Débrief de la 13 ème journée de Serie A

Les tops, les flops, l'équipe ou encore le but du week-end. Voilà ce que vous devez retenir de cette treizième journée de Serie A. Débriefing.

Débrief de la 13 ème journée de Serie A
Débrief de la 13 ème journée de Serie A

Treizième journée de championnat riche en émotions.  Pendant que certains s’engluent dans les profondeurs du championnat, le rythme est effréné en tête avec la Roma qui recevait l’Inter et la Juventus confrontée à son frère ennemi, le Torino. Retour également sur les performances de Jérémy Ménez ou sur le premier but en championnat de Mario Gomez cette année.

Classement inchangé pour les deux premières au classement, après un week-end qui aura été spectaculaire. Dimanche en soirée, Turin était en fusion avec le Derby Della Mole, derby entre la Juventus et le Torino. Le Juventus Stadium a eu l’occasion de briller mille feux et de s’enflammer au cours d’une partie plus serrée que prévue et avec une apothéose assez géniale pour les tifosi Bianconeri. Les tôliers du milieu de terrain de la Vieille Dame auront dû s’employer, Pirlo tout d’abord avec un de ses coups-francs qui sera contré par une main d’un des joueurs du Toro à l’intérieur de la surface. Arturo Vidal ne tremblera pas pour le 1-0. Alors qu’on pensait la partie jouée au bout d’un quart d’heure, les hommes de Ventura vont jouer et vont même faire mal à la Juve.L’ailier droit Bruno Peres déboulera à toute vitesse sur son aile et mettra au tapis tous ceux qui tenteront de l’arrêter, un des buts du week-end (1-1). Cela faisait 12 ans que le Torino n’avait plus marqué lors du derby du Turin, une éternité. La seconde mi-temps sera moins riche en intensité, le tournant du match à la 77e sonnera une fin de match explosive. Carton rouge pour Lichtsteiner, on sent la Juventus en danger dans les ultimes minutes, chose tellement rare à domicile. Et alors que le match nul semblait inévitable, Andrea Pirlo sort sa baguette magique et une frappe extraordinaire à quelques secondes du coup de sifflet final. Presque au bord du précipice, la Vieille Dame dompte le Toro et arrache le 2-1 sur le fil. Trois nouveaux points au compteur, un derby bien plus compliqué que prévu, mais la Juventus continue son rythme de croisière grand luxe.

De son côté, moins d’une heure après l’explosion du Juventus Stadium, le Stadio Olimpico de Rome se chauffait la voix au coup d’envoi d’un AS Roma – FC Inter assez alléchant. La Roma alignait quelques changements plutôt classiques dans le onze au vu d’un turn-over bien respecté par Garcia. Comme souvent, les Giallorossi marquent tôt, Gervinho à la conclusion pour le premier but, tout semble fonctionner correctement. L’Inter ne se laissera pourtant pas marcher dessus puisqu’elle répliquera un quart d’heure plus tard grâce à son capitaine, Ranocchia (1-1). Même schéma pour la suite du mach, but grandiose d’Holebas (12e homme à marquer un but pour la Roma depuis le début de la saison), Osvlado, l’ancien de la maison signera le 2-2. La Louve devra hausser le ton pour se défaire des Nerazzurri avec le show Pjanic en deux temps.

Gros travail de Totti qui s’arrache dans la surface, Miralem suivra bien pour redonner l’avantage à sa formation, à l’heure de jeu (3-2). Enfin dans le temps additionnel là aussi, le Bosnien marquera sur un coup-franc de toute beauté (4-2). Dans un match spectaculaire et agréable, la Roma signe son troisième succès consécutif en championnat et réagit bien après son coup d’arrêt en Russie la semaine dernière face au CSKA Moscou. Les deux mastodontes gagnent dans deux matchs forts en rebondissements. Autre choc pour la Juve en fin de semaine, déplacement chez la Fiorentina vendredi 5 décembre. Un petit peu plus tranquille pour l’ASR avec la réception de Sassuolo.

