Débrief de la 16 ème journée de Serie A

Les tops, les flops, l'équipe ou encore le but du week-end. Voilà ce que vous devez retenir de cette seizième journée de Serie A. Débriefing.

Débrief de la 16 ème journée de Serie A
Débrief de la 16 ème journée de Serie A

Seizième journée jouée sur quatre jours qui a vu le nouvel écart entre la Juventus et la Roma s'agrandir pendant que les clubs de Gênes marquent le pas derrière. Dans les profondeurs, alors que Parme et Cesena n'avancent guère, le Chievo et le Torino gagnent enfin et prennent leurs distances.

Avant tout le monde jeudi dernier, les deux équipes participant à la Supercoupe D’Italie évoluaient sur les terrains de Serie A avant de s’envoler pour Doha quelques heures plus tard. Si la Juventus a parfaitement le job en Sardaigne (voir plus bas), le Napoli auteur d’une bien piètre prestation à Milan le week-end dernier, s’est relevé à domicile face à Parme. Le suspens n’a pas été bien long étant donné que les Napolitains ont vite mené 2-0 en première mi-temps avant de s’assagir avec l’évolution du chronomètre. Benitez avait choisi de faire tourner avec les titularisations de Britos, Gargano ou de Zapata avant le choc de lundi. Ce dernier n’a pas déçu à la pointe de l’attaque encore une fois. Le Colombien inscrira le premier but à la 18e grâce à un jeu de corps assez impressionnant au milieu des pions Parmesans, 4e but de la saison pour Zapata, très satisfaisant pour la doublure d’un Higuain laissé au repos, loin d’être dans la forme de sa carrière. Massimo Gobbi annihilera une action dangereuse de Callejon dans la surface à la demi-heure de jeu, Dries Mertens transformera le penalty pour le 2-0. La seule action dangereuse de Parme sera un poteau de Lodi à la 71e, rien à craindre pour le Napoli qui sort une performance sereine et se rassure. Victoire 2-0 des Partenopei qui remonte au classement, à la 4e place.

On commençait à perdre espoir, le réveil du Torino a eu lieu ce week-end. Même si les problèmes offensifs restent récurrents et ont encore été mis en évidence ce dimanche, le Toro a pris l’essentiel, les trois points.  Pourtant sur le papier, les grenats à quelques points de la zone rouge ne partaient pas favoris face au Genoa, 5e au classement. Mené au score suite à l’ouverture du buteur Espagnol Iago Falque, les Turinois vont trouver la force pour égaliser via le capitaine. Désormais meilleur buteur du club cette saison, Kamil Glik parviendra à égaliser (51e) puis à donner l’avantage au Toro (62e), toujours de la tête sur coups de pied arrêtés. Le défenseur central finit donc homme du match, il a dû s’employer pour faire le boulot des attaquants très peu en vue, une nouvelle fois. Loin d’être parfaite, la prestation se solde donc sur le 2-1. Le Toro retrouve de l’élan et termine l’année civile sur une note positive.

Petit top pour la Lazio qui se rendait chez son "ami" Nerazurro lors de la fermeture de cette 16e journée. Certes, la victoire n’a pas été au bout de la soirée puisque Mancini  et son équipe ont eu les ressources pour revenir et égaliser en fin de partie mais la Lazio refait plaisir à voir et est à nouveau troisième du championnat, l’équipe qui mène la meute derrière les deux clubs intouchables. De plus, réelle confirmation pour Felipe Anderson. Impliqué sur trois des cinq derniers buts des Biancoceleste avant ce week-end, le Brésilien a pu inscrire son premier doublé depuis qu’il est arrivé en Italie (été 2013, en provenance de Santos). L’attaquant est avant tout le joueur de ce mois décembre pour l’équipe, on s’aperçoit presque à peine de la blessure d’Antonio Candreva finalement. C’est le milieu de terrain qui aura coincé lors cette partie, les Parolo Ledesma n’auront pas vraiment fait l’affaire pour tenir le score avantageux. Même si l’Inter égalisera donc par Kovacic et par Palacio en seconde mi-temps (2-2), la Lazio prouve qu’il faudra compter sur eux durant toute la saison en prenant un nouveau point. Quatrième match sans défaites, série en cours. Sans compétition européenne cette année, Pioli sa bande vont tout faire pour que la saison prochaine soit différente

