Débrief de la 5 ème journée de Serie A

Les tops, les flops, l'équipe ou encore le but du week-end. Voilà ce que vous devez retenir de cette cinquième journée de Serie A. Débriefing.

Débrief de la 5 ème journée de Serie A
Débrief de la 5 ème journée de Serie A

Qui pour arrêter l’infernale Juventus ? Après cinq journées de championnat, les Bianconeri affichent un bilan des plus positifs. Samedi soir, au stadio Atleti Azzurri d'Italia, l’Atalanta Bergame a pourtant essayé de faire trébucher la Vieille Dame. La Juventus sera d’abord surprise par l’intensité mise d’entrée de jeu par les locaux avant de prendre logiquement les rênes du match. Carlitos Tevez, comme d’habitude, lancera ses hommes sur les bons rails grâce à un but de renard à la 35e. A l’heure de jeu, c’est Gianluigi Buffon qui se distinguera en allant chercher un penalty tiré par Denis. Sur le contre qui suivra, Tevez punira Bergame avec un second but, le tournant du match sans aucun doute. Le score prendra davantage d’ampleur grâce au super-sub, Alvaro Morata, rentré à la 67e qui marque à la 83e (0-3). Avec les reins solides, la Juventus a su rendre ce match plutôt facile au final malgré une opposition de qualité. Un exercice important avant de se rendre en semaine à Madrid, défier l’Atletico, en Ligue des Champions. En championnat, la Juve poursuit son sans-faute, enchaîne une cinquième victoire et ne concède aucun but, encore une fois. Désormais la seule équipe en Europe, avec le FC Barcelone, à avoir gardé sa cage inviolé depuis le début de l’exercice 2014/2015, costaud.

En crise après un début de championnat décevant et sans saveur, le Napoli s’est enfin rattrapé en allant chercher sa deuxième victoire, une deuxième victoire acquise à l’extérieur sur la pelouse du Mapei Stadium de Sassuolo. Même si la manière n’y était pas, les trois points sont acquis et c’est ce que devront retenir les tifosi Partenopei. Suite à une bonne combinaison d’Higuain pour Jose Callejon, l’Espagnol conclura et inscrira le seul et unique but de la rencontre (0-1), son troisième de la saison sur un plan personnel, un des rares au niveau depuis le début de la saison. Face à une opposition faible et orpheline de Berardi (le jeune Italien purgeait son dernier match de suspension), les Napolitains auraient tout de même pu contrôler et dominer ce match mais il n’en a rien été, une possession du ballon de 50% pour les deux formations, le même nombre de tirs, les Neroverdi auront fait jeu égal avec l’équipe de Benitez. Le manager Hispanique devra retenir l’efficacité de Callejon en première mi-temps qui permet donc d’empocher trois points qui font du bien au classement. A eux de faire la même chose au San Paolo désormais, le Napoli a effectué des débuts très compliqués à domicile. Prochain objectif : L’Europa League dès jeudi avec le déplacement qui ne sera pas évident du côté du Slovan Bratislava.

On attendait les résultats du club de l’Udinese pour pouvoir tirer les premiers enseignements de la cinquième journée de Serie A. Malgré une opposition tenace lors de l’avant dernier match du « week-end », l’Udinese s’est défait des Parmesans grâce à un doublé de l’éternel Antonio Di Natale puis de deux buts de nos Francese, Thomas Heurtaux et Cyril Théréau (4-2). Les Crociati qui avaient ouvert le score par l’intermédiaire du jeune José Mauri, puis qui avaient égalisé à 2-2 grâce à Cassano sur penalty, se sont vus réduire à 10 suite au second carton jaune pris par Acquah. Les hommes de  Stramaccioni confirment leur bonne forme en validant un quatrième succès en cinq rencontres de championnat. Au classement, l’Udinese prend donc la troisième place de Serie A et surprend par ses qualités dans son animation offensive. Derrière, ça reste très correct avec 4 buts pris depuis le début de la saison et Orestis Karnezis, prêté à Grenade lors du dernier exercice, effectue un travail de grande qualité dans ses cages. Et puis, c'est bien connu du côté du Frioul : quand Di Natale va, tout va.