A priori très loin d’être un mastodonte en début de saison, le Genoa gagne encore et se relance après deux matchs nuls assez décevants. Cesena n’est pourtant pas le club où l’on s’impose si facilement : Le Milan et la Sampdoria n’ont pu arracher qu’un point et l’Inter s’en est remis à un penalty d’Icardi pour empocher la victoire. Dimanche après-midi, le Genoa n’en a fait qu’une bouchée, une victoire réglée en l’espace d’une mi-temps. Alessandro Matri inscrira son sixième but en championnat (tous marqués à l’extérieur), il ne s’arrête plus de surprendre. Luca Antonelli, auteur d’une très bonne prestation, doublera la mise quelques instants plus tard, nous sommes alors à la 7e minute de jeu, les Rossoblu mènent 0-2. Juste avant la mi-temps, c’est le défenseur de Cesena Massimo Volta qui se verra marquer contre son camp (0-3). Après-midi catastrophe pour Cesena, tout sourit au Genoa à l’inverse qui gèrera en seconde période sans prendre de buts. Quatrième clean sheet de la saison pour Mattia Perin. L’équipe de Gasperini parvient à se hisser à la quatrième place juste devant le Napoli désormais.

Mois de novembre plus compliqué que prévu pour la Lazio. Après une dynamique de six matchs sans défaite, le premier coup d’arrêt avait été vécu à Empoli contre toute attente. Après la trêve internationale, l’équipe de Pioli s’est fait balayée par le champion d’Italie en titre à domicile, sévère désillusion face à la Juve (0-3). Ce week-end, le déplacement pour faire face au Chievo, modeste 18e du championnat,  semblait idéal pour se relancer dans la course à l’Europe. Il n’en a rien été (0-0).  La Lazio aura logiquement dominé ce match mais aura  manqué d’animation offensive pour surprendre l’arrière garde jaune et bleue. Djordjevic comme Klose entré en fin de match ne seront pas parvenus à être décisif, assez peu aidés par leur compagnons il faut le dire. Tout petit match de la part des Candreva ou des Mauri, peu de soutien de la part des milieux de terrain également, match presque à oublier. Seule la performance de la charnière Radu de Vrij sera à retenir, ce dernier prend ses marques en Italie et commence à être vraiment performant. Un petit point pris chez un mal classé, il faudra vite retrouver des sensations et le chemin des filets à Parme la semaine prochaine, autre équipe engluée dans les profondeurs de la Serie A.

Flop du week-end également, le match qui opposait Empoli à l’Atalanta Bergame. Dans ce duel entre prétendants au maintien, puisque l’Atalanta ne peut apparemment pas viser plus haut, ce n’est pas le spectacle qui aura été au rendez-vous, un petit 0-0. Match nul qui n’arrange personne dans l’optique où Empoli pouvait marcher dans les pas de Sassuolo en prenant de l’avance sur la zone de relégation, à domicile. Les locaux auront pourtant dominé cette partie, la possession et beaucoup plus de tirs mais le bloc Bergamasque n’aura jamais cédé finalement. Après la Lazio et Parme, une troisième victoire d’affilée aurait été presque trop beau pour les Azzurri de Sarri. En face, toujours pas de succès  à l’horizon, bien au contraire. C’est le 3e 0-0 en 4 matchs pour l’Atalanta, pire attaque du championnat avec 5 buts. 5 buts en 13 rencontres… Dimanche prochain, c’est Cesena qui se rendra à Bergame pour un nouveau choc entre mal classés. Il faudra faire bien mieux cette fois pour essayer de sortir la tête de l’eau avant Noël.

C’est loin d’être un des plus gros flops de la saison pour la Sampdoria mais cela reste une déception. Face à une pointure du championnat, la Samp’ espérait enfin briller pour avoir cette victoire référence dans une saison. Après le nul face à la Roma, celui face au Milan, et la défaite face à l’Inter, ce match face au Napoli faisait à nouveau figure de test pour une formation un petit peu remaniée par Mister Mihajlović. Passage au 4-3-1-2 sans Gabbiadini resté sur le banc, retour du jeune Romagnoli dans l’axe de la défense à côté de l’expérimenté Silvestre. Les Blucerchiati font leur match et, poussés par leur public, arriveront à ouvrir la marque en seconde période par l’intermédiaire de l’avant-centre Brésilien Eder. Les changements de Benitez fusent dans la foulée, sans pour autant déstabiliser la Samp’. Or, comme on a pu le voir lors de cette 13e journée, les fins de match sont bien souvent animées. A la 84e, c’est le défenseur central Kalidou Koulibaly qui se verra expulser suite à un second carton jaune. Si certains voyaient les derniers espoirs de victoire du Napoli s’envoler avec cet événement, c’est justement l’inverse qui se produirea à la 92e. Duvan Zapata, entré en fin de match, est à la réception d’un centre de Ghoulam, le Colombien ne tremble pas et marque pour le 1-1. La victoire référence était peut-être ici pour la Sampdoria, à deux minutes du terme. Déception pour les locaux qui devront voyager à Vérone pour jouer l’Hellas lundi prochain. Pas facile, mais sûrement plus aisé que le déplacement qui suivra : jouer la Juventus, à Turin.

