Débrief de la 12 ème journée de Serie A

Les tops, les flops, l'équipe ou encore le but du week-end. Voilà ce que vous devez retenir de cette douzième journée de Serie A. Débriefing.

Débrief de la 12 ème journée de Serie A
Débrief de la 12 ème journée de Serie A

En ouverture de cette 12e journée de Serie A, la Roma se déplaçait à Bergame. Pour la 50e de Rudi Garcia en Serie A, tout a pourtant très mal démarré. La pire attaque du championnat n’aura besoin que de 57 secondes pour tromper Morgan De Sanctis (1-0), Maximiliano Moralez à la conclusion. Le piège idéal pour mettre des points dans la course au titre semble évident, la Roma bafouille son football et se fait bouger dans tous les secteurs du jeu dans ce début de match. Malgré cela, la Louve va cravacher et se redonner de l’air à la 23e suite à une action personnelle de toute beauté, signée Adem Ljajic, son 4e but sur les 7 derniers matchs joués par le Serbe (1-1). Alors que les difficultés de la Roma sont toujours visibles dans la construction du jeu, l’Atalanta va une seconde fois se faire surprendre sur un contre juste avant la mi-temps. Une-deux entre Nainggolan et Ljajic, finition du Belge (1-2), remontée parfaite du ballon et les Giallorossi prennent l’avantage à la mi-temps dans une partie très compliquée comme il en existe en déplacement dans une saison, plutôt costaud. Pas grand-chose à signaler dans la seconde période, les locaux ne parviendront pas à égaliser mais feront douter plusieurs fois les tifosi adverses, la défense (Astori et Cole) Romaine sera en retard plusieurs fois. Assez inquiétant pour la suite des événements. Prochain rendez-vous : En Russie face au CSKA dès mardi, décisif pour l’avenir de l’ASR dans la Ligue des Champions.

Dans une saison en dents de scie, la Fiorentina essaye tant bien que mal de trouver un peu de régularité. Sur deux défaites de suite en championnat, les hommes de Montella ont été cherché une victoire précieuse à Vérone, face à l’Hellas qui plus est. A l’image de son club, Gonzalo Rodriguez qui effectue une saison très moyenne a ouvert la marque au bout d’un quart d’heure sur corner. Malheureusement, les défenseurs doivent avant tout défendre et Nico Lopez, parfaitement lancé par Luca Toni, pulvérisera l’arrière garde puis Neto pour égaliser (1-1). Les Florentins auront tout de même les nerfs solides et parviendront à repasser devant en seconde mi-temps. Ça ne sera pas par l’intermédiaire de leur pointe, Mario Gomez est loin d’avoir retrouvé des sensations, l’ombre de lui-même. L’autre figure de proue du système offensif de Montella ne se loupera pas lui. Juan Cuadrado d’un coup de genou victorieux lancera ses coéquipiers vers la victoire (1-2). Bilan assez simple après les 12 premiers matchs de championnat : 4 victoires, 4 nuls, 4 défaites. Pas à la hauteur des ambitions de la Fio bien évidemment mais ce genre de match où les cadres se réveillent doit inspirer l’équipe à retrouver les succès et le haut du classement.

Minute câlin à Vérone

Les promus se sont rebiffés ce week-end, aucune défaite pour les trois clubs, Empoli est même aller chercher les trois points à Parme. Si aller gagner là-bas n’est pas la chose la plus difficile à faire cette année, les hommes de Sarri ont parfaitement géré ce rendez-vous. Le match sera plié en 10 minutes de part et d’autre de la mi-temps, Vecino, jeune milieu de terrain prêté par la Fiorentina aura été décisif. But de l’Uruguayen juste avant la pause et passe décisive pour Francesco Tavano pour le 0-2. Très belle opération pour Empoli qui signe sa première victoire à l’extérieur de la saison et qui prend sept points d’avance sur l’adversaire du jour, Parme, triste lanterne rouge.

