Focus sur la nouvelle génération d’entraîneurs Italiens

Ils sont jeunes beaux compétents, ils s’appellent Antonio, Vincenzo, Roberto ou encore Massimilano, ils ont entre 35 et 50 ans, et ils incarnent la nouvelle génération d’entraineurs Italiens.

Focus sur la nouvelle génération d’entraîneurs Italiens
Credits : Gazzetta Dello Sport

Si il y a bien un domaine où l’Italie du football n’a jamais connu de crise c’est bien celui des entraineurs. Au fil des années et des générations, les Italiens auront vu passer sur le banc de leurs clubs ou de la Squadra Azzurra les plus grands maîtres tacticiens qu’ai connu le football : de Nereo Rocco à Carlo Ancelotti en passant par Arrigo Sacchi, Giovanni Trappatoni, Fabio Capello et Marcello Lippi, au total ce sont plus de 40 trophées internationaux glanés par les coachs italiens faisant ainsi de l’Italie le numero 1 au monde. Mais au-delà des titres, c’est surtout les idées de jeu ainsi que leur manière de préparer et d’organiser leurs équipes qui différencie les entraineurs italiens des autres, et pour perpétrer cette tradition, une nouvelle génération est entrains d’émerger. Petit tour d’horizon.

Antonio Conte : - c’est tout naturellement qu’on commence avec le 1er de la classe, Antonio gravit les échelons petit à petit, après une brillante carrière de footballeur où il remporte tout avec la Juve. Il commence sa gavetta (période d’apprentissage) en Serie B avec Arezzo en 2006 où il échouera de peu à maintenir le club en 2eme division. Il enchaine ensuite 2 promotions en Serie A avec Bari (2009) et Siena (2011) avec une petite parenthèse avec l’Atalanta en 2010. Le 31 mai 2011 il s’engage avec  la Juve où il réussira en 3 ans à battre un nombre incalculable de records avec à la clé 3 titres de champions et 2 Supercoupe  d’Italie. Le 15 juillet dernier à la surprise générale,  alors que la saison venait à peine de commencer, il décide de mettre un terme à son aventure bianconera en invoquant un manque de motivation. Un mois plus tard, il devient sélectionneur de l’Italie et a pour objectif de redorer le blason de la Squadra Azzurra. Prochain défi donc pour Coach Antonio : remporter l’Euro 2016 en France.

Récompenses individuelles :  

1 panchina d’argento*(2009)

3 panchine d’oro** (2012-2013-2014)

1 Globe Soccer Awards du meilleur entraineur de l’année 2013

Meilleur résultat en championnat : 1er (2012-2013-2014)

Meilleur résultat en Europe : ¼ Champions League (2013), ½ finale Europa League (2014)

Systèmes préférés : 3-5-2 / 4-3-3/ 4-2-4

Style de jeu : Possession et attaque rapides, il sait parfaitement adapter son équipe face aux adversaires

Style vestimentaire : Costard cravate

Vincenzo Montella : -l’homme aux 141 buts en Serie A et au flow incontestable est certainement avec Antonio Conte, l’entraineur le plus prometteur de cette nouvelle génération. Vincenzo fait ses classes chez les giovanissimi (U15) de l’As Rome avant de faire le grand saut chez l’équipe première en tant qu’intérimaire à la place de Ranieri. Malgré une bonne 6eme place, le club romain ne lui fait pas confiance et décide de séparer de lui. En juin 2011, il s’engage avec  Catania où il y développe un football offensif  et réussi à se maintenir avec une prometteuse 11° place. Mais encore une fois, les dirigeants ne lui font pas confiance et décident de résilier son contrat. Une semaine plus tard, il s’engage avec la Fiorentina et à Florence, Montella bâtit une équipe à son image : belle et élégante. Son bilan pour l’instant est très positif : la première saison, seul un but de Mexes à la dernière minute lors un Sienne-Milan(38° journée) l’empeche de finir sur le podium. La saison qui suit, la Fiorentina accroche une  nouvelle fois la 4°place en championnat et une finale de Coupe d’Italie (perdue 1-3 contre le Napoli ) et actuellement la Viola est encore présente sur les 3 tableaux avec notamment un ¼ finale d’Europa League. Maintenant il ne lui manque plus qu’une chose à l’Aeroplanino : gagner un titre et si l’année 2015 était enfin la bonne ? On le saura bientôt.

Récompenses individuelles :  

Premio Nazionale Enzo Bearzot*** (2013)

2eme du prix Panchina d’Oro 2014

Meilleur résultat en le championnat : 4eme (2013-2014)

Meilleur résultat en Europe : ¼ finale Europa League 2015 (en cours)

Systèmes préférés : 3-5-2 / 4-3-3

Style de jeu : jeu de possession, sa Fiorentina ressemble plus à une équipe espagnole qu’à une équipe italienne

Style vestimentaire : tout lui va à merveille Vincenzo, il peut meme mettre un marcel avec un pantacourt qu’il sera plus élégant que nous. Blague à part, il a une préférence pour les costumes et les pulls noirs col roulé.