Le choc du week-end avait lieu samedi soir, affrontement entre l’AS Roma et l’AC Milan au Stadio Olimpico. Les hommes de Rudi Garcia qui étaient restés sur une prestation rassurante et une victoire à Gênes, face au Genoa, ont bien eu du mal à retrouver des sensations face aux Rossoneri. Match nul 0-0, peut-être la victoire d’Inzaghi autant que la « défaite » de Garcia. Sans pouvoir trouver l’ouverture pendant 90 minutes, la Roma n’aura jamais su emballer le match et aurait même pu concéder un but Milanais. En supériorité numérique suite à l’expulsion de Pablo Armero à la 69e, la Louve aura buté sur Diego Lopez dans le temps additionnel. Gervinho qui fut l’homme le plus remuant de la ligne offensive Romaine, comme souvent, n’aura su concrétisé cette toute dernière occasion, signe d’un manque d’efficacité assez inhabituel durant plusieurs semaines. Les 46.000 tifosi Giallorossi auront donc assisté au deuxième match nul consécutif de leur Roma à l’Olimpico, un nouveaux faux pas qui permet à la Juventus de reprendre trois points d’avance dans la course au titre. Il faudra impérativement repartir du bon pied au retour de la trêve, deux déplacements à Udine et à Palerme pas simples à négocier ainsi que le derby face à la Lazio dès le 11 janvier, les fêtes de fin d’année devront impérativement être bien digérées.

Pour le cinquième derby de Vérone en Serie A, les deux équipes n’avaient pas la mine des grands soirs, bien installés dans la seconde partie de tableau. Bilan historique très partagé entre l’Hellas et le Chievo, il en sera de même sur la pelouse durant tout le match. Pas une grande réussite techniquement, le spectacle sera bel et bien dans les travées du Bentegodi, même à une heure peu encline à faire de l’affluence : 12h30. Grosse ambiance donc, le coup du sort interviendra en fin de match, Alberto Paloschi, l’ancien joueur formé à l’AC Milan envoie le ballon dans la cage de Benussi suite à une tête puissante (0-1). Le Chievo s’en sort très bien et empoche trois points très précieux pour le maintien. En revanche, le flop est le club qui recevait ce dimanche, l’Hellas Verona. Actuel 13e de Serie A, l’Hellas subit de plein fouet le départ de joueurs talentueux qui avaient beaucoup apportés l’année passée. A savoir : Jorginho (Napoli), Romulo (blessé à la Juve) et Iturbe (pas convaincant à la Roma). Le départ du premier en janvier 2014 s’était déjà fait sentir durant les six derniers mois de la précédente saison. Depuis, l’Hellas n’affiche plus le même visage très clairement. Belle surprise en arrivée de la Serie B, l’Hellas peine à confirmer désormais. A cinq points du premier relégable, la trêve arrive peut-être à point nommé pour arrêter cette pauvre dynamique.

Flop comptable entre l’Atalanta Bergame et Palerme lors du multiplex dominical. Seulement comptable car les spectateurs qui ont pu assister à la rencontre n’ont à aucun moment eu l’occasion de s’ennuyer. Très vite, ce sont les Siciliens en confiance depuis plusieurs semaines qui vont prendre les choses en main avec le duo infernal Dybala - Vazquez qui va mettre à l’amende les Bergamasques. Servi par Vazquez, c’est Rigoni qui ouvrira le score à la 5e, l’Argentin breakera ensuite pour le 2-0, tout cela dans le premier quart d’heure. Le buteur maison German Denis réduira l’écart sur penalty avant le doublé du terrible Franco Vazquez (1-3). Le match continuera sur un rythme soutenu avec le 2-3 signé Moralez puis l’égalisation de Denis à la 75e, score qui ne bougera plus dans le dernier quart d’heure, 3 buts partout. Flop pour Palerme qui se voit freiner chez une des équipes les plus faibles de cette première moitié de saison, qui ne prend qu’un point après avoir mené 0-2, puis 1-3 à l’extérieur, bien dommage. Flop aussi pour Bergame qui prouve tout de même qu’elle peut encore marquer des buts : la pire attaque du championnat a inscrit six de ses onze buts lors de ses deux dernières réceptions, réveil en douceur. Néanmoins, un match nul à domicile face à un domicile est forcément décevant. Peuvent mieux faire.