Dimanche midi, le Torino recevait Sassuolo. Une partie assez serrée, comme on pouvait s’y attendre. Le match nul se dessine au long des minutes à Turin, à cause d’attaquants pas assez tueurs devant le but et grâce à deux gardiens, Jean-François Gillet et Andrea Consigli, en forme durant la rencontre. Ce dernier a même arrêté un penalty de Sanchez Mino à la demi-heure de jeu, c’est d’ailleurs le cinquième penalty raté d’affilée par le Torino en championnat, statistique assez édifiante. Alors qu’on se dirige donc vers un 0-0, ce sont les Neroverdi qui vont créer la surprise en fin de match (87e), via Antonio Floro Flores (0-1). Sur un centre parfait du Croate Vrsaljko de la droite vers la gauche,  l’attaquant de Sassuolo va transpercer les filets de Gillet grâce à une tête puissante. Fin malheureuse pour les tifosi grenats venus voir leur équipe,  quatrième défaite d’affilée pour le Toro (championnat et Europa League compris). La suite s’annonce tout aussi difficile pour les hommes de Ventura, réception de Bruges, leader du groupe E, avant le derby tout simplement face à la Juventus lors du prochain week-end. Le Toro va devoir retrouver de l’élan pour bien finir ce mois de novembre.

Recevoir le Cagliari de Zeman lorsque l’on est l’une des meilleures attaques du championnat, ça donne envie. Hélas, le Napoli est loin d’être la meilleure défense de Serie A et c’est bien grâce à cela que les amateurs du Calcio ont pu prendre leur pied devant cette partie. Tout avait bien débuté pour le Napoli avec le septième but en cinq matchs pour un Gonzalo Higuain retrouvé, Inler doublera la mise d’une frappe lointaine caractéristique du Suisse. C’est presque tout pour les bonnes nouvelles. Ensuite, ce sont les Sardes via Farias puis Ibarbo qui égaliseront et pointeront du doigt les grosses lacunes défensives qu’on avait presque pu oublier durant ces dernières semaines. De Guzman, remplaçant d’Insigne out pour la saison et de Mertens pour ce match, donnera de l’air aux tifosi pour le 3-2 avant une nouvelle égalisation de Cagliari, doublé pour l’attaquant Brésilien Diego Farias (3-3). Les progrès de Kalidou Koulibaly étaient à souligner durant ces derniers matchs, le défenseur central Français a complètement loupé celui-là. La perte de balle à 30m de sa cage fut fatale, les Sardes en profiteront bien vite pour leur troisième but, match à oublier pour Koulibaly. Le Napoli se prend les pieds dans le tapis et marque un petit coup d’arrêt qui n’était pas vraiment prévu au programme. La concurrence pour la troisième est juste derrière, l’affrontement face à la Sampdoria pourrait être un tournant important de la saison lundi prochain.

Après trois victoires de suite, le Genoa avait marquait un léger stop face à ces diables de Sardes, à Cagliari juste avant la trêve internationale. Ce lundi soir, pour le dernier match de la 12e journée, les Rossoblu recevait Palerme. La première mi-temps sera spectaculaire et de qualité, les locaux se feront bien vite surprendre par le talentueux Dybala, auteur d’une superbe frappe dès la 6e minute. La révolte sera sonnée par Andrea Bertolacci avant la demi-heure, d’une superbe action individuelle là aussi (1-1). Gasperini ne parviendra pas à insuffler suffisamment d’énergie à ses joueurs pour aller chercher les trois points en seconde période. Trop d’imprécision dans le dernier geste, aucune des deux formations n’ira chercher le but victorieux, petite prestation pour Matri puis Pinilla du côté du Genoa. Second nul d’affilée pour le Griffon qui marque un petit peu le pas, rien de bien surprenant là-dedans. Des points devront être pris lors du prochain déplacement, ce sera à Cesena dans une semaine.

Les regards des amateurs de football et des romantiques (surtout des romantiques) étaient forcément tournés vers San Siro dimanche soir, MilanInter, Derby Della Madonnina, du grand classique. Tout le monde connaît désormais le résultat (1-1). Pas un grand derby comme il fallait s’y attendre, malgré une bonne intensité en première mi-temps, beaucoup d’erreurs techniques de part et d’autre, beaucoup trop. Coup de projecteur sur une des deux écuries Lombardes : l’Inter. Après le changement d’entraîneur une semaine plus tôt, le fameux choc psychologique était attendu ce dimanche, il n’en a pas été grand-chose. Roberto Mancini qui faisait son grand retour sur le banc Nerazzurro a eu une semaine pour préparer le derby. Même s’il n’y a pas eu de miracles, l’ex-président du club, Massimo Moratti, s’est dit satisfait des « débuts » de Mancini après la partie, il faut désormais voir à long terme. Pour son retour, Mancio a signé le grand come-back de la défense à 4, Ciao Mazzarri ! Vidic sur le banc, Ranocchia et Jesus dans l’axe, devant eux, le Mister voulait voir ce que Guarin avait dans le ventre, laissant Hernanes pourtant apte physiquement sur le banc. Le Colombien n’a pas déçu. Offensivement, Kovacic était placé plus haut que d’habitude, la paire Icardi Palacio au rendez-vous. Au rendez-vous sur la feuille de match évidemment, ça a été bien plus délicat sur la pelouse pour les deux Argentins. Après avoir été mené pendant 38 minutes par le Milan (Ménez), c’est le Nigérian Joël Obi qui va égaliser d’une frappe hors de la surface à l’heure de jeu. Plus habitué à poser ses fesses sur le banc, le milieu de terrain a été l’homme décisif presque malgré lui pour l’Inter.

