouvementé. Après leur élimination en barrages de la Ligue des Champions, les tifosi réclamaient de plus belle le Scudetto 2015. Or, après une victoire à Gênes face au Genoa à la toute dernière seconde il y a deux semaines, le Napoli a trébuché dimanche après-midi. Pourtant, recevoir le Chievo Vérone en Serie A n’est pas le chose la plus ardue. Pourtant, même avec une équipe-type affichée par Rafael Benitez, les Partenopei se sont inclinés au San Paolo, 0-1 (Maxi Lopez). Incapable de trouver la solution pendant 90 minutes, l’armada offensive Napolitaine s’est littéralement cassé les dents sur Francesco Bardi, le jeune gardien du Chievo. L’illustration parfaite fut le penalty obtenu par Gonzalo Higuain en première période, l’Argentin qui a voulu se faire justice a vu sa frappe stoppée nette par le portier Italien. En manque de confiance, en manque de créativité, il manque beaucoup de choses pour le Napoli. Avec 33 tirs face à 8 du Chievo, plus de 71% de possession, ce match est une petite définition de la stérilité. Avec une semaine chargée et le match face au Sparta Prague en Europa League puis le déplacement à Udine le week-end prochain, la saison du Napoli a déjà un premier virage très dangereux à négocier.

Un autre gros du championnat Italien aura eu beaucoup du mal lors de cette seconde journée. Le Genoa se rendait à Florence, défier les hommes de Montella à l’Artemio Franchi. Hélas, les Violets n’auront jamais trouvé la faille dans la défense Rossoblu et face à un Mattia Perin avec les gants brûlants, un nul sans buts 0 à 0. Avec une ligne offensive Babacar, Gomez, Cuadrado redoutable sur le papier, force est de constater que les automatismes ne sont pas encore là. Même s’il ne faut pas encore tirer de conclusions, la Fiorentina débute mal sa saison, c’est un fait. Après une ouverture du championnat ratée face à la Roma (2-0), la perte pour plusieurs mois de Giuseppe Rossi à cause de son genou et un petit point pour la première à domicile face au 14e de Serie A l’an passé, on peut tout de même affirmer que la Fiorentina a connu de meilleurs débuts de saison. A suivre dans la semaine puisque la Toscane accueillera les petits gars de l’En Avant de Guingamp.

La sauce Zdenek Zeman est loin d’avoir pris du côté de la Sardaigne. Un match nul avait été acquis en déplacement à Sassuolo pour les Rossoblu de Cagliari, ils se devaient de réussir une bonne prestation devant son public face à l’Atalanta Bergame. Raté. Malgré une bonne domination avec davantage de tirs et une possession nettement supérieure, les locaux ont tout simplement loupé le coche (1-2). Poussés par leurs tifosi, les hommes de Zeman ont réussi à réduire l’écart à la 85e grâce à un penalty de Cossu, hélas trop tard. Avec une grosse base de l’effectif comportant des jeunes Italiens avec un potentiel intéressant, le tout mené par l’emblématique Mister, l’amateur de la Serie A pouvait s’attendre à des étincelles dès les premières minutes du championnat. Les étincelles risquent d’arriver lors de la prochaine journée étant donné que Cagliari se rendra dans la capitale pour affronter l’AS Roma. Un club que le coach Sarde connaît un petit peu. Il faudra déjouer les pronostics dimanche prochain afin de lancer une saison qui a bien mal débuté.

Il est temps de parler de la correction du week-end. Dans son antre, l’Inter Milan a étrillé l’équipe de Sassuolo dimanche après-midi sur un score fleuve, le même que l’an dernier à la même époque (à Sassuolo), 7 buts à 0. Une démonstration de force commencée dès la 4e minute de jeu qui a directement mis l’adversaire la tête sous l’eau. Offensivement, l’Inter a proposé le même genre de spectacle qu’il y a trois semaines dans le match retour des barrages d’Europa League avec un éblouissant 6-0 face aux modestes Islandais de Stjarnan. L’opposition de Sassuolo devait quand même être meilleure ce week-end dernier, il n’en a rien été. Mauro Icardi a signé un triplé, Pablo Osvaldo, un doublé, faisant presque oublier Rodrigo Palacio entré en fin de match, Diego Milito n’est désormais plus qu’un lointain souvenir. Au milieu de terrain, tout fonctionne, Mateo Kovacic est en train d’éclore comme prévu pendant Gary Medel fraîchement arrivé il y a quelques semaines, s’acclimate très bien à la Lombardie. Même si c’est un score fleuve, Sassuolo a tout de même eu quelques occasions avec 14 tirs durant la partie, sauf qu’avec Handanovic totalement en confiance, ça paraissait compliqué. Dans le même temps, à Naples, Francesco Bardi (prêté au Chievo, appartenant à l’Inter) réalisait l’une de ses prestations les plus réussies en Serie A. Le présent comme l’avenir s’annonce radieux dans les cages. Après un départ un petit peu raté à Turin face au Toro il y  a 15 jours (0-0), l’Inter retrouve ses marques à domicile. Avec seulement 14 points pris sur 27 à Milan lors de la phase retour du championnat, la saison dernière, c’est une statistique qu’il faudra soigner cette année. Avec un déplacement à négocier en milieu de semaine chez le Dnipro avant de se rendre en Sicile affronter Palerme dimanche prochain, l’Inter compte surfer sur son excellent résultat afin d’amorcer un joli début de saison.

