Le point complet sur les huitièmes de finale de Coupe d'Italie

Compétition très peu populaire de l'autre côté des Alpes, la Coupe d'Italie n'aura pas rassemblé les foules une nouvelles fois de plus. Le bilan après ces quelques derniers jours de compétition :

Le point complet sur les huitièmes de finale de Coupe d'Italie
Le point complet sur les huitièmes de finale de Coupe d'Italie

Pour la première opposition de ces 1/8e de finale de Coppa, c’est l’AC Milan qui recevait Sassuolo dans un San Siro presque vide. Après avoir battu les Milanais lors de la même rencontre quelques jours auparavant en championnat, les Neroverdi faisaient le déplacement avec peu de pression. A noter, assez peu de changements dans la composition Lombarde qui verra les premières titularisations de Cerci et de Pazzini au-devant de l’attaque. C’est ce dernier qui ouvrira le score devant les quelques milliers de tifosi pour son premier but de la saison (1-0). Pourtant en seconde période, c’est le jeune Nicola Sansone qui répondra sur penalty (1-1) après une faute grossière de Zapata dans la surface, douce habitude. Alors que le doute s’installe sur l’éventualité de prolongations, Sassuolo n’hésite pas et fait entrer Simone Zaza dans l’arène à la 86e. C’est hélas pour les visiteurs à la même minute que le Milan fera plier pour la seconde fois de la soirée Alberto Pomini. Bel appel de Poli qui frappe sur la barre transversale, l’opportuniste Nigel de Jong est présent à la retombée et sauve une soirée qui aurait pu être plus longue que prévue (2-1). Sans convaincre, sans briller, Milan passe.

Pour faire face à ce Milan bien moyen, le Torino de Ventura et la Lazio de Pioli s'étaient données rendez-vous à Turin 24 heures plus tard. Ce dernier compte sur un trio d'attaque tout neuf au coup d'envoi, Mauri étant victime d'une petite blessure tout comme Felipe Anderson, Djordjevic et Candreva laissés au repos. Miroslav Klose débute titulaire, bien entouré par les jeunes pépites Cataldi et Keita. D'entrée de jeu, ce sont ces mêmes Laziale qui vont mettre le feu au Toro. Keita tout d'abord qui, grâce à sa vitesse et à sa percussion offrira le 1-0 aux siens avant lancer Cataldi quelques minutes plus tard qui servira sur un plateau Klose, le champion du monde transforme sans forcer, la Lazio déroule, 29e (0-2). Après la pause, tout va s’accélérer pour les locaux avec le but de Josef Martínez à la 49e (1-2) et alors que le but de Berisha commençait à être sérieusement secoué, c’est le gardien grenat Padelli qui va se voir expulser pour une sortie illicite dans les pieds de Klose, carton rouge et penalty. L’expérimenté Cristian Ledesma règle le tout pour le but du 1-3. Les Biancocelesti contrôleront le reste du match en manquant quelques grosses occasions pour alourdir la marque. L’essentiel est là, la Lazio poursuit son chemin.

> AC Milan / Lazio Rome - Mardi 27 janvier (20h45)

La seconde confrontation de ces 8e de Coppa opposait deux mal classés du championnat d’Italie, Parme face à Cagliari. Le dernier de Serie A s’est rebiffé sur sa pelouse suite à une prestation globalement maîtrisée à commencer par la première mi-temps. Une première mi-temps où les Parmerans se verront récompensés dans le temps additionnel grâce à un joli geste acrobatique du défenseur central Gabriel Paletta (1-0). Les hommes de Zola régiront plus tard dans le match par l’intermédiaire de Marco Sau, absent depuis deux mois (1-1). L’attaquant signe son retour et sera à deux doigts du doublé quelques minutes plus tard. Occasion loupée, Rispoli n’échouera pas de son côté. Parti de sa moitié de terrain, le Parmesan dépose le marquage adverse avant de frapper sèchement le cuir et battre Colombi, but superbe (2-1). Rien dans les derniers instants, l’équipe de Donadoni s’impose et aura le droit d’affronter le champion d’Italie, souhaitons-leur bon courage.

Car oui, la Juventus n’a eu aucun mal à se défaire de l’Hellas Verone. Avec une équipe logiquement remaniée (Storari, Padoin, Pepe, Giovinco ou Morata titulaires), la Juve a déroulé très vite sans réellement se soucier de la faible opposition du soir. Giovinco rarement titulaire ira débloquer le compteur au bout de la 5e minute avec un coup-franc de qualité. Pereyra ajoutera le second grâce à une belle finition avant le doublé du petit Giovinco juste avant la mi-temps, démonstration (3-0). A ce stade de la précédente semaine, l’attaquant de  27 ans n’avait pas encore officialisé son départ pour le Canada prochainement. Après la pause, Pogba ira de sa réalisation pour le 4-0 avant la réduction de l’écart de Nene sur corner. Pourtant pas rassasiés, les Turinois cloueront le spectacle sur un penalty de Morata puis une frappe magique du petit Kingsley Coman (6-1). Sans forcer donc, les Bianconeri dévastent l’Hellas, c’est également ce qu’ils feront le dimanche suivant, dans ce même Juventus Stadium mais en championnat, pour un 4-0 tout propre.