Promu et bonne surprise de cette Serie A 2014/2014, Empoli a encore fait du dégât lors de cette 16e journée. Opposée à la Fiorentina, la formation Azzurri est allée chercher un point important. A Florence, les hommes de Sarri ont eu une nouvelle fois prouvé leur solidité défensive car soyons clairs, les hommes forts de l’équipe sont à l’arrière. Comme dit précédemment lors des derniers débriefs, Luigi Sepe, jeune gardien, est en plein progression et signe une prestation très solide face à la Viola. Même s’il n’a rien pu faire sur la belle frappe de Juan Vargas avant la mi-temps pour 1-0, Sepe démontre de nombreuses qualités et a sa place parmi la poignée de jeunes prodiges Italiens au poste de portier.

La défense centrale a encore fait parler d’elle également. Outre la justesse défensive, les deux compères sont très extrêmement dangereux dans la surface adverse lorsqu’il y a des coups de pied arrêtés. Buteur à Naples il y a deux semaines, Daniele Rugani (axe gauche) a laissé sa place à Lorenzo Tonelli (axe droit) ce dimanche. Arrivé lancé, le joueur de 24 ans égalise de la tête et signe son quatrième but de la saison, défenseur prolifique (1-1). Fin de match solide des visiteurs qui prennent leur 16e point de la saison, pour une 14e place honorable. Sarri peut féliciter ses joueurs pour avoir embêté un nouveau gros d’Italie, lui qui travaillait dans les finances avant d’entrer le monde du football prouve lui aussi qu’il peut entraîner dans l’élite. Ce dernier a par ailleurs confirmé après le match qu’il n’y aurait pas de mouvements lors du prochain mercato. Le tacticien croit en son groupe et pense qu’il y a encore une bonne marge de progression. Empoli, équipe à suivre dans la seconde partie de saison.

Ce fut peut-être ces dernières minutes avec la Sampdoria, Manolo Gabbiadini a encore vendu du rêve au Luigi Ferraris ce dimanche. L’un des deux clubs de Gênes recevait l’Udinese, le beau Manolo était de nouveau titulaire, Mihajlovic qui l’avait mis sur le banc deux fois durant le mois de décembre (face à Naples et à Turin) s’est rétracté cette fois-ci. Au cours d’une première mi-temps agitée, l’Udinese est devant grâce au jeune Geijo et à Danilo contre un but de Pedro Obiang qui avait pourtant ouvert la marque (1-2). L’éclaire du jeune talent aura lieu à l’heure de jeu, centre parfait de De Silvestri pour la tête de Gabbiadini qui transpercera la muraille Karnezis (2-2). Son troisième but en trois rencontres pour le natif de Calcinate. Même si les locaux pousseront dans la dernière demi-heure, plus rien ne sera inscrit. Léger coup d’arrêt pour la Sampdoria, pas si grave pour un club qui a fait une première partie de saison vraiment éblouissante. Pour Manolo, son futur s’écrira sûrement autre part qu’à Gênes et ce, très bientôt, sûrement dans les prochaines seamines. A la fin de la rencontre, il déclare : « Je veux marquer encore plus, cependant, même quand ce n’est pas le cas, le plus important reste la prestation de l’équipe. Mon dernier but pour la Samp ? Peut-être, mais je donne toujours tout pour le maillot que je porte. »

Le mois dernier, ce sont les dirigeants Napolitains qui se sont intéressés à Gabbiadini et même si le deal n’est pas encore officiel entre les différents partis, il semble presque inévitable qu’il parte à l’autre bout de l’Italie en janvier. Si Manolo pouvait sembler comme le futur de la Juventus à l’image de beaucoup de jeunes à travers le pays qui appartiennent de près ou de loin au club Bianconero, c’est un grand concurrent qui va mettre la main sur la jeune pépite. Sur le flanc droit de l’attaque Napolitaine, Gabbiadini aura sans doute sa place dans le turn-over de Benitez. Un jeune talent Italien qui reste en Italie, c’est  signaler. Un transfert justifié grandement suite à la grave blessure d’Insigne, pas plus mal pour un effectif en grand manque d’Italiens, c’est également à signaler.