Après sept matchs sans défaite en championnat, qui pointe son nez dans la première moitié de tableau ? Les Neroverdi de Sassuolo. En pleine forme depuis fin octobre, Sassuolo compte désormais 18 points, déjà bien en avance par rapport à l’année dernière où l’objectif prioritaire n’a pas été modifié : le maintien. Samedi soir, en ouverture de la 13e journée, les Noirs et Verts se confrontaient à l’Hellas Vérone au Mapei Stadium, un vieil adversaire promu comme Sassuolo, lors du précédent exercice. Comme souvent cette saison, l’équipe d’Eusebio DI Francesco sera menée au score et ce, au bout de quelques minutes après un corner et une déviation du Grec Vangelis Moras pour Vérone. Score inchangé à la mi-temps, le onze reviendra avec d’autres ambitions en seconde mi-temps. Domenico Berardi pour Nicola Sansone, premier but en Serie A pour le jeune Italien cette saison, Sassuolo égalise et va prendre l’avantage grâce à un ex-pensionnaire du championnat de France : Saphir Taïder (pour le 2-1). A un quart d’heure de la fin, ils prennent la tête pour ne plus la lâcher. Victoire importante face à un concurrent direct, Sassuolo grandit et prouve qu’ils peuvent viser un petit peu plus haut que ligne de flottaison cette saison.

Si les jeunes talents offensifs commencent à être bien identifiés par le grand public, ce sont des patrons avec un peu plus d’expérience qui haussent le niveau depuis plusieurs matchs. Francesco Acerbi (26ans) qui a connu sa première cape en équipe nationale il y a un moins d’un mois face à l’Albanie est le véritable patron de la défense. A ses côtés, c’est désormais l’ex du Napoli, Paolo Canavaro (32 ans) qui forme une charnière puissante. Plus haut, Federico Magnanelli est un véritable au tôlier au milieu de terrain. Au club depuis 2005, le trentenaire trouve une seconde jeunesse et fait extrêmement de bien dans la circulation du ballon. Même Floccari (33) ou Floro Flores (31) arrivent  à être décisifs quand Zaza n’est pas là sur le front de l’attaque. Le savoureux mélange entre expérience et jeunes talents prend forme et c’est grâce à cela que Sassuolo prend fièrement la 10e place au terme de ce week-end. Juste devant l’Inter Milan, équipe qui les avait écrasés 7-0 à Meazza en tout début de saison. Revanche.

On avait perdu sa trace depuis plusieurs semaines, voilà Jérémy Ménez qui refait surface ! Pour faire le point sur ses performances,  il est nécessaire de tout reprendre tout depuis le début de la saison. Ses deux premiers matchs avec le Milan ont été, comme chacun le sait, fulgurants avec trois buts face à la Lazio et face à Parme pour deux victoires du club Milanais. Et depuis ? Un petit peu à l’image de l’équipe, Ménez s’évanouit dans la nature et les critiques deviennent de plus en plus vives de match en match. Le Français n’est plus décisif depuis le 20 septembre dernier et alors que Palerme vient à San Siro prendre les trois points, l’attaquant va se réveiller face à la Sampdoria le week-end d’après, nous sommes alors le 08 novembre 2014, date du réveil. Match nul 2-2 face à la Samp, Ménez signe un but et une passe décisive. La semaine dernière, c’est le derby face à l’Inter. FenoMenez ouvre le score avec une superbe réalisation, c’est hélas un nouveau match nul pour l’AC Milan. Fin de la trilogie décisive pour l’ancien joueur du PSG ce week-end, Milan reçoit l’Udinese. Match délicat pour les hommes d’Inzaghi qui mettront une heure avant de faire trembler les filets. Action litigieuse dans la surface des visiteurs, carton rouge pour Domizzi, Ménez se chargera de transformer le penalty (son quatrième de la saison tout de même). Après l’expulsion d’Essien quelques minutes plus tard, les Rossoneri ne laisseront pas d’espoir à Udine puisque FenoMenez sera de nouveau à la conclusion avec un beau mouvement entre les lignes adverses pour le 2-0, score final. Septième but de la saison pour le Français qui sera désigné homme du match.