Celui qui a eu l’audace de parier sur un 4-1 de Cagliari à Meazza face à l’Inter peut désormais souffler pour cette fin d’année et voir Noël arriver tranquillement, financièrement parlant. C’est la surprise de cette cinquième journée de championnat, l’Inter qui était rangée dans les « Flops » il y a quelques jours y reste suite à sa débâcle face aux Sardes de Zeman. Le premier but qui intervient à la 10e (Marco Sau) est un petit résumé des problèmes défensifs de l’Inter Milan, les défenseurs centraux se gênent sur un duel aérien et laissent filer le petit attaquant qui fusille Handanovic. Croyant avoir fait le plus dur en égalisant quelques minutes plus tard, les Nerazzurri se voient réduire à dix suite à l’expulsion (deux cartons jaunes en trois minutes) du capitaine Nagatomo en grande difficulté depuis plusieurs matchs. Cette expulsion signera la fin du match pour les tifosi présents à Meazza, Albin Ekdal parviendra à planter un doublé en cinq minutes. Avant la mi-temps, Handanovic stoppera un penalty de Cossu, le gardien Slovène reste une des rares satisfactions. Quelques instants après, ce même Ekdal ira de son troisième but pour le 4-1 à la mi-temps, puis en tant que score final, la note était déjà bien assez lourde. Les carences défensives, à l’image de Nemanja Vidic qui coûte le penalty, doivent être comblées au plus vite, c’est le talon d’Achille de cette équipe et c’est un peu le même cas de figure pour l’autre équipe de Milan…

Car si l’AC Milan possède la meilleure attaque du championnat (11 buts – à égalité avec l’Inter), le club possède également une des pires défenses de Serie A avec 9 buts encaissés en l’espace de 9 rencontres. Si les joueurs à la cause de ce problème ont été mis en évidence lors du dernier débrief, et que le Milan n’a pris qu’un seul but au final dimanche après-midi, ils repartent également avec un seul petit point de Cesena. Encore un match nul après celui de la semaine dernière à Empoli (2-2), des points qui comptent mais qui ne font pas tellement avancer les Rossoneri. Encore une fois menés au score par Cesena, les hommes d’Inzaghi égaliseront rapidement grâce au bon jeu de tête d’Adil Rami. Incapable d’inscrire le but de la victoire et pénalisés en fin de match par l’expulsion du défenseur Colombien,  Cristian Zapata, les Lombards se contenteront du score de 1-1. Un système offensif qui fonctionne mais de grosses lacunes défensives, des équipes qui piétinent après avoir bien démarré, pas mal de ressemblances ressortent des formations Nerazzurri et Rossoneri. Il faudra encore patienter deux mois, jusqu’au 23 novembre prochain, pour voir les deux formations face à face. En attendant, allez savoir quel est le club qui négociera le mieux les prochaines semaines pour se ranger dans les « Tops » et figurer devant l’autre au classement lors du prochain Derby de la Madonnina.

Sinon, le début de saison est plutôt compliqué pour le Chievo Vérone. Les Gialloblu ont encore une fois été décevants dimanche lors de la réception des promus d’Empoli. Riccardo Meggiorini entré à la mi-temps avait pourtant ouvert la marque pour le Chievo dès la 50e, les locaux se sont faits bien vite remontés neuf minutes après à cause de l’attaquant d’Empoli, Manuel Pucciarelli (1-1). Un petit point à domicile qui ne doit pas satisfaire Eugenio Corini, loin de là. Même si les premiers matchs de septembre ont été plutôt délicats à jouer avec la Juventus dès la première journée, puis le Napoli (avec une victoire), l'équipe doit prendre des points face à,  ce qui seront sûrement, des concurrents directs au maintien cette année. Avant de se rendre consécutivement à San Siro jouer le Milan et à l’Olimpico pour la Roma, le Chievo Vérone compte 4 points et va devoir trouver bien vite des ressources supplémentaire dans les matchs-clé pour éviter une énième saison galère.