Dans un choc entre petits du championnat, le suspens aura duré plus d’une heure et demie. Sassuolo freiné en Sicile la semaine dernière recevait Cesena, avant dernier du championnat en position très inconfortable pour le second match de Domenico Di Carlo sur le banc de touche. L’ouverture du score aura lieu en seconde période dans l’épais brouillard du Mapei Stadium qui aura gêné la visibilité d’une grande partie de la partie, Simone Zaza transformera un penalty généreusement donné suite à une faute de Magnusson sur Vrsaljko. Dans la foulée, ce sont les visiteurs dos au mur, qui se réveilleront et mettront le feu sur le but de Pomini. Les efforts payeront au bout du temps additionnel grâce à une tête du milieu de terrain Ze Eduardo (94e). Ce but qui donne un point précieux à Cesena et permet de conserver l’espoir au vu du maintien (1-1). La lutte continuera après la trêve avec la réception du Napoli pour les Blanc et Noir.

Le but du Brésilien :

https://vine.co/v/OXq0iFZ1YvK

Le Cagliari de Zdenek Zeman recevait la Juventus dans ce qui était le match d’ouverture de cette 16e journée. L’entraîneur, historiquement opposé au club Bianconero, a logiquement été défait sur sa pelouse 3 buts à 1, réaction d’un Zeman qui avait modifié son traditionnel 4-3-3 pour un 4-4-2 assez expérimental :

"J’ai choisi le 4-4-2 pour gêner la Juve, c’est la meilleure équipe d’Italie, il fallait que je prenne des précautions. J’ai joué avec 4 défenseurs centraux à l’arrière pour empêcher le jeu arrière des Turinois et nous avons concédé un but à ras-terre. Nous avons même encaissés deux buts laids. Cette 18e place vous préoccupe-t-elle ? Je ne veux pas que l’équipe joue pour se sauver. Nous sommes en mauvaise posture en ce moment mais il y a du potentiel pour s’améliorer. Nous avons disputé beaucoup de matchs face à des équipes meilleures que nous où nous avons pu faire match nul, ou même mieux encore. Aujourd’hui, cependant, nous avons fait face à une Juventus vraiment très forte. Du mouvement lors du prochain mercato ? L’effectif actuel me convient."

Si la situation du club n’inquiète pas trop Zeman à ce jour, c’est une autre histoire pour les dirigeants Sardes qui envisageraient de changer d’entraîneur lors de cette trêve hivernale suite à cette huitième défaite de la saison. Même si quelques noms commencent doucement à sortir quant à l’éventuelle succession du « Bohème », Président Giulini prend tout de même le temps de la réflexion. Il est vrai que la 18e place est un bien triste cadeau de Noël pour les tifosi Casteddu.

1 - Juventus (39 points)
2 - Roma (36 points)
3 - Lazio (27 points)
4 - Naples (27 points)
5 - Sampdoria (27 points)
6 - Genoa  (26 points)
7 - AC Milan(25 points)
8 - Fiorentina (24 points)
9 - Palerme (22 points)
10 - Udinese (22 points)
11 - Inter (21 points)
12 - Sassuolo (20 points)
13 - Empoli (17 points)
14 - Torino (17 points)
15 - Verone (17 points)
16 - Chievo (16 points)
17 - Atalanta (15 points)
18 - Cagliari (12 points)
19 - Cesena (9 points)
20 - Parme  (6 points)

 

Lundi 5 janvier

Lazio - Sampdoria (20h45)


Mardi 6 janvier

Udinese - Roma (12h30)
Parme - Fiorentina (15h00)
Palerme - Cagliari (15h00)
Milan - Sassuolo (15h00)
Genoa - Atalanta (15h00)
Empoli - Verone (15h00)
Chievo - Torino (15h00)
Cesena - Napoli (18h00)
Juventus - Inter (21h00)

Crédits : ANSA / Repubblica