Dimanche 14 Septembre, Milan se rend à Parme. Un match complètement dingue qui se soldera par un à 5 à 4 pour les Rossonero. Parmi un flot de faits de matchs, assez dingues pour la plupart, Jérémy Ménez s’est distingué en inscrivant un doublé aux Crociati. Un doublé après avoir inscrit un premier but en championnat face à la Lazio il y a deux semaines, « du grand Ménez ». Encore une fois installée en faux numéro neuf par Pippo Inzaghi, l’ex-Parisien a brillé et a été décisif comme en témoigne les statistiques. Cinq tirs en 86 minutes, trois cadrés pour deux buts ainsi que 96% de passes réussies pour sept fautes subies, c’est assez évocateur. Clairement l’un des meilleurs Milanais dans ce début de saison ce qui correspond à deux victoires en deux matchs. Le prochain test sera le plus important, la réception de la Juventus, le samedi 20. Il faudra être attentif aux prochaines prestations de Jérémy Ménez, parviendra-t-il à garder cette forme assez extraordinaire sur le long terme ? Et déjà, où est ce qu’Inzaghi placera le Français dans le onze quand Fernando Torres sera apte à jouer et cela, peut-être, dès samedi ? Les réponses à ces questions pourraient ne pas tarder. Avec un sourire de nouveau affiché sur un terrain de football, Ménez s’épanouit en Serie A comme il y a quelques années. Et personne ne sait encore où il s’arrêtera...

Dans le match du dimanche midi, la Sampdoria recevait le Torino dans un beau Luigi-Ferraris. C’est comme s’il n’y avait jamais eu match. Après une entrée en matière assez intense mais riche en fautes, la Samp’ pris le dessus sur le Toro par l’intermédiaire de Manolo Gabbiadini sur coup-franc. Malgré un superbe coup de patte, la seconde réalisation éclipse la première. Elle est l’œuvre de Stefano Okaka, un raid assez typique de l’attaquant de la Doria, tout en puissance. Un superbe but qui scellera le sort du match, 2-0 pour les locaux, amplement mérité.

Pour sa première au Juventus Stadium de la saison, la Vielle Dame n’a pas déçu. Une victoire convaincante face à l’Udinese deux buts à zéro grâce à Carlos Tevez et à Claudio Marchisio. Les tifosi ont pu apercevoir Pereyra ou Coman et Morata entrés en fin de match, mais aussi Patrice Evra, de retour en Italie quatorze ans après son aventure à Monza. Le Français a confié ses premières impressions après le match, samedi dernier :

« C’est incroyable, Pogba m’avait parlé du Juventus Stadium, je n’avais encore jamais joué aussi, les fans ont été incroyables. Je tiens à remercier tout le monde, les tifosi, les joueurs, le staff, je vais essayer de répéter ce genre de performances. »

Patrice Evra a séduit dans le 3-5-2 d’Allegri, affichant une volonté de bien faire et une complicité évidente avec Pogba à ses côtés. Evra a ensuite voulu faire une comparaison à travers ses diverses expériences :

"Je n'ai jamais travaillé si dur à l'entraînement de toute ma vie. Le jeu est moins intense qu'en Angleterre mais il est beaucoup plus tactique. Vous devez rester concentré tout le temps, vous ne devez pas vous laisser distraire une seconde."

L’ex-Monégasque a enfin déclaré qu’il fallait faire mieux que l’année dernière en Ligue des Champions, que la Juventus possédait des joueurs capable de faire de grandes choses dans cette compétition. Rendez-vous mardi 16 septembre pour le premier match de C1 et la réception des Suédois de Malmö.

1- AC Milan (6 points)

2- Juventus (6 points)

3- Roma (6 points)

4- Inter Milan (4 points)

5- Sampdoria (4 points)

6- Atalanta Bergame (4 points)

7- Hellas Verone (4 points)

8- Lazio (3 points)

9- Naples (3 points)

10- Udinese (3 points)

11- Chievo (3 points)

12- Cesena (3 points)

13- Cagliari (1 point)

14- Palerme (1 point)

15- Genoa (1 point)

16- Fiorentina (1 point)

17- Torino (1 point)

18- Sassuolo (1 point)

19 - Parme (0 point)

20- Empoli (0 point)

Samedi 20 septembre :

Cesena - Empoli (18h)

AC Milan - Juventus (20h45)

 

Dimanche 21 septembre :

Chievo - Parme (12h30)

Genoa - Lazio  (15h)

Roma - Cagliari (15h)

Sassuolo - Sampdoria (15h)

Atalanta - Fiorentina (18h)

Udinese - Napoli (18h)

Torino - Verone (20h45)

Palerme - Inter (20h45)