Dimanche soir avait lieu le Derby della Lanterna, le match idéal pour les romantiques du football qui pouvaient admirer le duel entre les deux clubs de Gênes, le Genoa et le Sampdoria. Comme ça arrive certaines fois, il y a eu davantage de spectacle dans les travées du Luigi-Ferraris que sur la pelouse où évoluaient les 22 acteurs. Peu d’occasions et pas mal de contacts dans un « match d’hommes » comme l’a affirmé Mihajlovic après le match. Quelques minutes avant, Manolo Gabbiadini inscrivait le seul but de la recontre d’un coup-franc travaillé et légèrement dévié qui a trompé Perin (0-1). Le jeune talent de la Samp’ a la confiance de son entraîneur, il en est à deux réalisations dans ce début de saison et doit encore s’améliorer pour pouvoir franchir un palier capital dans sa carrière avant de rejoindre un top club (Gabbiadini appartient à la Juventus). En ce qui concerne Mister Siniša Mihajlović, il gagne son deuxième derby depuis son retour en Italie en novembre dernier. Le Serbe effectue du bon travail et permet à son équipe de prendre la quatrième place au soir de la cinquième journée derrière les deux ogres et l’Udinese, une performance. Avec un effectif qui n’a finalement que peu changé, Mihajlović connaît ses hommes et tire davantage du potentiel de chacun d’eux de match en match. Avec le départ de Mustafi à Valence, la Sampdoria a réussi à se faire prêter le jeune défenseur central Romagnoli (AS Roma), le gamin de 19 ans fait des débuts réussis puisqu’il a encore été l’homme du match face au Genoa, en compagnie de Viviano, gardien de la Doria. Un début de saison très positif et qui pourrait se poursuivre, les Blucerchiati reçoivent l’Atalanta le week-end prochain (où ils sont invaincus) et se déplacent ensuite à Cagliari. Des points sont clairement à prendre, ce qui pourrait lancer définitivement une Sampdoria en quête de succès pour retrouver les premiers sommets de la Serie A.

Arrivé de Loire-Atlantique lors du dernier mercato estival, Filip Djordjevic s’est fait un nom en Italie lors de cette quatrième journée de championnat. La Lazio, en difficulté, se rendait à Palerme y défier les Rosanero de Iachini. Dans une partie équilibrée, Djordjevic, titulaire à la place de Miroslav Klose à la pointe de l’attaque, inscrira son premier but en Serie A juste avant la mi-temps. Une Lazio incroyable de sang-froid va achever son adversaire à la 75e grâce à un doublé du Serbe. Le spectacle ne s’arrêtera pas là puisqu’il signera un triplé à la 83e, Marco Parolo clora la marque avec un quatrième but dans le temps additionnel (0-4). Un match de la Lazio qui ressemble beaucoup à celui de Djordjevic et qui convient parfaitement à ses compétences. Il faut quand même préciser que Palerme a tiré davantage de fois aux buts que la Lazio, ça fait cher le 0-4. Pour Djordjevic, c’est 4 tirs, 3 buts, une efficacité redoutable avec des qualités techniques et physiques bien mises en évidence lundi soir. Miroslav Klose qui devait entrer en seconde mi-temps s’est finalement rassis sur le banc avec la performance de haut niveau du Serbe. Lui qui aurait pu marquer son premier but lors du premier match de la saison à San Siro (but attribué à Alex au final) a vécu des premières minutes mitigées en Italie, entre joueur remplacé ou joueur remplaçant en cours de jeu. Stefano Pioli a encore le droit à un peu de temps pour trouver la bonne formule avec les bons ingrédients. Lundi soir, le coach a modifié son habituel 4-3-3 en un 4-2-3-1 avec la ligne Candreva – Mauri – Lulic juste derrière Djordjevic. En vrai numéro 9 et avec la confiance de son entraîneur, l’ex-Canari a parfaitement rempli son contrat. Victoire importante pour la Lazio, match charnière pour Filip Djordjevic. C’est Sassuolo qui se rendra à l’Olimpico lors du prochain week-end, presque la victime idéale pour les dents longues du natif de Belgrade.