S’il n’est pas l’homme le plus décisif dans l’effectif d’Inzaghi (Honda  compte 6 buts / 3 passes décisives), le Mister compte sur lui puisqu’il est l’homme le plus utilisé depuis le début de la saison avec 1003 minutes jouées. Sur une aile ou bien en faux numéro 9 puisque Torres est en panne sèche depuis son seul et unique but à Empoli il y a plus de deux mois, Ménez vient d’enchaîner trois prestations de haut niveau. Encore une fois, c’est à lui de trouver cette fameuse régularité qui permettra à lui et sans doute au Milan par la même occasion, de franchir un cap cette saison.

C’est le petit phénomène du moment. L’Argentin de Palerme, Paulo Dybala, a encore marqué ce week-end. Les Palermitains recevaient la lanterne rouge du championnat, Parme. L’ouverture du score sera donc signée par le petit Dybala, le quatrième match d’affilée où il marque, Dybala se révèle aux yeux du grand public et en impose. Les Parmesans arriveront tout de même à égaliser dans la foulée grâce à Raffaele Palladino à la 40e (1-1). La fin de match sera animée avec Parme qui va une nouvelle fois céder à cause d’un coup du capitaine Rosanero, Edgar Baretto. Dernières minutes musclées avec l’exclusion de Felipe et de ce même Baretto pour un 10 contre 10 dans le temps additionnel. Victoire des locaux 2-1, Parme se sera bien battu mais perd, encore et toujours..

Retour sur le but de la pépite Sicilienne, son sixième depuis le début de la saison :

https://vine.co/v/OnF9edrTaeh

Enfin, retour sur  la Fiorentina qui n’a fait qu’une bouchée de Cagliari. Après avoir validée sa qualification et sa première place dans son groupe d’Europa League, l’équipe de Montella s’est imposée 4 buts à 0 en Sardaigne, avec notamment un but de Mario Gomez. L’Allemand n’avait plus marqué depuis 259 jours avec la Fio, il est revenu en conférence de presse sur ce soulagement :

« Ce but est une grande libération : c’est comme si un poids de 200 kilos disparaissait de mes épaules. Je tiens à remercier l’entraîneur, mes coéquipiers ainsi que tout l’environnement. Nous avons bien joué, Cagliari également, ils ont eu énormément d’occasions car ils attaquent tout le temps. Cette victoire est très importante car elle nous permet de combler l’écart avec ceux qui sont au-dessus de nous au classement. Et maintenant, je ne m’arrête plus ? Je l’ai dit dans le passé mais je ne sais pas comment ça va se passer maintenant, j’espère avant tout bien jouer et être utile à l’équipe. »

Pour la première fois de la saison, la Fiorentina enchaîne trois victoires consécutives toutes compétitions confondues et revient tout doucement dans première moitié de tableau. Une bonne dynamique à conserver.

1 - Juventus (34 points)
2 - Roma (31 points)
3 - Sampdoria (24 points)
4 - Genoa (23 points)
5 - Naples (22 points)
6 -  AC Milan (21 points)
7 - Lazio (20 points)
8 - Fiorentina (19 points)
9 - Udinese (18 points)
10 - Sassuolo (18 points)
11 - Inter (17 points)
12 - Palerme (17 points)
13 - Empoli (14 points)
14 - Verone (14 points)
15 - Torino (12 points)
16 - Cagliari (11 points)
17 - Atalanta (11 points)
18 - Chievo (10 points)
19 - Cesena (8 points)
20 - Parme  (6 points)

Vendredi 5 décembre

Fiorentina - Juventus (20h45)

Samedi 6 décembre

Roma - Sassuolo (18h00)

Torino - Palerme (20h45)

Dimanche 7 décembre

Naples - Empoli (12h30)

Atalanta - Cesena (15h00)

Genoa - AC Milan (15h00)

Parme - Lazio (15h00)

Inter - Udinese (20h45)

Lundi 8 décembre

Cagliari - Chievo (19h00)

Verone - Sampdoria (21h00)

Crédits : ANSA / Repubblica