Inter : Analyse d'un club en crise

après 18 ans à la tete de l'Internazionale, Massimo Moratti décide en 2013 de vendre 75% du club à Erik Thohir un riche magnat indonésien,si celui ci ambitionne de redorer le blason du club nerazzurro,des obstacles pour l'en empecher ne vont pas tarder à se mettre sur sa route, analyse

Inter : Analyse d'un club en crise
Inter : Analyse d'un club en crise

A l’heure du Fair-Play financier où les comptes des clubs sont minutieusement scrutés et surveillés par les instances financières de l’UEFA et dans un contexte où l’Italie du foot est entrains de traverser une de ces pires crises de son histoire, les clubs de la botte essayent tant bien que mal  de remonter la pente et ce n’est pas toujours facile, si des clubs comme la Juve qui se rapproche tout doucement des top clubs européens en termes de revenus  ou le Napoli qui enchaine les bilans positifs depuis plus de 4ans maintenant font figures  d’exception les autres grandes écuries du championnat comme le Milan et l’Inter éprouvent beaucoup plus de difficultés, en effet les deux clubs lombards connaissent une crise sans précédents tant sur le plan économique que sur le plan sportif, cette saison aucun des deux n’a réussi à se qualifier pour la phase de groupe de la Ligue des Champions (ce n’est plus arrivé depuis la saison 2001/02)

bilan des clubs de Serie A pour la saison 13/14 (source Gazzetta Dello Sport)Caption

Si Berlusconi, président et propriétaire du Milan depuis plus de 25 ans tient pour le moment son club en otage, l’inter elle a opérée un changement historique durant l’automne 2013, Erik Thohir riche magnat Indonésien rachète à Massimo Moratti près de 75% des parts du club et devient ainsi actionnaire majoritaire du club Nerazzurro, si les tifosi commencent à fantasmer et  imaginer tous les grands joueurs qui peuvent arriver dans leur club,la réalité est complétement différente, en effet Erik Thohir hérite d’un club criblés de dettes (+350 M) et qui perds beaucoup d’argent, pas vraiment les bonnes conditions pour commencer,par contre sur le terrain les choses semblent aller pour le mieux, après une 6eme et 9eme place respectivement en 2012 et 2013 l’Inter version indonésienne sous les ordres de Walter Mazzarri termine à la 5eme place, la saison 14/15 commence donc avec de bonnes ambitions mais voilà qu’après  10 journées de championnat Mazzarri est licencié à cause de ces mauvais résultats et remplacé au pied levé par Roberto Mancini ; première grosse décision du nouveau propriétaire et pas forcément la bonne puisque Mazzarri avait un contrat de 3,5M net jusqu’en 2016,et avec Mancini (lui aussi 3.5M/an net jusqu’en 2017) le club se retrouve donc à payer le salaire de 2 entraineurs au moment où il fallait faire plus attention au portefeuille.  

Avec Mancini la situation ne s’améliore guère, les résultats ne sont pas au rendez-vous, Thohir et le management de l’Inter décident alors de tenter un coup de poker,  pour avoir accès à de l’argent sans rien dépenser, le club décide alors d’émettre  un bond (obligations en français) à hauteur de 280M, ces obligations sont sous forme de titres de dettes que la banque (Goldman Sachs dans ce cas là) va ensuite racheter  avec un taux d’intérêts ,dans un premier temps l’Inter va disposer de cet argent et penser à rembourser que les intérêts mais cela passe par une rentrée d’argent à court terme (une obligation de résultats) et pour cela le club doit absolument se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions, et pour y arriver le club a investi sur Shaqiri,Podolski et Brozovic lors du dernier mercato d’Hiver, maintenant reste à savoir si ça va suffire, au risque de se faire sanctionner par l’UEFA l’Inter n’a plus le droit à l’erreur.