Avant que la Juventus ne valide son 5/5, il a bien fallu que la Roma fasse de même. C’était l’ouverture de la cinquième journée de championnat, les Romaines recevaient l’Hellas Vérone. Après une bonne partie du match à vouloir trouver la faille avec une flèche comme Ljajic et la montée des latéraux comme Maicon pour créer un décalage sur une aile, les Giallorosso ont vaincu grâce à une autre méthode. Alessandro Florenzi, qui a pu remplacer un Francesco Totti fêtant ses 38 printemps au Stadio Olimpico, a bien vite trouvé la solution après sa rentrée, huit minutes plus tard. D’une frappe soudaine en dehors de la surface, sans contrôle, il va tromper le jeune Pierluigi Gollini. Un peu comme à Empoli il y a quelques semaines, face à une défense repliée et bien compacte, la décision se fait sur une frappe lointaine. Mattia Destro va le démontrer une nouvelle fois en toute fin de match (86e) grâce à un bijou, sûrement le but de la journée en Italie, un des plus beaux de ce week-end européen. Le gardien De Sanctis à la passe décisive, le jeune attaquant tout juste dans le camp de Vérone se retourne et arme un missile qui surprend Gollini, qui était un petit peu avancé. 2-0 au final, la Roma enchaîne avant une semaine délicate. Déplacement à City le 30, puis déplacement au Juventus Stadiumle 5, difficile de faire plus chargé…

Retour sur le second but :

Une Fiorentina en difficulté dans ce début de championnat a réussi à prendre un point face au Torino dimanche après-midi (1-1), Vincenzo Montella a réagi aux micros de la Sky en conférence d’après-match :

« L’équipe a fait un bon match du début à la fin, même si ça a été difficile puisque le Torino défendait très bien dans ses 35 derniers mètres. Nous nous sommes créés beaucoup d’occasions en première mi-temps ce qui a permis aux adversaires d’avoir des contres intéressants à négocier mais nous avons bien réagi en seconde période. »

C’est grâce au but de Babacar que la Fiorentina a pu arracher le nul, un but important qui n’est seulement que le deuxième de la saison. Nous avions parlé de la stérilité des attaquants Toscans lors du débrief de la quatrième journée, sans Cuadrado lors de cette partie, ce sont donc les jeunes Bernardeschi et Babacar qui ont pris leurs responsabilités, Montella :

« Nous méritions mieux qu'un match nul, les performances de Babacar et  de Bernardeschi sont de bonnes nouvelles aujourd'hui. Federico ne doit pas prendre la grosse tête et doit répéter ce genre de match à l’avenir. » Enfin, il précise : « Cuadrado a eu une petite blessure, il a des chances de revenir pour le prochain match en championnat face à l’Inter. »

1 - Juventus (15 points)
2 - Roma (15 points)
3 - Udinese (12 points)
4 - Sampdoria (11 points)
5 - Inter (8 points)
6 - AC Milan (8 points)
7 - Verona (8 points)
8 - Napoli (7 points)
9 - Lazio (6 points)
10 - Fiorentina (5 points)
11 - Genoa (5 points)
12 - Torino (5 points)
13 - Cesena (4 points)
14 - Cagliari (4 points)
15 - Chievo (4 points)
16 - Atalanta (3 points)
17 - Empoli (3 points)
18 - Parme (3 points)
19 - Palerme (3 points)
20 - Sassuolo (3 points)

Samedi 4 octobre :

Verone - Cagliari (18h)

AC Milan - Chievo (20h45)

 

Dimanche 5 octobre :

Empoli - Palerme (12h30)

Lazio - Sassuolo (15h)

Parme - Genoa (15h)

Sampdoria - Atalanta (15h)

Udinese - Cesena (15h)

Juventus - Roma (18h)

Fiorentina - Inter (20h45)

Naples - Torino (20h45)

Crédits : ANSA / Repubblica