> Parme / Juventus Turin - Mercredi 28 janvier (20h45)

Match plus difficile que prévu pour l’AS Roma ce mardi 20 janvier qui était confronté à l’Empoli de Sarri de plus en plus difficile à jouer les semaines passant. Tout avait pourtant bien débuté avec le but de Juan Iturbe dès la 5e minute de jeu, une efficacité si tôt dans un match qu’on avait tendance à oublier avec les entames de partie presque toujours difficiles durant les derniers rendez-vous (face à l’Udinese, la Lazio ou Palerme dernièrement). Néanmoins, le chronomètre va défiler sans que les Giallorossi ne parviennent à faire le break. Dans un match relativement pauvre face à une formation Azzurri très difficile à manœuvrer, la Roma n’avance plus et la punition va intervenir à la 80e sur une action de Verdi bien lancé dans la profondeur, le joueur formé au Milan glace l’Olimpico obligeant les tifosi à rester encore 30 minutes de plus (1-1). Le coup d’éclat viendra finalement à la 113e suite à une faute de Zielinski sur Paredes dans la surface de réparation, une action à la base d’une grosse polémique qui secoue l’Italie depuis plusieurs jours. Faute ou pas, Daniele De Rossi ne se posera pas la question et inscrira le but de la victoire (2-1). Laborieusement, les hommes de Garcia se qualifient pour le prochain tour.

Et face à la Roma, ce sont les hommes de Montella qui ont validé leur ticket pour les 1/4 de finale. Contre une des pires attaques d'Italie, la Fiorentina s'est également occupée de détruire la défense adverse, celle de l'Atalanta Bergame. Les Violets ont d'ailleurs plié le match très rapidement via un buteur en panne de confiance depuis des mois, Mario Gomez. L’Allemand ouvre le score dès la 6e minute de jeu avant de s’écrouler dans la surface de réparation dans la foulée. Juan Cudrado règle Avramov au penalty, la Fio mène 2-0 au bout de dix minutes. Et Mario Gomez, homme décisif du match décidément, ajoutera un troisième but avant la demi-heure de jeu, match rapidement bouclé. Bergame ne pensant pas cela va tout de même réduire l’écart avant la pause dans une première mi-temps agitée. Rolando Bianchi dans le rôle du buteur (3-1). Seuls faits d’arme en seconde période, l’expulsion du défenseur Espagnol Marcos Alonso pour deux cartons jaunes en trois minutes ainsi que les premières minutes d’Alessandro Diamanti, fraîchement rapatrié de Chine, avec le maillot de la Fiorentina. Au bout du temps additionnel, la Viola s’impose logiquement et s’apprête à jouer à un petit choc face au vice-champion d’Italie.

> AS Roma / Fiorentina - Mardi 3 février (20h45)

Dans l'avant dernier match de ces huitièmes de finale, c'est l'Inter qui recevait la Sampdoria ce jeudi 21 janiver. Tout comme l'autre équipe Milnaise, la formation Interiste alignée est compétitive ne laissant que peu de temps aux remplaçants ou aux jeunes. Ainsi, pour la première fois, Xherdan Shaiqiri et Lukas Podolski seront alignés  sur la pelouse du Meazza. Devant eux, Mauro Icardi, habituel titulaire, va encore faire parler de lui. Sinisa Mihajlovic, suspensdu, verra des tribunes l'expulsion de Nenad Krsticic dès les premières minutes suite à une soi-disant faute de son joueur en tant que dernier défenseur sur l'Italo-Argentin. En supériorité numérique, les Nerazzurri vont pourtant mettre du temps avant de trouver la faille, Icardi verra même son penalty arrêté par son compatriote Romero, à la 37e. L'éclair viendra en seconde période, gros travail de Podolski dans la surface pour Shaqiri à la finition, premier but du petit Suisse avec l'Inter, but 100% mercato hivernal (1-0). Ensuite, Wszolek prendra un second carton jaune, difficile d'aller sonner la révolte sur le but de Carrizo à 9 contre 11. En anticipant la passe en retrait de  De Silvestri, Mauro Icardi scelle le sort du match et dédicace son but à sa fille, mise au monde deux jours auparavant. Victoire 2-0, l'Inter s'en sort tant bien que mal et file en quarts.

Enfin, le Napoli recevait l’Udinese dans le final de ces huitièmes. Et le nom de l’heureux vainqueur pour se frotter à l’Inter a mis du temps à sortir de l’antre du San Paolo. Une formation Napolitaine logiquement dominatrice a pris le commandement du match sans pouvoir ouvrir le score rapidement comme aurait pu le faire Dries Mertens à la 3e, barre transversale. C’est bien plus tard, à l’heure de jeu que tout s’emballera. Cyril Théréau profitera des espaces de la défense pour marquer le premier but de la soirée (0-1). Le Napoli réagit sans traîner sur penalty grâce à Jorginho qui ne tremble pas, lui (1-1). Puisque le temps réglementaire se finira sur ce score, les prolongations seront nécessaires, nécessaire pour voir un peu de spectacle. La frappe monumentale de Marek Hamsik puis la reprise de toute beauté de Panagiotis Kone, deux superbes buts pour le même suspens (2-2). La séance de tirs au but sera donc obligatoire, elle sera propre avec 9 tirs inscrits sur 10. Seul Allan verra sa frappe stoppée par Andujar, l’erreur fatale. Gonzalo Higuain catapulte le ballon au fond, tout au fond de la cage et qualifie son équipe pour le prochain tour.

> Naples / Inter Milan - Mercredi 4 février (20h45)

Le tableau récapitulatif :

Crédits : ANSA / Repubblica / Wiki.IT