Débrief de la 1ère journée de Serie A

Les tops, les flops, l'équipe ou encore le but du week-end. Voilà ce que vous devez retenir de cette tout première journée de Serie A édition 2016. Débriefing.

Débrief de la 1ère journée de Serie A
Débrief de la 1ère journée de Serie A

LES TOPS

Honneur au premier leader de cette saison 2015/2016, pas forcément celui qu’on attendait le plus après des barrages d’Europa League qu’on pourrait qualifier de lamentables. Match facile ou piège idéal pour une première à domicile, la Sampdoria n’a pas tremblé dimanche soir face à Carpi. 5-0 au bout de 36 minutes, doublé de l’oriundo Eder puis de Luis Muriel avant un coup-franc direct de Fernando, la recrue du Shakhtar, la Samp n’a pas le temps. Douche froide pour ses grands débuts en Serie A, Carpi parviendra à sauver l’honneur par l’intermédiaire de Lazzari, premier but de l’histoire en première division s’il vous plaît. Un deuxième en fin de partie pour le score final, 5-2, bijou de Ryder Matos. A noter également, l’entrée d’Antonio Cassano pour 20 minutes de jeu sous les applaudissements des tifosi, fameux retour de l’enfant terrible du football Italien qui n’a pas pu être décisif. Malgré les erreurs défensives qui ont légèrement comblé l’écart, la Sampdoria gagne et se rassure, surtout. Confirmation possible au San Paolo de Naples le week-end prochain, rien que cela.

Doublette furieuse - La Repubblica

Un autre outsider à l’Europe a également fait de bons débuts dimanche soir. Le Torino se déplaçait du côté d’un autre promu de Serie A, Frosinone. Le schéma sera bien différent ici car ce sont les petits poucets qui vont prendre l’avantage rapidement grâce à Soddimo, étrangement seul pour crucifier Padelli, 1-0. Alors que Leali doit s’employer pour contrer Maxi Lopez, le jeune portier ne pourra pas grand-chose sur la reprise de Quagliarella à l’heure de jeu. Le Toro Italien charge une seconde fois par Baselli, la frappe de l’Azzurrini fait mouche quelques instants plus tard, seconde passe décisive pour Avelar, l’homme fort de l’aile gauche, remplaçant de Darmian. Les Grenats font le métier et remportent leur premier déplacement de l’année, 1-2, l’essentiel. Toujours sous la baguette de Ventura, on suivra de près les prochains résultats du Torino, auteur d’un mercato aguichant.

Gros boulot de la Fiorentina également face au Milan ce dimanche. Victoire d’entrée à l’Artemio Franchi devant des tifosi curieux mais chambreurs en fin de match. Les erreurs défensives des Milanais auront été exploitées au maximum par des Florentins appliqués. Pendant l’expulsion de Rodrigo Ely pour sa première en A, c’est le latéral / ailier Marcos Alonso qui, d’un super coup-franc, va donner l’avantage aux siens en battant son compatriote Diego Lopez, 1-0. Romagnoli souffrira également face aux flèches violettes, il écopera d’un carton jaune en début de deuxième période, plus le penalty qui va avec, transformé par l’infernal Josip Ilicic, 2-0. Gros match du groupe dans l’ensemble : Tomovic, Rodriguez, Badelj ou Valero. Les recrues ont plutôt bien démarré, Gilberto sur son aile droite aura été remuant, Kalinic un peu discret mais disponible. Mario Suarez et Astori auront pu se dépuceler en fin de match eux aussi, Fiorentina sereine. Paulo Sousa sur la touche a déjà marquer des points et ce n’est pas Mihajlovic qui démentira, puisque le Serbe a affirmé que la victoire de Florence était tout simplement méritée. Franchise.

LES FLOPS

Un flop et quel flop. Impossible de passer à côté bien entendu, la Vieille Dame a raté la marche pour sa grande première. Une mauvaise entrée en matière à domicile qui plus est face au 16e du précédent exercice : l’Udinese. Une partie outrageusement dominée, c’est bien ce qui était prévue au programme mais la paire Coman Mandzukic (comme en Supercoppa) n’a pas su trouver la faille dans la muraille bleue. Paul Pogba, nouveau numéro 10 Bianconero a été l’auteur d’une petite performance, voulant faire beaucoup de choses en solo, rappelant le Pogba insouciant, voulant jouer au héros. Derrière, ni Buffon, ni la BBC, sereins durant la quasi-intégralité de la rencontre, n’ont pu empêcher l’une des toutes petites occasions d’Udine. Deux tirs cadrés au total pour les visiteurs, celui de Théréau le Français, aura fait mouche pour faire tomber la Vieille Dame, 0-1 à la 77e. Rien à faire pour les Juventini, ça ne rentrera pas ce jour-là. Cinquième défaite de l’histoire au Juventus Stadium, peut-être la plus inattendue. Pas de sonnette d’alarme à tirer évidemment, comme Mister Allegri l’a rappelé sur Twitter : « La Serie A n’est pas une finale de 100 mètres, mais un marathon : il faut de la patience pour trouver le bon rythme. » En attendant, cap sur la Roma dimanche prochain, attention tout de même au faux départ.