Un point de pris dans la besace, un de moins au classement par rapport à l’AC Milan. Le baptême du feu est presque satisfaisant pour Mancini. Néanmoins, ce lundi matin, Sandro Mazzola, légende absolue de l’Inter Milan a poussé son coup de gueule suite au duel face aux Rossoneri.

« Si les joueurs ne savent pas jouer au foot, l'entraîneur ne peut rien faire. Il y a un vrai manque au milieu de terrain, le club doit faire quelque chose lors du mercato. » A propos d’Icardi ? « Il n’avait pas de tête hier soir. »

Ces propos durs de Mazzola à Radio Anch'io auront peut-être le mérite de réveiller les têtes pensantes Interistes à propos du niveau actuel de l’effectif. La semaine dernière, c’est Alessio Cerci que les médias envoyaient chez le club du président Tohir, lui qui ne joue quasiment pas à Madrid avait forte impression lors d’Italie – Albanie. En attendant les premières heures de tractations de janvier, l’Inter dispose de six matchs avant la trêve hivernale. Avant de viser la troisième place qui est toujours l’objectif final de la saison, l’équipe doit remonter en championnat (actuel 9e) et valider son ticket dans le groupe F d’Europa League pour la suite des hostilités Européennes. La balle est dans leur camp, l’ère Mancini 2.0 est en marche.

Parmi les attaquants qui font parler d’eux de l’autre côté des Alpes, on entend de plus en plus parler de Stefano Okaka. L’attaquant de la Sampdoria, formé à la Roma, a très longtemps bourlingué de club en club avant de trouver un peu de stabilité il y a plusieurs mois. Presque incapable de faire une année complète dans une même équipe, Stefano arrivera à la Sampdoria lors de l’hiver 2014, après avoir connu sept clubs, l’attaquant n’a pourtant que 25 ans aujourd’hui… La Samp' sera donc le huitième et c’est ici qu’il va jouer en tant que titulaire, en Serie A, avec un entraîneur qui lui fait confiance. Ses six premiers mois sont plutôt concluants avec 5 réalisations en 13 matchs, Okaka prend de l’assurance et emmagasine du temps de jeu. La consécration interviendra lors du match qui oppose l’Italie à l’Albanie en amical le 18 novembre dernier. Après avoir affronté la Croatie dans le cadre des qualifications de l’Euro 2016, la Nazionale joue l’Albanie à domicile seulement deux jours plus tard. Antonio Conte en profite donc pour sélectionner une liste de joueurs n’ayant pas pour habitude de porter la tunique Azzurra. Stefano Okaka n’est pas titulaire mais va entrer en fin de match, il sera l’homme décisif puisqu’il sera l’unique buteur de la partie, le jour de gloire pour l’attaquant d’origine Nigériane.

Première sélection et premier but, Okaka appartient à ces hommes en forme évoluant à la Sampdoria qui peuvent postuler à une place en équipe nationale si leurs bonnes performances s’enchaînent. Ce week-end, la Samp’ se rendait à Cesena, promu très combattif à domicile. Les Blucerchiati vont se voir mener au score, Lucchini, lui, l’ex de la maison va faire un gros match. Les attaquants de la Sampdoria ne trouveront jamais la faille durant la partie, Okaka toujours très volontaire ne marquera pas cette fois malgré deux tirs, tous cadrés. C’est un autre défenseur de Cesena qui va faire trembler les filets, hélas pour lui, contre son camp : Nica à la 73e (1-1). Score final, la Samp’ est toujours 4e, place très satisfaisante fin novembre. Okaka, de son côté, attend le prochain match à domicile, ses actions décisives (2 buts – 1 assist) ont toutes été signées à Gênes, tout comme son but en Nazionale par ailleurs. Cela tombe bien, le week-end prochain, c’est le Napoli qui fera le déplacement, l’occasion pour Chuka d’attirer les regards une nouvelle fois.