Roberto Di Matteo : -si on devait adapter un titre de film pour décrire l’histoire de Di Matteo,  ça serait « le fabuleux destin de Roberto Di Matteo ». Peut-être le moins italien de tous les entraineurs italiens puisque il passe l’essentiel de sa carrière de footballeur entre la Suisse et l’Angleterre (Chelsea), avec un court passage à la Lazio (1993-1996). Sa carrière d’entraîneur commence en 2008 en 3eme division anglaise avec les Milton Keynes Dons, équipe qu’il réussira à mener jusqu’aux demi-finale des play-off (perdus aux penalties contre Scunthrope). L’année qui suit en 2009, il prend les rênes de West Bromwich alors en 2eme division. Après une promotion en Premier League et une saison en demi-teinte avec les Baggies, il intègre le staff de Villas Boas à Chelsea en tant qu’entraineur adjoint. Oui mais voilà les résultats de l’entraineur portugais sont catastrophiques et après deux défaites de suite contre le Napoli (3-1) en 1/8 finale aller et West Bromwich en championnat , Di Matteo prend la place du Special Two pour essayer de sauver les meubles. Mais l’Italien fera bien plus que ça puisque il réussira à retourner la situation contre le Napoli en s’imposant 4-1 au match retour, et finira par gagner la compétition au grandes oreilles contre le Bayern au terme d’un scénario incroyable. Roberto devient l’hero du peuple blues, il donne ainsi à son président Abrahamovic sa première Ligue des Champions alors que ce dernier n’aurait pas misé un 1 euro sur lui. L’aventure de Di Matteo avec Chelsea s’arrête comme elle avait commencé, c’est-à-dire contre un club Italien. Cette fois ci, la Juve après une défaite 3-0 en phase de poule de Ligue des Champions, le destin qu’on vous avait dit …

Actuellement à Schalke,il a failli se qualifier pour les ¼ finale en s’imposant contre le Real Madrid au terme d’un match rocambolesque, ce qui est sûr c’est qu’on n’a pas encore fini d’entendre parler de lui.

Récompenses individuelles :  

n/a

Systèmes préférés : 4-2-3-1

Meilleur résultat en  championnat : 6eme (2012)

Meilleur résultat en Europe : Victoire (2012)

Style de jeu : s’appuie sur une bonne base défensive et contre-attaque

Style vestimentaire : costard cravate 

Massimiliano Allegri :  -comme avec Di Matteo, le destin va lui jouer de sacrés tours à Max Allegri. Après une discrète mais bonne carrière de footballeur, Allegri décide d’endosser le costume d’entraineur et commence à gravir les échelons petit à petit d’abord en Serie C2 (4eme division) avec Aglianese, l’équipe avec laquelle il a terminé sa carrière de footballeur. Puis, il enchaine avec  SPAL et Grosseto en Serie C1 sans grands succès, mais le déclic arriveras en 2007 lorsqu’il prend les commandes de Sassuolo avec qui il réussit la promotion historique en Serie B. En 2008, Cellino lui offre un contrat annuel avec Cagliari et lui ouvre ainsi les portes de la Serie A. Pour sa première saison, il réussi à hisser les Sardes à la 9° place, se permettant meme le luxe de surclasser des équipes comme la Lazio ou le Napoli. Pour sa deuxieme saison les choses tournent moins bien et Cagliari frôle la zone de relégation, il est limogé à 9 journées de la fin lors de l’été 2010. Courtisé par de nombreuses équipes, il finit par s’engager avec le Milan. Avec les Rossoneri, il remporte son 1er scudetto et la Supercoupe d’Italie, puis enchaine avec une  2° et 3°place les saisons qui suivent. Cependant la saison 2013/14 avec les Lombards est très difficile et une défaite 4-3 contre Sassuolo lors de la 19° journée  va lui etre fatale, il est limogé sur le champ. Le 16 juillet 2014, énième rebondissement, alors qu'il était certainement en train de bronzer sur la plage, la Juve lui propose un poste d’entraineur après le départ inattendu d’Antonio Conte. Dans un climat de contestation et de doutes, il réussit à mettre le médias et les supporters dans sa poche grace à de bons résultats. Actuellement la Juve d’Allegri se rapproche d'un 4eme titre consécutif et encore en course en Champions League (1/4 finale) et Coupe d’Italie (1/2 finale). Alors que tout le monde s'attendait à une saison catastrophique, entré par la petite porte Massimiliano Allegri à la possibilité d'inscrire son nom dans les pages prestigieuses de l'histoire la Juve.

Récompenses individuelles :  

Panchina d’oro du meilleur entraineur de 3eme Division 2008

Panchina d’Oro du meilleur entraineur de Serie A 2009

Elu meilleur entraineur de la saison 2010/11 par l’AIC (Association de footballeurs italiens)

Prix Enzo Bearzot 2015

Meilleur résultat en  championnat : 1er (2011-2015 en cours)

Meilleur résultat en Europe : ¼ finale (2012-2015 en cours)

Style de jeu :  peut alterner entre un jeu de possession et de contre-attaque

Systèmes préférés :  4-3-1-2 /4-3-3-/3-5-2.

Style vestimentaire : costard cravate.

*Panchina d'oro : prix du meilleur entraîneur de Serie A

**Panchina d'argento : de Serie B

***Prix Enzo Bearzot : meilleur entraîneur italien