Seul au monde - La Repubblica

Premier test sans filet pour le nouveau Napoli de Sarri et premier échec. La sauce du professeur Maurizio n’a pas encore pris et face à un Sassuolo joueur et toujours aussi piquant, les Partenopei se sont avoués vaincus en seconde période. En première pourtant, tout avait idéalement débuté, Marek Hamsik ouvre le bal du multiplex dominical, lui qui a été replacé plus bas au milieu de terrain montre qu’il peut toujours être décisif devant la cage ennemie. Revêtus de rouge ce soir-là les Napolitains vont prendre la marée noire et verte malgré une possession de balle à leur avantage. Sassuolo est saignant et sur un beau mouvement, Berardi lance Floro Flores pour le 1-1. Puis, c’est Nicola Sansone dans son rôle de joker qui punit la défense adverse, 2-1. Reina battu faisait son grand retour, les petits nouveaux que sont Chiriches et Hysaj ont eu du mal amorcer la révolution, en attendant Allan qui n’est pas entré en jeu. Pas d’alerte non plus ici, Naples est loin d’être la seule grosse écurie qui n’a pas gagné ce week-end, juste un flop.

Enfin, flop sévère pour l’Empoli pour l’inauguration de Giampolo sur le  banc Toscan. Face au Chievo, des premières minutes sérieuses avec l’ouverture du score de Saponara dès la 6e, les Azzurri ont le ballon et butteront sur la barre ensuite via Maccarone. Un seul but d’avance, ça sera trop peu pour tenir en seconde période. Meggiorini, Birsa puis Paloschi, le compte est bon et les Gialloblu prennent le large à 1-3. Les erreurs se payent chères, Skorupski n’aura pas marqué de points dans sa cage notamment, l’absence d’un tôlier comme Tonelli s’est fait terriblement sentir. Davantage de tirs et de possession, mais l’Empoli ne fera jamais son retard. La saison commence bien mal et il faudra redresser la tête samedi prochain, ça sera face à l’AC Milan.

L'EQUIPE

Le Bayer Leverkusen puis Bologne à domicile, pas la même compétition mais la même satisfaction pour la Lazio qui débute idéalement sa saison. Pour la réception des promus samedi soir, Pioli avait laissé au repos son numéro 10 Felipe Anderson en vue du match retour en Allemagne, Stefano Mauri le revenant, prend place sur le banc après de longues semaines de « je t’aime, moi non plus ». Victoire dessinée en première mi-temps grâce aux réalisations de Biglia puis de Kishna avant la réduction du score de Mancosu2-1. Premier but pour ses grands débuts, Ricardo Kishna est un autre motif de satisfaction pour la Lazio. Fraîchement débarqué des Pays-Bas (Ajax Amsterdam), le milieu offensif (classe 1995) aura sans doute du temps de jeu supplémentaires avec les blessures de cadres importants au cours de cette même semaine. En effet, c’est déjà Miroslav Klose qui a dû sortir mardi dernier à cause d’un problème à la cuisse. A sa place, c’est le jeune Keita (1995) qui est rentré et qui s’est avéré particulièrement décisif puisqu’auteur du seul et unique but du match. Placé sur le front de l’attaque, en tant qu’avant-centre qu’il n’est pas, Balde a peut-être saisi une ultime chance pour se faire un nom avec les Biancocelesti, lui qui était en instance de départ depuis mi-août. Positionné au même poste face à Bologne, Keita séduit et étonne par ses déplacements et sa vitesse, il sera même auteur de la passe décisive pour le premier but Laziale.

Laziale groupés - La Repubblica

But inscrit par le capitaine du soir, Lucas Biglia, qui s’est également blessé et qui a dû être remplacé en tout début de seconde période. A sa place, c’est Cataldi (1994), pur produit du club qui a terminé le match. Quelques minutes plus tard, dans le cadre du turn-over cette fois-ci, c’est le grand espoir Serbe Milinkovic-Savic (1995) qui a pris la suite de Lulic au milieu de terrain. Une jeunesse ambitieuse qui prend doucement de l’expérience au plus haut niveau avec des premiers résultats positifs, c’est tout bénéfique pour Stefano Pioli. Rendez-vous mercredi pour conclure l’essai à Leverkusen et s’envoler vers la plus prestigieuse des compétitions Européennes.