Comme vous le savez, nous suivons régulièrement les dernières légendes Italiennes de près, c’est l’occasion de mettre en avant l’une d’entre elles lors de cette 12e journée. Les compteurs ont encore eu l’occasion de trembler à cause de Monsieur Antonio Di Natale, une nouvelle fois buteur avec l’Udinese dimanche après-midi. Tout simplement son 200e but en Serie A, septième meilleur buteur de l’histoire de la Serie A, le second en activité derrière Francesco Totti. La rencontre face au Chievo Vérone dimanche était un match à marquer d’une pierre blanche pour le trentenaire car il fêtait son 400e match de championnat également, calcul rapide à faire : 400 match pour 200 buts : ratio de 0.5 but / match, le tout agrémenté de 52 passes décisives, fuoriclasse ! 

Malgré l’ouverture du score de Toto, l’Udinese concèdera l’égalisation à la 73e d’une superbe frappe d’Ivan Radovanovic. Score final de 1-1, un résultat qui n’arrange pas vraiment les affaires des locaux avec ce nul face au 18e de Serie A. L’essentiel était peut-être ailleurs, retour sur le 200e but de Di Natale, le but du week-end :

https://vine.co/v/O1KwxpT91u0

La Lazio, équipe en forme de ce début de championnat, recevait la Juventus pour le match du samedi soir. La fête a tourné court pour les locaux, la Vieille Dame n’a fait qu’une bouchée de la bande de Pioli (0-3), doublé de Pogba accompagné d’un but de Carlos Tevez. Mister Allegri en conférence de presse d’après-match :

« Pogba a fait un bon match, il peut devenir le meilleur milieu de terrain du monde. Il doit répéter ce genre de performance, Pogba a réalisé son meilleur match de la saison selon moi. Dans l’ensemble, nous avons bien défendu mais si ça a été un peu plus compliqué vers la fin de la première période. Le mérite revient aux joueurs, même ceux qui sont entrés en cours de jeu. C’est une victoire importante sur un terrain difficile comme celui de la Lazio, surtout après le succès de la Roma à Bergame plus tôt dans l’après-midi. Le nouveau module avec la défense à 4 ? Toute l’équipe défend bien, nous essayons de garder l’adversaire le plus loin possible de notre but et d’aller de l’avant dès que possible. »

Carlos Tevez, actuel meilleur buteur du championnat s’est exprimé lui aussi, après cette nouvelle victoire, au micro de Sky Sport :

« C’était le match de reprise après la trêve internationale aujourd’hui, nous devions avoir la bonne mentalité pour gagner. » La meilleure période de ta carrière ? « J’essaye de donner le meilleur de moi-même sur le terrain, je crois que c’est ma meilleure saison. » Le match décisif face à Malmö mercredi : « Il ne vous coûte rien de rêver, mais pour mercredi : si nous jouons comme ce soir, il sera difficile de perdre. »

1 - Juventus (31 points)
2 - Roma (28 points)
3 - Naples (22 points)
4 - Sampdoria  (21 points)
5 - Genoa (20 points)
6 -  Lazio (19 points)
7 - AC Milan (18 points)
8 - Udinese (18 points)
9 - Inter (17 points)
10 - Fiorentina (16 points)
11 - Sassuolo (15 points)
12 - Verone (14 points)
13 - Palerme (14 points)
14 - Empoli (13 points)
15 - Torino (12 points)
16 - Cagliari (11 points)
17 - Atalanta (10 points)
18 - Chievo (9 points)
19 - Cesena (8 points)
20 - Parme  (6 points)

 

Samedi 29 novembre

Sassuolo - Verone (18h00)
Chievo - Lazio (20h45)

Dimanche 30 novembre

Empoli - Atalanta (15h00)
AC Milan - Udinese (15h00)
Palerme - Parme (15h00)
Cagliari - Fiorentina (15h00)
Cesena - Genoa (15h00)
Juventus - Torino (18h00)
Roma - Inter (20h45)

Lundi 1 décembre

Sampdoria - Napoli (21h00)

 

 

 

Crédits : ANSA / Repubblica