LE JOUEUR

14 minutes de jeu du match Inter Atalanta, Stevan Jovetic fait son entrée en jeu en lieu et place de Mauro Icardi, capitaine du soir, victime d’une blessure. La saison aurait déjà pu mieux commencer. Aux côtés de Palacio et devant un Brozovic peu habitué au costume de meneur de jeu, Jovetic va tout d’abord galérer durant le reste de la première mi-temps. Les 45 dernières minutes seront toutes aussi difficiles pour l’Internazionale, la 70e marquera tout de même l’exclusion de Carlos Carmona ce qui rendra la pression de plus en plus importante pour les Bergamasques. Le poteau de Rodrigo Palacio à la 88e aurait pu être le dernier coup de chaleur pour Reja et ses hommes, raté. 92e, touche de Miranda près du poteau de corner pour Jovetic, disponible. L’ex de la Fiorentina n’est pas attaqué, en profite pour s’avancer et finit par déclencher une frappe qui va faire bondir tout le Meazza. Pied droit imparable, Sportiello n’y peut rien, 1-0. S’en suit une longue séquence d’embrassade le long de la ligne de touche, Mancini dans la mêlée, comme une délivrance.

Premier orgasme de la saison - La Repubblica

La saison dernière, ce fut le genre de match que les Nerazzurri n’arrivaient pas à gagner, beaucoup de matchs nuls (Cesena, Parme, Chievo…) et même une défaite tragique dans les dernières secondes face au Torino. La roue a tourné lors de cette première journée, l’Inter peut vivement remercier Jovetic. Le Montenegrin offre trois points, un minimum de confiance, et évite déjà les premières critiques sur le club et Mancini. Jo-Jo, homme du week-end.

LE BUT

Titulaire pour le lancement du championnat, auteur d’un gros match et du but salvateur à quelques secondes du coup de sifflet final, des débuts plus qu’idéaux pour Abdelhamid El Kaoutari. L’ex de Ligue 1 désormais à Palerme a pu croiser un ancien collègue en la personne d'Issa Cissokho (Genoa), et servi par l’inévitable Vazquez, a pu donner les trois points de la victoire à la Sicile après un cafouillage dans la surface. Palerme et Genoa auront longuement bataillé dans une partie qui aurait vu un match nul relativement logique au terme. Le défenseur de 25 ans en a décidé autrement et lance son club vers son premier succès de la saison.

https://vine.co/v/ejKhL6qPgIT

LA DECLA

Enfin, terminons par ce qui était le match d’ouverture de cette nouvelle saison de Serie A. Verona Roma au Bentegodi samedi à 18 heures ne fut pas tellement le match le plus excitant du week-end. Match fermé comme attendu où les hommes de Rudi Garcia ont longtemps piétiné avant de se faire surprendre par Boskovic à l’heure de jeu. Réaction presque immédiate de la Louve grâce à Florenzi sur une frappe lointaine, et Garcia devra se contenter de cela (1-1). Décla de la semaine servie par Wojciech Szczesny, portier d’Arsenal envoyé en prêt dans la capitale Italienne pour les prochains mois. Tout comme Dzeko, le Polonais a vécu ses premières minutes Italiennes en compétition officiel et a pu livrer ses impressions au micro de la Sky :

« Je ne peux pas être heureux, je veux gagner tous les matchs auxquels je participe, c’est un résultat décevant. Nous avons rencontré des difficultés car nous ne sommes qu’au premier match de la saison, le club a acheté de grands joueurs mais nous avons encore besoin de trouver des automatismes entre coéquipiers. Il n’y a pas eu beaucoup de rythme, ça a été très difficile de percer leurs lignes défensives. Dzeko ? Je ne veux pas parler de joueurs en particulier, juste du niveau de l’équipe en général qui n’a pas été satisfaisant. »

LE CLASSEMENT

 

LA PROCHAINE JOURNEE

Samedi 29 août

Bologne - Sassuolo (18h00)
Milan - Empoli (20h45)

Dimanche 30 août

Roma - Juventus (18h00)
Atalanta - Frosinone (20h45)
Carpi - Inter (20h45)
Chievo - Lazio (20h45)
Genoa - Verone (20h45)
Naples - Sampdoria (20h45)
Torino - Fiorentina (20h45)
Udinese - Palerme (20h45)